AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 les yeux bas (rudy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Damien Berger

Damien Berger

PSEUDO/PRÉNOM : alien.
CRÉDITS : homemade.
AVATAR : alexander faye.
ÂGE : seize bétises.
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 94

les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) EmptyVen 10 Oct - 14:34


Damien il a les yeux fermés, le coeur un peu au bord des lèvres.
Damien, il a les mains posés contre le carrelage des douches, la tête un peu penchée vers l'avant, l'eau qui fait cascade contre son dos, et puis entre ses fesses.
Il grimace un peu, sous l'eau chaude, à cause d'une petite douleur.
C'est un peu triste, la vie sans amour, les gens sont pas toujours doux. Pas toujours doux, non, et parfois, ça fait un peu mal comme ça, ça apparait comme ça, et Damien, il grimace tout bas.
Un soupir quitte ses lèvres et il redresse un peu la tête, observe dans les douches et ne voit personne. Il soupire encore, fait craquer son pauvre dos. L'eau glisse contre sa peau et s'y colle, parfois. Des petites goutellettes d'eau cherchent un peu de chaleur, de tendresse, contre sa peau. Elles s'évadent rapidement, pourtant. Elles s'évadent car, les pauvres, elles ne trouvent pas. Il est vide de tendresse, le pauvre garçon. Il aimerait bien connaître, le pauvre garçon, mais il n'a que du sexe au bout de ses doigts, rien d'autres que cela. Du sexe et cette stupide savonnette.
Il tend les doigts le vide Damien et attrape, là, un petit savon un peu glissant, contre ses doigts. Y'a un peu le silence autour et surtout le bruit de l'eau, et il entend la porte au loin, et des pas un peu forts. Damien pose ses yeux contre la porte des douches et ne bouge pas, attend un peu, beaucoup, pas trop longtemps, avant de commencer à se savonner, lentement.
Il commence contre son torse et puis son ventre. Va vers les bras et se trouve tout en bas, lorsque la porte s'ouvre. Son regard reste pris contre l'entrejambe de l'autre quelques secondes et il lève les yeux, même s'il en a pas réellement besoin, en fait, pour reconnaître l'autre. Damien, il l'observe dans les yeux et sourit tout bas, reste comme ça quelques secondes, un peu étrange, un peu folie, l'observant et se nettoyant l'entrejambe, en même temps.
Les prunelles dégringolent encore contre son corps, parce que c'est là, parce que c'est plus fort que soi et Damien, il peut pas s'en empêcher. Y'a comme une petite voix dans sa tête qui lui dit de le faire et il a beau ne pas l'écouter, ne pas l'entendre, Damien il le fait quand même et il sourit, tout bas. Et entre ses lèvres un peu dépravées, y'a comme un ronronnement qui essaie de s'échapper. « Hm... Rudy, salut. » Damien lève les yeux et le fixe encore, une seconde, deux, trois, milles, avant de se tourner et de continuer de se laver.
Damien est là, face aux carrelages de nouveau, et il se lave partout, partout, comme on apprend bien aux enfants. Il se lave dans les moindres recoins, surtout entre les fesses, vu ce qui a bien pu traîner là, ces derniers temps. Et par dessus son épaule, le Damien, il observe encore un peu Rudy, pas subtil.
Damien, il n'en a rien à faire, de la subtilité.

_________________

Revenir en haut Aller en bas

Rudy Wilson

Rudy Wilson

PSEUDO/PRÉNOM : PROUT.
CRÉDITS : ALIEN.
AVATAR : MAX R.
ÂGE : QUINZE ANS.
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 127

les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: Re: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) EmptyVen 10 Oct - 22:39

J'ai pas envie de me doucher, ce soir.
Je m'en fiche de la transpiration et de la mauvaise odeur. Si je le fais, c'est pour pas passer pour un gros crado. Déjà qu'ils pensent tous que je suis complètement dingue ....
manquerait plus ça.
Ça doit faire dix minutes que j'attends dehors pour être certain de me retrouver seul parce que j'aime pas me laver avec les garçons.
Je trouve ça dégoûtant et même pas sain.
Des microbes qui dégoulinent de partout.
Et des beaux muscles qui entrent dans mes yeux pour s'infiltrer dans mon cerveau et finir je sais pas où.
Plus jamais ça.
Mes vêtements tombent sur le banc du gymnase et des couloirs je peux déjà entendre de l'eau couler. Y a encore du monde.
Merde.
Non, je fais pas demi-tour, j'ai pas envie de rentrer à n'importe quelle heure à la maison. Puis doit y avoir Rozen qui m'attend sur le trottoir avec son regard triste et ses bras en lambeaux.
Je vais pas la laisser rentrer toute seule, ça doit faire des années que ça s'est plus produit.
Je regarde partout une fois dans les douches, partout, partout, y a rien qui est laissé au hasard sauf peut-être ce mec à poil.
J'aurais pu l'éviter sans trop de soucis.
S'il n'y avait pas eu ça :
« Hm... Rudy, salut. »
Je me tourne vers lui, un peu brusque, comme si un météorite allait me tomber sur la tronche.
On s'connaît ?
Que je lui demande, d'une voix détachée et un peu fatigué.
Il arrête pas de me regarder, lui, en tous cas.
Avec tout cette connerie, ça m'oblige à regarder un peu plus, à m'attarder les détails fâcheux : sa peau, son grain de beauté, son torse, son teint clair, sa mâchoire trop bien dessinée, ses yeux bleus ...
Non.
Je le fixe encore un peu mais en vérité mon regard veut dire : retourne-toi, retourne-toi, arrête de me fixer, dégage, tu m'énerves.
Tout m'énerve, même la façon dont l'eau coule sur ma peau. Pourtant, c'est pas le moment de faire une crise.
Sinon, les parents vont encore devoir me venir me chercher à l'école et je risque de passer un sale quart d'heure.
Tant pis, mes muscles me brûlent.

_________________


Il y peindra son corps avec toute sa douleur, il y peindra sa respiration, son geste et son combat.
Revenir en haut Aller en bas

Damien Berger

Damien Berger

PSEUDO/PRÉNOM : alien.
CRÉDITS : homemade.
AVATAR : alexander faye.
ÂGE : seize bétises.
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 94

les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: Re: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) EmptyVen 10 Oct - 23:44

La mousse elle dégringole le long de sa peau et Damien, lui, il a le regard qui dégringole le long de la peau de l'autre. Il l'observe un peu, un peu trop peut-être, comme les vagues qui sont toujours là contre un rocher, au point où il devient un peu écorché, au point où il revient lisse, tout lisse de son toucher. Damien, il fronce un peu des sourcils, frotte encore ses fesses, son dos, et l'observe, se demande si Rudy, il est devenu tout doux, tout lisse tout son regard, avec le temps. Peut-être bien, oui. Ça fait longtemps, après tout, que le gamin il a les prunelles qui tombent contre lui.
Parce que les yeux de Damien, c'est comme des vagues et Rudy, c'est comme la roche, le sable, la terre ; qu'importe où il va, un jour il s'y perd, du matin jusqu'au soir.
Damien baisse les yeux une seconde, observe le savon qui disparaît dans l'eau et dans l'égout, avant de lever les yeux, encore, de nouveau.
Rudy a les yeux tournés vers lui et c'est bleu comme la mer, comme le ciel, comme l'été et comme l'agenda, aussi. Le frottement ralentit et Damien fixe, un peu trop concentré à le détailler. « On s'connaît ? » Léger sourire, là, un peu subtil, contre ses lèvres.
Damien penche sa tête et la secoue un peu, lentement, avant de se frotter de nouveau. Il hausse des épaules une seconde, l'air de dire qu'il ne sait pas, avant de mettre sa tête son l'eau, son corps tout entier, pour retirer le savon.
Une seconde passe et Rudy est toujours là, le fixe toujours un peu trop, pas bien mais pas mauvais non plus. Avec de la colère surtout, on dirait, et Damien, il sourit face à ça.
Rudy il ressemble à une boule de feu et Damien, c'est un grand frileux. Il a besoin de lui un peu, pour se réchauffer. Sa langue passe contre ses lèvres et il se redresse un peu, le détaille dans les yeux - et plus bas aussi - avant de sourire, un peu trop qui sait. « On peut se connaître, si tu veux. » Le sourire grandit avec ses mots et il glisse ses doigts dans ses cheveux, le lâche pas des yeux. Damien crache un peu, de l'eau qui dégouline contre ses traits, et avance d'un pas.
Il quitte l'eau, s'approche du feu, un peu, un petit peu. « T'as besoin de quelqu'un pour te savonner le dos ? » Il hausse d'un sourcil, Damien, et s'approche un peu, encore. Il le dévisage de ses yeux trop bleus, se perd dans les siens, trop ténébreux. Y'a comme une tempête dans sa tête, une orage dans les eaux de ses pensées et les vagues, elle claquent, encore et encore, contre les rochers, ne parviennent pas à s'en éloigner. C'est surement pour ça que Damien, il s'approche encore, encore un petit peu, qu'importe si Rudy s'est du feu et qu'il pourrait se brûler. Les vagues sont trop fortes et lui, il est léger. De toute manière, dans tous les cas, ça serait pas la première fois qu'il se vient à se brûler.
Alors il avance, encore, encore un peu, et stoppe son pas là, tend les doigts, le savon tout moussant en dedans. « T'es vraiment musclé, dis donc. Et t'es beau gosse. » Il fait un clin d'oeil, Damien apprenti dompteur de feu, et reste là, au milieu des douches, moins d'un mètre entre le froid qu'il est et le brasier que Rudy peut être, à ses yeux.

_________________

Revenir en haut Aller en bas

Rudy Wilson

Rudy Wilson

PSEUDO/PRÉNOM : PROUT.
CRÉDITS : ALIEN.
AVATAR : MAX R.
ÂGE : QUINZE ANS.
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 127

les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: Re: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) EmptySam 11 Oct - 12:46

Il en a rien à foutre, lui, de mes regards menaçants. Il leur fait des grimaces avant de les mettre à la poubelle.
Un dompteur de lions.
Un dompteur tout court.
Ça me met en vrac parce que les autres mecs ils feraient pas ça. Je dis pas qu'ils me craignent au point de pas me regarder mais il me déteste assez pour pas me parler.
Ma soeur, elle sait ce que ça fait quand on s'attarder trop longtemps sur moi. On se prend une vraie brûlure, tellement que ça brûle nos vêtements.
« On peut se connaître, si tu veux. »
Je fronce les sourcils parce que j'ai pas l'habitude qu'on me dise ça. J'étais même persuadé que ça m'arriverait pas avant mille ans. Qu'on s'intéresserait un peu à moi quand les gens du futur tomberont sur mon corps et qu'ils analyseront mon squelette. Le diamètre de mon crâne, mes cheveux, mes dents. Ils devineront même la couleur de mes yeux mais je suis sûr qu'ils se tromperont. Je les vois venir de loin avec leur bleu-iris-fade.
Moi, je m'enflamme, je brille, même lorsqu'il fait jour. Je suis une étincelle comme le dirait si bien ma mère.
« T'as besoin de quelqu'un pour te savonner le dos ? »
Je le regarde, bouche bée. Il a l'air sérieux et c'est ce qui me déstabilise le plus. Qu'est-ce que je suis sensé faire ? L'envoyer chier ? oui, c'est certain mais je les connais les mecs comme lui. Ils se vexent pour un oui et pour un non alors j'ose espérer qu'il changera d'avis tout seul, comme un grand.
Un pied vers moi et mes pupilles se dilatent. J'ai l'impression de monter lentement vers une autre dimension et c'est pas bon signe.
Je sais ce que ça veut dire.
« T'es vraiment musclé, dis donc. Et t'es beau gosse. »
Je le vois venir et j'ai l'impression que le temps s'arrête. Que la vie me donne une chance de pas me mettre en colère mais ça marche pas, je la saisie pas. J'en ai rien à foutre de ses tristes opportunités. Ma main donne un violent coup dans la sienne. Le savon se casse la figure alors que je me tourne brusquement vers l'autre idiot.
Ne me touche pas.
Mes doigts se serrent autour de son poignet, je crois que je serais capable de le péter vu comment il est maigre. A côté, j'ai l'air d'un vrai colosse et ça me donne une micro sensation de puissance.
On va finir chez le directeur.
Je m'en fous.
C'est lui, c'est de sa faute. Je demandais rien à personne.
Éloigne ton cul de pédale si tu veux pas que je te fasse bouffer tes dents.
Je lui crache ça au visage alors que mes doigts le lâchent. Sur sa peau, une trace rouge.
M'y voilà incrusté.

_________________


Il y peindra son corps avec toute sa douleur, il y peindra sa respiration, son geste et son combat.
Revenir en haut Aller en bas

Damien Berger

Damien Berger

PSEUDO/PRÉNOM : alien.
CRÉDITS : homemade.
AVATAR : alexander faye.
ÂGE : seize bétises.
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 94

les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: Re: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) EmptySam 11 Oct - 14:59

C'est chaud très chaud même, dans les yeux et puis à quelques pas. Damien, il sent la chaleur au bout de ses doigts et c'est comme un frisson trop long qui le traverse de bord en bord. Y'a une petite voix dans sa tête, une petite voix toute minuscule oui, qui hurle que c'est dangereux, qu'il devrait pas s'approcher comme ça, jouer comme ça, bouger comme ça. Mais ça va ; Damien il a jamais écouté les avertissements. Mark, il a toujours dit que c'était pour les incompétents, ceux incapable de profiter du bon temps.
Il est là alors Damien, les doigts tendus vers le feu, l'eau trop loin pour se protéger, maintenant. Y'a quelques gouttes qui tombent contre sa peau, mais elles sont là et elles fuient, elles courent, elles disparaissent dans les égoûts avant de mourir, sous les flammes du danger.
Certaines ne sont pas assez rapide ; le feu les touche brusquement, en même temps que les doigts de Rudy claquent la main de Damien.
Le petit frémit, sourit, tremble.
Les gouttes pleurent, tombent, meurent.
Le savon meurt aussi, il glisse plus qu'autre chose en fait, un peu comme une étoile filante.
Une étoile filante un peu moussante qui sent très bon.
Damien, il espère que Rudy a fait un voeu. C'est pas tous les jours qu'on voit une étoile filante passer comme ça, aussi brusquement.
« Ne me touche pas. »
Mais c'est triste parce que, le voeu de Damien c'est justement ça, de le toucher. Il penche un peu sa tête sur le côté alors, le petit Damien, l'observe de ses yeux bleus et un peu vides, surtout, trop vides selon les gens, trop plein de mauvaises pensées selon lui. Y'a des doigts contre son poignets qui serrent fort mais venant d'un feu comme Rudy, c'est une caresse. « C'est toi qui me touche. » Qu'il dit tout bas, comme ça, comme ça. C'est la vérité, non ?
Entre Damien et Rudy.
Entre Rudy et Damien.
C'est Rudy, oui, qui a touché en premier.
Et puis il serre fort, Rudy. Damien, il peut même pas retirer sa main.
Rudy, il veut le toucher à ce point.
« Éloigne ton cul de pédale si tu veux pas que je te fasse bouffer tes dents. » Damien il cligne un peu des yeux parce que y'a des gouttes qui tombent sur lui, des gouttes de Rudy. Il se prend son crachat à la gueule et ça le fait sourire, un peu trop sourire, peut-être.
Y'a comme un silence alors que Damien, petite vague, ramasse le crachat qui est là, dans son cou et un peu sur sa joue, et qu'il porte le tout à ses lèvres. Les doigts restent dans sa bouche un moment et il fixe, fixe de ses yeux grands Rudy là, qui ressemble à un volcan.
Damien, il va devenir une vague de lave dans ce volcan. « Elle a un goût, ta salive. T'as mangé quoi, aujourd'hui ? » La question pue l'innocence mais les prunelles, elles, puent l'indécence. Damien, il l'observe un peu quelques secondes, quelques secondes comme ça, oui, avant de bouger un peu.
Il fait un pas vers le savon, quitte le regard de Rudy une seconde, se penche les fesses en l'air pour le ramasser, son fidèle compagnon.
Damien s'éloigne encore un peu, retourne sous l'eau et entreprend de se laver, un peu. « J'ai pas compris. T'as dit que t'allais bouffer mon cul de pédale, c'est ça ? Ça sonnait un peu comme ça. » Mark lui a toujours dit de se laver les parties deux fois, pour être bien propre pour la personne qui les verra. Alors Damien, il se lave les parties une seconde fois, les prunelles sur Rudy, encore.

_________________

Revenir en haut Aller en bas

Rudy Wilson

Rudy Wilson

PSEUDO/PRÉNOM : PROUT.
CRÉDITS : ALIEN.
AVATAR : MAX R.
ÂGE : QUINZE ANS.
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 127

les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: Re: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) EmptyVen 17 Oct - 10:19

Il joue au con et ça m'énerve encore plus.
Je sais pas bien comment réagir parce qu'à l'intérieur de moi c'est un gros nœud de colère qui se forme entre mes organes. Je sens que mes poumons se prennent un peu les pattes là-dedans et que j'ai du mal à respirer. Alors, je fais de mon mieux pour les remettre en place mais ça fonctionne pas trop.
Il en rajoute toujours un peu plus et je me dis que je ferais peut-être mieux de rentrer chez moi sans montrer que je sais me battre, avant.
Le lycée tout entier sait ce que je fais avec mes poings.
Pas besoin d'une nouvelle démonstration.
« Elle a un goût, ta salive. T'as mangé quoi, aujourd'hui ? »
Je fronce les sourcils à voir son regard étrange se mélanger au mien. J'ai l'impression qu'il vient d'une autre planète et qu'on sera jamais réellement sur la même longueur d'ondes. Que ces sourires, et ces gestes, c'est une façon de communiquer que je comprendrais jamais vraiment.
Provocland contre bagarreland.
Je sais pas lequel des deux est le mieux parce que les deux sont carrément pathétiques mais je m'en fous, je reste bien sur ma planète.
Je jette même mon télescope à la poubelle. Et mes fusées. Et mes soucoupes volantes. Et tout.
Je coupe le contact et c'est de loin le pire que je puisse nous faire.
« J'ai pas compris. T'as dit que t'allais bouffer mon cul de pédale, c'est ça ? Ça sonnait un peu comme ça. »
Lui aussi, on dirait qu'il a des problèmes de communications. Nos langages sont différents et c'est peut-être ce qui nous conduit à notre perte. Parce que moi, je cherche pas à comprendre. Sa phrase réveille mes élans homophobes. J'ai pas peur de la suite, je m'avance vers lui et pose mes doigts contre ses épaules pour le pousser brusquement. Son dos rencontre le mur et c'est comme donner un coup de feu vers le ciel. Ca enclenche tout un tas de choses en moi. Des trucs si dégoûtants que je pourrais pas en parler à voix haute.
J'essaie pas de négocier sa position dans ma colère, j'hésite pas : je le frappe.
Mon poing par dans sa mâchoire pour lui exploser la lèvre. C'est que le début. S'il continue, j'en rajouterais toujours un peu plus. Je pense pas que ses dents se soient cassées mais au moins, il saigne.
Tu comprends mieux maintenant ?
J'essaie de me la jouer calme mais c'est qu'une apparence tout ça, de la grosse connerie. Un mot de plus et je laisse mes démons se faire la malle. J'en ai marre de les tenir en laisse.

_________________


Il y peindra son corps avec toute sa douleur, il y peindra sa respiration, son geste et son combat.
Revenir en haut Aller en bas

Damien Berger

Damien Berger

PSEUDO/PRÉNOM : alien.
CRÉDITS : homemade.
AVATAR : alexander faye.
ÂGE : seize bétises.
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 94

les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: Re: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) EmptyVen 17 Oct - 18:50

DANGER. DANGER.
C'est écrit en bleu, en rouge, en vert, en lila et en magenta aussi, pourquoi pas.
C'est écrit juste là, juste à côté de..
PD. PD. PD.
DANGER, PD.
PD. DANGER.

Damien il voit rien pourtant. Il est comme ça, le regard ailleurs, envoûté par tout ça, tout ce qu'il voit. Il a envie de toucher alors, il le fait un peu beaucoup avec ses yeux, oui. Un peu trop, tout partout contre la peau de Rudy. Elle va tourner au rouge par endroit, s'il continue de fixer autant, comme ça.
Rien à faire. Damien il fixe encore, comme un dément, comme un obsédé, pourtant. Il fixe avec  les yeux grands, le coeur qui bat un peu fort, en dedans. Mais ça, ça, il écoute pas.
Il doit se sentir brûler, le Rudy. Rudy le feu qui brûle là, sous un regard un peu trop franc, contre sa peau et ses flancs. Y'a comme un feu dans les airs mais les feux, ça colle pas et c'est un peu n'importe quoi.
Pourtant autour, c'est chaud, chaud bouillant, comme la lave, le soleil, un météore en feu, au travers de l'atmosphère. C'est chaud comme ça et encore plus, vraiment.
Et y'a les mouvements, aussi. Damien, l'air de rien, le regard vide ou alors, trop plein, qui se lave lentement, observant. Dans ses prunelles y'a une absence de tout qui rassemble un trop plein de sentiments, de désirs et de paroles trop osées peut-être, pour être prononcer.
On aimerait lui hurler ; TA GUEULE DAMIEN, FERME LES YEUX.
Rudy, il doit bien avoir envie de le lui hurler, là, à voir la tête qu'il est en train de tirer. Il a un feu dans les yeux, lui aussi, parce que Rudy, il est électrique, jamais sans mouvement, toujours trop brusques. Damien, il a déjà posé des baisers contre des blessures qui ont été fait par le garçon, avant de se faire repousser. Il sait, oui, ce qu'il peut faire.
Il sait et pourtant, il cligne à peine des yeux, Damien, quand il le pousse et que le dos fait claque, contre la paroie de la douche. Damien, il fait qu’entrouvrir les lèvres, soupirer un peu trop fortement au travers d'une plainte, à cause du coup, sans le lâcher des yeux.
Damien, il joue avec le feu, il se croit un peu pour un Dieu. Il a ce sourire trop con sur les lèvres, même quand Rudy le frappe. Y'a le goût du sang contre ses lèvres et sa langue mais ça, ça serait pas la première fois. Rudy, c'est pas le premier garçon a lui foutre une baffe comme ça, trop vivement. « Tu comprends mieux maintenant ? » Non non, il comprend pas, Damien.
Il entend pas, ne lit pas, il voit.
Il voit, là, dans les yeux, au travers de la colère et du tremblement, quelque chose qu'il connait bien. Les garçons ont beau faire les durs un peu cons, frapper et dire pd, quand ils ont cette lueur là dans les yeux, ça sert à rien de nier.
De toute manière "je suis pas pd. " c'est démodé.
Damien alors, il fait ça, ce qu'il fait de mieux. Il le dévisage là, de ses yeux bleus, un peu de rouge contre ses lèvres. Un peu de rouge à lèvres naturelle. La langue, elle passe contre la plaie un peu lentement, se fait voir et nargue un peu, avant qu'il ne la cache de nouveau. Damien il hausse des épaules simplement. « Tu sais ce que je comprends ? » La voix est petite, un murmure trop susurre, certainement. Damien sourit avec les yeux et la bouche un peu, attend quelques secondes et puis, monte son genou lentement. Il voit pas, le Rudy.
Il voit pas, non, le Rudy, mais il le sent pourtant, quand il est là.
Genou contre partie génitale.
Damien sourit un peu plus, des yeux.
C'est un peu dur et pas que du genou, certainement. Y'a une tension et elle est pas que dans les poings du petit blond. « T'es un peu tendu, Rudy. T'aurais besoin d'un ... massage, je crois. » Et il penche la tête sur le côté, le Damien. Il nargue un peu, le Damien.
Et il s'accroche surtout, le Damien. Les bras qui passent autour des épaules, un peu brusquement. Le corps qui se presse et le genou, là, qui appuie un peu plus, un peu trop touché, contre la dureté inavouée. Il rit un peu, Damien, souffle contre son oreille quand il l'atteint. « C'est toujours mieux d'être allongé pour un massage. » Ça dure à peine une seconde, tout ça, comme la chute qui suit, à cause du sol glissant et du poids un peu trop grand.
2 homo + 1 phobe + 1 sexuel + 1 sol mouillé = Damien et Rudy collés collés là, dans les douches, contre le sol bien inondé.

_________________

Revenir en haut Aller en bas

Rudy Wilson

Rudy Wilson

PSEUDO/PRÉNOM : PROUT.
CRÉDITS : ALIEN.
AVATAR : MAX R.
ÂGE : QUINZE ANS.
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 127

les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: Re: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) EmptySam 18 Oct - 22:15

Plus je le regarde et plus je me dis que je suis en train de me mettre dans la merde.
Il est là, avec son sourire et ses provocations qui marchent plus qu'il ne le faudrait. Même si je voudrais l'ignorer ça serait pas possible. C'est un peu comme mettre un mec déformé au milieu de la foule, tous les regards se posent sur lui. Même si on a pas envie de le regarder on le fait, ça attire l'oeil, ça pique un peu mais on lâche jamais l'affaire.
Et au final on se retrouve mal à l'aise.
Moi aussi, je suis pas très bien dans cette position avec l'autre qui me met le genou là où il faut pas. A croire qu'il a tout compris, qu'il sait ce que je cache et tous les doutes qui me hantent quand j'essaie de dormir le soir mais que j'y arrive pas.
Si ça se trouve, la marchand de sable, c'est ce type un peu maigre qui me fait face. Il a écouté tous mes monologues et se marre bien de me voir dans un sale état.
Je peux le frapper encore longtemps mais ça effacera jamais ce que je ressens toujours au milieu des douches. A travers les corps des garçons. Même leur rire, je les aime, je les convoite. Et c'est ce qui m'énerve. C'est con parce qu'un jour, j'ai laissé un garçon m'embrasser. Ca ressemblait à un truc de maternelle mais j'ai eu des papillons dans le bide pendant des jours. Quand ses lèvres ont quitté les miennes j'ai pas pu retenir mon poing dans son ventre. Aujourd'hui encore je lui en veux d'avoir fait naître cette chose sordide en moi.
Depuis j'arrête pas d'y penser.
Même là, j'y pense.
« T'es un peu tendu, Rudy. T'aurais besoin d'un ... massage, je crois. »
Je crois que s'il avait un peu moins d'audace je l'aimerais moins. Je lui accorderais même pas un peu d'importance. Mais là ... là, j'arrive même plus à lâcher ses deux yeux bleus. Je reste planté dedans comme un abrutis. Tellement que je vois pas la chute venir.
Je m'en rends seulement compte au bruit que peut faire nos corps contre le sol.
« C'est toujours mieux d'être allongé pour un massage. »
Je sens que ça va pas. Que les larmes montent et que mes poings se serrent.
Je sais pas ce qui va décoller en premier : les larmes ou les poings.
Alors, je le regarde et j'essaie de respirer correctement, de pas me mettre dans des états insupportables mais je sais que c'est déjà trop tard.
Le barrage s'ouvre, se craque.
Je pourrais encore le frapper mais j'y arrive pas, certainement parce que je suis qu'un pauvre adolescent et que comme tous les garçons de mon âge je suis sous l'influence de mes hormones.
J'ai envie de lui hurler que les filles me suffisent pas, de tout avouer, comme ça, là, en une phrase.
'Je crois que j'aime les garçons, j'suis pd ou alors juste bi'.
Le problème c'est que j'aime pas les pds, je déteste ça. La dernière fois que j'en ai vu s'embrasser j'ai tapé le plus robuste des deux. Peut-être parce que j'étais seulement jaloux d'eux, au fond.
Y a qu'à me voir, moi ...
Paumé,
Seul,
Déjà à moitié en deuil,
Mal aimé.
Je le regarde, lui, dont je connais même pas le nom et je fronce les sourcils. J'ai l'impression d'être coupable de tout, même de mes désirs. Si je suis comme ça, c'est parce que je le veux bien. Je pourrais être avec une jolie fille et l'aimer comme il se doit. C'est pas parce que je m'appelle Rudy Wilson que j'ai pas droit au bonheur, tout ça c'est une excuse pour pas me mettre en danger.
... tu sais pour moi ?
C'est la seule chose que je trouve à lui dire.
Tu sais que je me pose dix mille questions par jour pour savoir ce qui tourne pas rond chez moi ? Tu sais que je risque de décevoir une famille toute entière en tombant amoureux du corps des hommes ?
Tu le sais ? ... comme je souffre et c'est dégueulasse parce qu'il y a pas de remède contre ça.
Un médicament pour pas écouter son cœur et son âme.

_________________


Il y peindra son corps avec toute sa douleur, il y peindra sa respiration, son geste et son combat.
Revenir en haut Aller en bas

Damien Berger

Damien Berger

PSEUDO/PRÉNOM : alien.
CRÉDITS : homemade.
AVATAR : alexander faye.
ÂGE : seize bétises.
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 94

les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: Re: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) EmptyDim 19 Oct - 4:00

Et doucement, doucement.
Là, comme ça, les panneaux s'éteignent, dans la tête.
DANGER.
PD.

Un autre s'allume, un peu à peine, faut plisser des yeux pour bien le lire, mais Damien, il le connait bien.
Deux garçons, que c'est écrit. Deux garçons, comme ça simplement, tout beau et tout pimpant.
Deux garçons ...
Comme ça.
C'est un peu ce qu'ils sont, au fond. Des garçons. On peut pas dire des hommes, ils sont encore trop jeunes, encore. Deux garçons alors, couchés au sol, sous la pluie trop artificiel. Deux garçons avec des yeux de garçons, des points d'interrogation par million là, dans les prunelles. Deux garçons un peu cons, surtout poltrons.
Damien il a encore ce sourire là, contre ses lèvres. Le sourire qui déforme des mondes et des illusions, qui promet des trucs pas vrais et qui pourtant, sonne comme une chanson. Damien, il a encore un sourire sur les lèvres, des promesses par million même si c'est un peu plus doux, avec les secondes.
Damien il sourit un peu moins, mais les yeux brillent un peu forts. Il reste là comme ça, le genou contre l'intime et les yeux dans la tempête. Il touche au feu, un peu trop, brûle de la tête aux pieds mais reste là, sans mouvement.
Damien il voit que Rudy, c'est une flamme bleue.
Elle brûle elle brûle, mais là, elle fait plus mal, contre la peau.
C'est doux en fait, contre la peau. Suffit de bouger un peu les doigts, pour sentir. Suffit d'observer un peu attentivement, pour voir.
Rudy est une roche sur le bord de la mer et Damien, un corail qui vient de s'y accrocher. C'est fini, il va plus lâcher. Et il observe là, il observe de son regard trop insistant, reste contre lui et attend. Il voit dans le fond de ses prunelles, un léger changement.  « ... tu sais pour moi ? » Et il sourit.
Il sourit un peu plus, Damien, quelque chose de petit mais de plus grand, pourtant.
Il se redresse un peu sur les paumes de ses mains, Damien, avec Rudy en dessous, et l'observe attentivement. Dans ses yeux, y'a comme quelque chose de doux.
Damien, il a toujours voulu entendre ça, même s'il dit pas.
Damien, il a toujours eu droit à
Retourne toi
M'embrasse pas
Le dis pas
Suce, pédale
M'observe pas

Et puis là, puis là.
Damien, il hausse des épaules comme ça, simplement. « Non, mais j'ai espéré. » Espérer un peu trop, qui sait. Damien l'observe encore un peu, le dévisage et se décolle à peine, se glisse sur le côté, appuyé sur un bras, encore à moitié sur lui. Y'a le kiki qui veut faire la fête mais Damien dit chuut chuut dans sa tête. « Je dirais à personne, fais moi confiance. » Et il l'observe dans les yeux, un peu trop, bleu contre bleu. C'est comme le ciel et la mer qui se rencontrent, c'est beau et c'est infini, ça met un vertige dans les veines et on parvient plus, non, à faire la différence. C'est un peu ça, Damien et Rudy ; deux infinis qui se rencontrent et qui deviennent un infini encore plus immense. On en voit plus à fin.
On en voit plus la fin, non.
Damien l'observe encore, un noeud dans le ventre. Il sait pas quoi faire, avec un garçon comme ça. Damien, il toque toujours fort à la porte, pour déranger les gens. Les garçons, ils sortent et viennent le toquer dans les fesses à répétition, ensuite. Rudy lui, il a ouvert la porte et il reste là, face à lui, l'observant.
Comme s'il attendait qu'il rentre.
Damien, il pince un peu ses lèvres, fronce des sourcils, l'observe attentivement. Il le dévisage et tend les doigts, un instant, caresse la joue et hésite, touche les cheveux ensuite.
Ciel contre mer, encore.
Infini trop grand.
« Je peux t'embrasser ? » Petit murmure. Il demande la permission mais, que ce soit un oui ou un non, il fera sans hésitation.
L'envie est là et c'est trop fort, en dedans.

_________________

Revenir en haut Aller en bas

Rudy Wilson

Rudy Wilson

PSEUDO/PRÉNOM : PROUT.
CRÉDITS : ALIEN.
AVATAR : MAX R.
ÂGE : QUINZE ANS.
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 127

les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: Re: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) EmptyDim 19 Oct - 22:45

« Non, mais j'ai espéré. »
j'ai fait la plus grosse connerie que la terre puisse porter.
J'ai pas su me taire. Quelques mots de trop et me voilà dans le pétrin. Je vais finir dans une école privée même si on a pas les moyens de se le payer. Parce que moi, je vois mal papa me dire 'c'est bien mon fils, tu es pd, on va fêter ça. CHAMPAGNE.'
Non, je vois plus ça comme une scène tragique où je me retrouve enfermé dans ma chambre pendant des jours en priant de pas me faire virer.
Heureusement qu'il y a sos suicide. Je les ai déjà appelés plusieurs fois pour ma soeur, je leur ai parlé pendant des heures au téléphone.
Ça ressemblait pas à grand chose notre conversation parce qu'ils parlent à des tas de gamins comme moi, chaque jour.
Pourtant, j'vous jure, j'avais l'impression d'être le seul sur terre pendant ces quelques minutes. C'était comme plonger dans un bain de coton et plus vouloir en sortir.
Mais là ... là, je me retrouve à marcher sur de la braise et c'est douloureux. J'ai des cloques aux pieds et les yeux qui brillent de quelque chose d'étrange. La douleur, certainement.
« Je dirais à personne, fais moi confiance. »
C'est bête parce que je le crois pas, pas une seule seconde. J'ai l'impression d'entendre ma soeur me dire que tout va bien pour elle et la retrouver le lendemain les bras tout ouvert. Je le regarde, lui, en long en large et en travers. Je cherche quelque chose qui pourrait me déplaire sur son visage mais je trouve rien. Mes hormones parlent pour moi, c'est certain, alors je suis pas le plus objectif de la terre.
« Je peux t'embrasser ? »
M'embrasser, mais pourquoi ?
On se connaît même pas.
Oh, Rudy, tu vas pas commencer à faire ta chochotte. D'habitude, moins tu connais les filles, plus tu les embrasses.
Ses doigts contre ma joue.
Puis mes cheveux.
Je fais quoi ?
Je suis censé bouger comment ?
Réagir de quelle façon ?
Help.
Et puis j'ai l'air d'un con à regarder ses lèvres comme ça, comme si ça allait suffire à répondre à sa question. Je sens déjà que tout bouge dans mes entrailles, ça ressemble plus à rien. On dirait du Picasso.
Pourtant, après une lutte acharnée, je relève le visage et hésite. J'essaie de penser à rien, de faire le vide, de me concentrer sur ce qui va suivre mais c'est compliqué y a toujours des interférences.
Ma bouche se pose -effleure- la sienne. Je reste comme ça, main contre sa nuque, sans oser bouger les lèvres ou la langue.
Je suis tétanisé. Idiot. Apeuré.
Bah dis donc Rudy, c'est pas comme ça qu'un garçon va tomber amoureux de toi.

_________________


Il y peindra son corps avec toute sa douleur, il y peindra sa respiration, son geste et son combat.
Revenir en haut Aller en bas

Damien Berger

Damien Berger

PSEUDO/PRÉNOM : alien.
CRÉDITS : homemade.
AVATAR : alexander faye.
ÂGE : seize bétises.
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 94

les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: Re: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) EmptyDim 19 Oct - 23:43

Les sourcils se froncent, au bout de quelques secondes. Damien pince ses lèvres, a chaud au coeur, au corps.
Damien fronce des sourcils, le dévisage un peu trop, surement. Il a des idées à la tête, belles et moins belles. Il a envie de l'embrasser sans attendre sa réponse, de le toucher sans attendre sa permission. De toute manière, il l'a déjà fait, ça, maintenant.
De toute manière, les garçons ils le font avec lui, parfois, même quand ça lui tente pas, et Damien se laisse faire, simplement.
Ils ont été nombreux, les garçons. Un peu beaucoup, pas tous pareils, jamais deux fois. Presque tous identiques, pourtant.
Toujours pareil.
Retourne toi. M'observe pas. Me touche pas. Parle pas, merde.
Y'a que Bass qui a été différent, au travers de tout ça. Que Bass qui a été gentil, mais c'était rien, une première fois peut-être, un petit touché comme ça, pour voir et savoir.
Damien fronce un peu des sourcils, le regard encore trop bleus.
Y'a du bleu partout.
Du bleu dans ses yeux.
Dans ceux de Rudy.
Dans l'eau.
Ils ont les veines pleins d'eaux ; si on les ouvrait en deux, ça serait bleu, bleu comme l'océan qui détruit tout et qui ne laisse pas de place au reste. Damien, il a envie d'être une vague. De taire ses pensées et d'embrasser Rudy, simplement.
Un coup contre un baiser, c'est plutôt bien calculé.
Avec un autre, il se serait pas gêné. Même si un coup suit, même si ça finit un peu en sang, seul dans les douches le cul douleur, dans quinze minutes.
Avec un autre... oui.
Damien, il fronce un peu des sourcils. Le dévisage un peu trop, le déteste une seconde. Il a envie de lui cracher au visage pour ça, croise ses prunelles et oublie, comme ça.
Soupir contre ses lèvres, Damien sourit un peu, bouge ses doigts, caresse les cheveux encore.
Rudy avance. Le souffle se coupe. Damien dévisage encore, le bleu innocent, curieux, cette fois. Les vagues frappent à l'intérieur du coeur et il va finir noyer, noyer et inondé, sans pitiés.
Damien reste sans mouvements, des lèvres contre les siennes. C'est léger, c'est doux. C'est même pas un baiser, c'est même pas un toucher.
C'est un fantôme, un truc qui est là et pas là, à la fois. C'est Rudy qui l'observe encore, les doigts contre sa nuque et des questions dans les yeux.
Damien ferme les yeux ; il a pas les réponses. Il a pas les réponses, non.
Damien ferme les yeux et appuie un peu plus ses lèvres contre les siennes, inspire un peu tremblants une fois, recule sa tête et l'observe dans les yeux, incertain, un instant.
Damien, il en a rien à faire d'embrasser mal ou bien. Il embrasse comme une pédale, qu'ils disent. Il sent comme une pédale, marche comme une pédale, parle comme une pédale, vit comme une pédale. Damien en a rien à faire, d'embrasser mal.
Pourtant y'a ses yeux qui demandent ; dis, ça va ? ça va ?
Il fronce encore un peu plus des sourcils et prend son visage entre ses mains, l'embrasse un peu vivement, pour oublier ses questions.T'es con Dam, qu'il se dit. T'es con, con, con. Il l'embrasse un peu mieux et se tait, l'embrasse et n'y va pas trop fort, pourtant.
Du bout des lèvres, comme un secret.
Plusieurs fois, comme des murmures.
L'hésitation de sa langue, contre ses lèvres. C'est jamais comme ça, jamais comme ça.
Damien inspire par le nez et fronce des sourcils, plisse ses yeux fermés, les ouvre un peu et l'observe. Il se perd dans la mer agitée. « J'arrêterais pas alors si tu veux arrêter, frappe moi. » Il l'observe encore, un peu trop, un peu trop franc, ouvert, honnête.
Y'a un bout de coeur qui se perd en chemin mais Damien, il espère qu'il se perd à la poubelle.
Il espère et colle ses lèvres contre les siennes, touche sa langue et l'abandonne rapidement.
Damien, il appuie son corps contre le sien, va tout au dessus et l'écrase. Damien, il essaie de toucher et soupire, le corps en feu au dessus du volcan.
Damien, il pose ses baisers là, là contre sa peau. Il cache les gouttelettes d'eau contre sa peau. Il devient chercheur de gouttes, pas chercheur d'or. Et contre son torse, proche du coeur qu'il ne veut pas toucher, il pose ses lèvres et mordille un peu le téton minuscule, avant d'y passer un coup de langue et de lever ses yeux ciels pour voir la mer.

_________________

Revenir en haut Aller en bas

Rudy Wilson

Rudy Wilson

PSEUDO/PRÉNOM : PROUT.
CRÉDITS : ALIEN.
AVATAR : MAX R.
ÂGE : QUINZE ANS.
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 127

les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: Re: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) EmptyMer 22 Oct - 9:40

C'est terminé.
Il va croire pleins de choses parce que j'ai accepté ses lèvres contre les miennes.
Et puis son corps aussi mais ça c'était pas voulu. Il m'a pas laissé le choix. J'ai pas encore de supers pouvoirs pour éviter ça. Puis si j'avais le choix entre plusieurs pouvoirs, je choisirais même pas celui là. C'est logique.
Il serait plutôt en rapport avec Rozen.
Comme ça, elle m'échapperait jamais.
Ses lèvres,
contre les miennes.
Les miennes.
Les miennes.
Les miennes.
J'ai l'impression de perdre toute mon énergie dans ce baiser. Je sens que des choses se passent au niveau de ma bouche mais je serais incapable d'expliquer quoi. J'ai les lèvres qui piquent et une tension électrique qui s'en évade pour se faufiler contre les siennes. Celles d'un garçon dont je connais même pas le prénom.
Et puis c'est peut-être mieux comme ça. Ce sera plus facile de lui casse la figure quand les choses tourneront mal parce qu'elles tourneront forcément (très) mal.
« J'arrêterais pas alors si tu veux arrêter, frappe moi. »
Le frapper ? mais c'est déjà fait et rien n'a changé. Mon coeur joue au con sous ma cage thoracique, je peux le sentir battre de façon même pas régulièrement. Ça part dans tous les sens, c'est horrible, pas possible.
Je sais même pas combien de temps je vais tenir là-dessous, c'est aléatoire. Pour le moment, je gère, je me dégoûte pas trop, certainement parce que je me concentre sur ce fichu baise mine de rien. Je me dis qu'il faut que je m'applique un peu pour pas passer pour un puceau. Fin, à mon âge, ce serait pas non plus étonnant. On peut pas dire que j'ai de l'expérience.
Et puis sa façon de bouger change, mon regard retrouve le plafond blanc.  J'ai plus de points de repères comme ses deux grands yeux bleus ou ses cheveux qui gouttent sur mon front. Je le sens seulement s'aventurer sur mon corps.
Mon pauvre corps incapable de retenir un gémissement. Faible mais trop présent entre mes lèvres. Mon coeur se contracte sous l'effet de la honte alors que mes mains le repoussent brusquement, lui, ce criminel.
Laisse-moi.
Mais ça suffit pas, je le sens toujours trop proche de moi.
Lâche-moi putain !
C'est même pas de l'agression, non, c'est plutôt un supplice. Une douleur qui règne dans chacun de mes mots. Un 's'il te plait arrête-toi'. Mes mouvements brusques sont seulement une défense et lorsque je parviens (enfin) à me débarrasser de lui, je manque de me casser la figure en me redressant.
L'eau me fait glisser mais ne suffit pas à me mettre à terre. La panique est bien plus forte qu'un petit déséquilibre.
Ne m'approche plus jamais.
C'est triste parce que c'est toujours le même schéma qui recommence. Dés que je touche un tout petit peu le bonheur, je mets tout en oeuvre pour m'éloigner par honte.
Depuis quand c'est une honte d'être heureux, Rudy ? T'es lu ça où ? Dans quelle bible ?
On t'écoute ...
Ah non, tu pars.

_________________


Il y peindra son corps avec toute sa douleur, il y peindra sa respiration, son geste et son combat.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




les yeux bas (rudy) Empty
MessageSujet: Re: les yeux bas (rudy)   les yeux bas (rudy) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

les yeux bas (rudy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PALO ALTO :: HORS JEU :: RP-