AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 l'amor aux trousses (Dio)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : COLD BLOODED. (coralie)
CRÉDITS : PEACH.
AVATAR : ANTON LISIN.
ÂGE : 17 ANS.
DATE D'INSCRIPTION : 13/08/2014
MESSAGES : 733

MessageSujet: l'amor aux trousses (Dio)   Lun 27 Oct - 22:06

c'était plus simple avant, j'te jure, ça allait bien. même quand je hurlais, même quand je devenais fou, même quand je tapais, j'te jure, ça allait bien, ça allait mieux.
même quand ça allait pas.
t'étais là, t'étais partout, t'étais dans ma tête et j'me disais "fais pas l'con Cal, elle t'attend, quelque part, elle t'aime"
"elle t'aime"
j'aurais pu défoncer le monde pour toi, tu vois, j'aurais pu tuer, j'aurais pu kidnapper la terre entière, Beyoncé, Obama, Oprah, la reine d'Angleterre, j'aurais fait n'importe quoi
j'vivais un peu comme ça
parce que tu m'aimais
c'était doux, c'était calme, c'était simple tu vois
t'étais là.
tu m'aimais.
maintenant je cours tout l'temps et je laisse plus de trace, maintenant j'ai les yeux rouges et je dors plus, j'ai tout essayé, toute la vie que je trouvais, mais y a rien qui y fait
y a rien qui aide
j'ai mal j'ai mal j'ai mal comme un chien
un chien errant
j'ai plus rien
j'ai plus d'sens
plus d'sommeil
plus d'repos
plus d'vie
j'te jure
reviens
s'il te plait
j'en ai marre de courir, d'errer, d'attendre le lendemain, l'oubli, ou une bagnole trop bien lancée.

cette nuit j'ai mal au dos mal au ventre mal à l'âme
cette nuit j'ai des couteaux dans les yeux et du feu dans la gorge
j'ai compris à la 27ème lune que j'ai vue qu'en fait c'était des lampadaires
cette nuit je rentre pas et je rentrerai plus
j'veux m'éteindre maintenant tu vois, tu comprends ?
j'veux arrêter les conneries et le mal
j'veux qu'mes yeux se ferment jusqu'à ce que je sache respirer sans sentir encore ton odeur
cette nuit je brûle ton fantôme avant de clamser de douleur
quitte à clamser de douleur
j'm'en fous.

j'en peux plus.
t'es où ?
je gueule encore dans la rue, les gens doivent me prendre pour un mec bourré et défoncé et désespéré
et j'sais pas m'énerver contre ça
je gueule comme un taré j'te demande où tu es
et j'm'énerve pas contre le monde parce que je le sais putain je le sais que je suis qu'un mec bourré et défoncé et désespéré
et plus je gueule plus je le sens
et plus je le sens plus je le sais
que je te récupérerai jamais.

j'ai les yeux et les poings et la gorge et les lèvres rouge sang
j'ai l'âme à vif et ça se voit à 5 km à la ronde
j'insulte même plus les enfoirés qui changent de trottoir en me voyant.
j'ai compris.
j'suis un putain de chien errant, sans toi j'ai toutes les maladies
hépatite galle tétanos sida
j'suis foutu et contagieux
même le destin ne veut plus de moi
j'insulte même plus la vie qui me la fout à l'envers.
j'ai compris.
au lieu de ça j'm'assois dans mon coin, le dos au mur et le cœur en l'air,
ça tourne ça tourne, ça s'arrête pas,
j'sais plus mon nom, j'sais plus où j'habite, j'sais plus marcher et à peine parler et pourtant j'oublie rien de toi
et pourtant ton prénom ta peau ton odeur ton absence ton manque, ça j'oublie pas.

j'l'avais pas oublié, lui, j'sais pas pourquoi
des gueules j'en pète des dizaines, surtout depuis
enfin
tu sais quoi.
mais lui il était chelou, une lopette, une pédale tarlouze tapette, un PD quoi
tu sais moi j'aime pas ça, j'aime pas les gens, et lui il était là à s'faire péter l'cul ça s'sentait tu sais et j'aime pas ça, j'avais bu ce soir-là et j'lui ai montré comment il fallait faire
comment un homme touchait un homme,
avec les poings tu vois,
les poings et puis les pieds et puis tout ce qu'il faut pour faire cracher du sang
c'est toujours mieux qu'avaler des bites tu m'diras
non,
non,
tu m'diras pas.
il était chelou et j'avais pas réussi à l'oublier
et là, ce soir, cette nuit, j'ai pas envie de le voir,
j'ai envie de voir personne,
(sauf toi)
personne,
mais surtout pas lui.
alors j'me suis levé comme un con et j'ai avancé jusqu'à cette ombre sans nom, j'l'ai plaqué contre le mur
(enfin j'ai tenté)
et j'ai voulu l'insulter
mais j'suis resté bloqué
et voilà
j'ai la gorge en feu et les mains comme un vieux
y a tout mon corps qui tremble et j'te parle pas de cette vieille nausée
comme si j'allais tomber

face à lui
mon poing serré sur son t-shirt m'aide plus à rester debout qu'elle ne le plaque où que ce soit.
manquerait plus que
manquerait plus que
je cherche ses yeux de pd pour retrouver un peu de colère
un peu de haine
parce que là-dedans
là, tout de suite,
j'me sens plus près de chialer ou de crever que de le frapper.

_________________

Ténèbres ☸️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : sesterce
CRÉDITS : neo
AVATAR : harrison tea
ÂGE : 19
DATE D'INSCRIPTION : 25/10/2014
MESSAGES : 49

MessageSujet: Re: l'amor aux trousses (Dio)   Jeu 30 Oct - 18:37

tu vois c'est l'instant où les anges rêvent de mourir. quand leurs ailes s'écorchent contre les nuages. moi je les regarde. j'ai pas peur des anges. je sais ce qu'ils sont. inside.

nuit.
écho d'ame
dio de sortie
spectre en déroute
t'as pas peur toi
t'es sûr que t'as pas peur
il est pas bon ce garçon là
c'est l'enfant fou un peu grandit
un peu plus écorché

j'crois qu'de toute façon on voyage tous dans l'obscurité

saoulé de froid

j'ai vraiment froid. mais ça me dérange pas tellement.
ça passe au dessus
comme le reste.
comme leurs gueules acides quand ils me regardent.
tu sais la peur qui transcende
et leur face ça veut dire qu'est-ce que c'est ?
ils sont comme des oiseaux morts.
tu sais le genre de bête un peu fabuleuse, un peu foireuse,
tu sais le genre de bête qu'on abat en plein ciel
écroulée, figée dans c'qu'elle a de plus absurde.

j'ai un genre d'facilité à leur arracher la voix
tu sais les silences qui foutent le malaise.
c'est les miens.
je crois que je suis né avec leurs mots serrés dans les poings.
j'ai dû les étrangler au premier souffle.
ou quelque chose comme ça.
tu sais j'en ais rien à foutre
ce soir c'est marche ou crève
ce soir c'est le mal qui s'éveille au fond d'mon ventre
comme les griffes d'un chat plantées dans l'estomac
ses crocs occupés à triturer l'organe salvateur
j'ai le cœur au tréfond de l'ame
j'ai le manque en corde de pendu
qui tire
j'crois qu'il va tout arracher
tout l'peu d'équilibre
tout ce que je faisais tenir

le sachet dans ma veste
est comme un galet
ou un boulet à mes cheville
qui pèse lourd.
le froid glisse en moi
inouïe. presque vicieux.
je sens le manque lorsqu'il commence se retourner un peu
à gémir
à hurler
dedans l'crane

juste des griffes
j'm'y coucherais encore
aux songes d'héroïne
jolie poudre qu'on dirait diamantée.
un trésor dérobé aux dragons
j'veux m'injecter toutes les pierres précieuses
oubliées dans le ventre de la terre.

&

j'connais cette gueule
j'connais ses poings,
le goût du sang, il l'a sur les lèvres
putain d'accident l'entrevu
un peu comme un crash.
mais on tend pas la main à la gueule qui veut mordre
et ce mec la devant, il avait pas trop l'air au courant.
ç'avait claqué net, trop d'électricité dans l'air
lui c'était
une sorte de ramassis bordélique d'étoiles tombées la par erreur,
le genre qui filent un peu vite
un peu trop pour suivre un tracé précis
voilà ce que j'avais pris dans la gueule
une météore.
ce mec la devant,
il est comme un lion qu'on aurait oublié dans une cage.
besoin de bouger.
cette fois c'est vers moi qu'il avance
et j'sais mon regard qui s'crispe
le noir entre deux paupières, qui fixe
j'vois l'alcool qui imprègne ses pas, une sorte de détermination colérique qui s'essouffle
les poings qui se serrent, et les mâchoires en étaux
au bord de la rupture
fauve prêt à bondir, les muscles tétanisés et le regard vissé sur chacun de ses gestes
immuable presqu'éternel
ses doigts crochetant mon t-shirt
qui pousse, qui tire exactement comme si son esprit était à moitié éteins, et que ça clignotait à l'autre bout du tunnel, comme s'il allait s'écrouler. là tout de suite. comme s'il se battait contre plus fort que lui
j'ai flairé sa tristesse, quelque chose d'insoutenable
j'aurais voulu partir de la tout de suite
j'aurais voulu le toucher plus prêt
ou écraser mon poing contre sa bouche trop rouge
éclair
ma main pour enserrer son épaule, durement
l'éloigner
les doigts plantés en serres
lâche le dio
j'ai le manque qui m'démange
j'veux m'envoyer la blanche
brûler au creux des veines
brûler au feu des tiennes

c'est l'ironie dans mon sourire quand j'lui propose un shoot de blanche
-t'aurais peur du baiser d'héroïne ?
le rire est goguenard
une sourire tout en crocs qui moquent, et les doigts qui se détachent

blottis au pied du mur
j'équilibre cuiller et poudre blanche, j'équilibre la mort dans une seringue
filtrage bâclé,
tout ce que j'espère c'est que cette pute d'aiguille se bouchera pas
ceinture pour révéler la veine
piqûre salvatrice et saut de l'ange
un soupire entre les dents et le cuire de la ceinture
plénitude
je sais alors que
si le soleil fait chaque jour semblant de se lever c'est la nuit pour toujours.

_________________
le bruit des os qui craquent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : COLD BLOODED. (coralie)
CRÉDITS : PEACH.
AVATAR : ANTON LISIN.
ÂGE : 17 ANS.
DATE D'INSCRIPTION : 13/08/2014
MESSAGES : 733

MessageSujet: Re: l'amor aux trousses (Dio)   Jeu 30 Oct - 21:11

j'ai pas fait grand chose pour m'en sortir je sais
je sais
si t'étais encore là tu m'engueulerais, si t'étais encore là tu me détesterais
(mais t'es plus là pour quoique ce soit)
j'fais le con chez moi et puis j'me tire en courant
j'fais le con dehors et puis j'continue de courir
le lycée ils veulent presque plus de moi, j'ai trop séché et puis quand j'suis venu j'ai trop gueulé et puis quand j'me suis tu j'ai trop frappé
ils sont jamais contents tu sais
toi avant quand j'faisais un effort tu me souriais
parfois je sens encore ta main contre ma joue et tes lèvres sur mon front
parfois j'ai presque l'impression que tu pourrais être fière de moi
et puis j'abandonne
et puis je craque
parce que la vie me le répète comme si j'étais trop con pour capter :
t'es plus là pour quoique ce soit.

tu m'aimes plus tu me détestes plus tu m'en veux plus tu me désires plus tu me pardonnes plus tu m'accuses plus tu me mens plus tu me calmes plus tu m'aides plus tu me maudis plus
pour toi
j'existe
plus

alors j'ai décidé de plus exister.
du tout.

j'suis un coup de vent
un coup de poing
un coup de gueule
un coup de barre

j'suis une porte qui claque
j'suis un cri une morsure une crise cardiaque
je foudroie et je disparais
j'existe plus
pour personne tu vois
personne.

alors quand l'autre con me sourit et me propose de descendre un peu plus, j'ai à peine la force de me répugner qu'il me propose "un baiser".
j'ai à peine le courage de penser que tu voudrais pas ça, que personne voudrait ça, que j'ai toujours dit non,
non,
assez
assez de conneries et de mal comme ça.

non ce soir je serre juste un peu plus mes poings, je le regarde assis à côté de moi, je le regarde commencer à plonger dans son enfer
et je me demande si ça peut être un vrai enfer s'il n'est pas dirigé par le manque de toi.
mon poing frappe le mur pour débarrasser ma tête du tournis et de ton prénom
j'ose plus regarder le pd défoncé
j'appuie mon bras contre le mur et je cache ma tête dedans
et puis je me dis qu'est-ce que ça peut être que le mal si ce n'est pas ton abandon ?
j'soupire sans bouger de là
j'soupire et je demande :
ça fait quoi ton truc là ?
ma voix se pète encore plus la gueule que mon corps, dedans j'entends que toi, que toi et le mal que tu me fais (ou que tu ne me fais plus), que toi et l'absence de toi, que toi qui serre ma gorge et qui lacère mon cœur.
et y a l'autre pd et son aiguille empoisonnée
et y a l'alcool et la douleur et ma voix qui tremble et mon poing qui saigne qui me soufflent que peut-être
peut-être
que peut-être
la solution est là  

_________________

Ténèbres ☸️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'amor aux trousses (Dio)   

Revenir en haut Aller en bas
 

l'amor aux trousses (Dio)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amor
» Vente de cartes de voeux et de trousses en tout genre
» Nouvelle cage pour ma phoebe d'amor!
» trousses motif animaux
» Alimentation humide "Mi Amor"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PALO ALTO :: PALO ALTO :: LES RUES-