AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 comme des enfants, en cavale. ♥ opie&wade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NO NAME.
CRÉDITS : chester (avatar)
AVATAR : merle berges.
ÂGE : dix-sept ans
DATE D'INSCRIPTION : 25/09/2014
MESSAGES : 51

MessageSujet: comme des enfants, en cavale. ♥ opie&wade   Dim 12 Oct - 18:11

« Mais j'ai jamais voulu
D'une vie en pacage
J'aime mieux sourire à l'inconnu
Si l'inconnu à ton visage »;
Comme des enfants, en cavale- Alexandre Poulin


La sonnerie retentit témoignant que c'est la fin de la journée. Tu ramasses donc tes livres que tu mets soigneusement dans ton sac d'école. La majorité des étudiants de ta classe sont déjà sortit du local comme un véritable troupeau en rut. Quant à toi, tu n'es pas pressée de toute façon tu sais que tes papas vont t'attendre pour le repas et de toute façon, il est encore tôt. Tu finis par sortir avec les bretelles de ton sac à dos bien mis sur tes épaules comme une gamine, tu marches dans le long couloir accrochant quelques silhouettes au passage, des petits excuses sortent de ta bouche de façon à peine audible. Et tu réussis à franchir la porte, la lumière du jour t'éblouis et te fait plisser les yeux durant quelques secondes, mais un sourire enfantin se dessine sur ton visage et tu laisses cette chaleur t'envahir, comme une fleur tu prends toutes les vitamines possible que cette boule de lumière peut t'apporter. Tu poses tes grands yeux de chat botté vers l'avant, et tu dévales les marches tranquillement jetant un simple regard à gauche et à droite, plusieurs jeunes sont regroupés et discutent, parmi eux t'entends des rires, certains d'entres eux manquent de te bousculer alors comme un pantin tu bouges pour ne pas te retrouver le nez au sol. T'avances un peu et soudainement, tu le repères en retrait sous un arbre, la tête baissée. Un sourire se dessine sur ton visage, et tu sens un soulagement de n'être pas seule parmi cette masse d'adolescents, tu te diriges donc vers lui et sans gêne tu viens poser tes fesses à ses côtés pour constater qu'il a son carnet à dessin sur lui, tu ne peux pas t'empêcher d'étirer ton cou pour tenter de voir sa création. « Qu'est-ce que tu dessines?» Finis-tu par dire pour briser le silence et annoncer ta présence. Tu sais que Wade est hyper discret lorsqu'il est question de ses dessins, mais toi tu adores tellement son art que tu ne peux pas t'empêcher de t'y intéresser. Tu te pinces les lèvres en l'observant et t'espères qu'il ne sera pas agacé c'est pourquoi t'affiches une moue et un petit sourire reprenant la parole; « Désolée, c'est plus fort que moi.» Avoues-tu, tu retires ton sac de  tes épaules et tu le poses sur tes genoux pour l'ouvrir et en sortir un paquet de biscuits que t'ouvres et dans lequel, tu te sers pour ensuite lui tendre.Entre vous, c'est une amitié forte au caractère enfantin par moment et toi c'est ce que t'aimes de cela.

_________________
Tu pourras m'dire tout c'que tu veux
Sous tes fous rires et tes grands airs
C'est pas la peine
Tu peux mentir à qui tu veux
Tu souris trop pour être heureux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : .hell/chloé
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237 (avatar)
AVATAR : forrest dabinett
ÂGE : dix sept ans.
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2014
MESSAGES : 31

MessageSujet: Re: comme des enfants, en cavale. ♥ opie&wade   Dim 12 Oct - 21:38

Le cadavre de deux clopes à tes pieds. Ça fait une heure que t'es assis à la même place. T'as sécher le français. Encore. C'est définitivement pas pour toi. La prof doit même plus se rappeler de ta tête. Tu tousses, une, deux fois. Deux clopes en si peu de temps, c'est trop pour toi. Tu relèves pas la tête quand ça sonne. Le monde sort, les gens parlent. La fumée s'élève au dessus de la plupart des groupes. Tout ça, c'est qu'une distraction de plus. Ta main arrête de bouger, tes doigts relâchent la pression sur ton stylo. Tu clignes plusieurs fois des yeux, comme si tu découvrais ce qu'il se trouvait sur ta page. Des formes flou, un dessin blanc sur un fond noir. C'est tellement bordélique, même pour toi. T'es trop absorbé par ça, pour t'apercevoir que quelqu'un est venu te tenir compagnie. Une lumière dans toute cette noirceur. Tu sursautes. Elle s'excuse ? Pourquoi ? T'as pas vu qu'elle avait d'essayer de jeter un coup d’œil à ton carnet. "T'as pas à t'excuser." Tu prends quand même soin de discrètement tourner la page. Tu protèges tes secrets c'est normal. Tu veux pas qu'elle voit une page gribouillée de noir de haut en bas. "Rien de bien important. Des idées en vrac, comme d'habitude." Des idées noires surtout, que t'essayes de refouler au plus profond de ton esprit. Tu les enfermes, tu jettes la clé. Innocemment, tu commences à dessiner des lignes pour te donner contenance. Ton esprit guide tes doigts. Le tracé est vif, précis. Tu t'arrêtes un instant, ton autre main s'empare d'un biscuit. Tu mords dedans sans grande conviction. T'en profites pour fermer définitivement ton carnet. T'esquisses un sourire dans sa direction. Un petit rire monte en toi. "T'as du chocolat au dessus des lèvres .. non pas là .. plus à gauche." Tu finis ton cookie. Tu fais tomber les miettes de ton carnet et tu le ranges. "T'as prévu quoi ce soir ? Dis moi pas que tu dois rentrer tôt. Je t'en supplie." T'as pas envie de rentrer chez toi. Tu veux pas subir une nouvelle engueulade, tu préfères finir complètement défoncé chez une inconnue, dans une ruelle. N'importe où. T'as l'impression d'avoir déjà vendu ton âme, et ça elle le sait. Oh que oui, elle le sait Opie. Tu le lui fais comprendre dans un regard.

_________________
until the love runs out
i'm the architect of my own destruction(⚡️) .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NO NAME.
CRÉDITS : chester (avatar)
AVATAR : merle berges.
ÂGE : dix-sept ans
DATE D'INSCRIPTION : 25/09/2014
MESSAGES : 51

MessageSujet: Re: comme des enfants, en cavale. ♥ opie&wade   Ven 17 Oct - 3:06

Alors que tu t'es posée près de lui, comme une ombre ou plutôt une lueur d'espoir dans sa petite vie compliquée, ce dernier sursaute en constatant ta présence à ses côtés et t'affiches une moue prenant plus tes aises. Tes yeux bleus n'ont pas pu s'empêcher de divaguer jusqu'à son carnet à dessin et tu es venu à lui demander ce qu'il dessine pour finalement t'excuser d'être aussi indiscrète. Mais, il t'annonce que tu n'as pas à t'excuser et il t'apprend qu'il dessine des idées en vrac comme à son habitude. T'acquisses d'un léger signe de tête au fond de toi, tu sais que ces parcelles d'idées sont l'embryon d'une future carrière d'artiste. Tu t'imagines déjà assister à ses vernissages dans une grande salle d'exposition, ouais souvent ton esprit divague et tu te permets de l'imaginer plus tard de vous imaginez plus tard, toujours aussi complices et présent l'un pour l'autre avec comme ajout, une dose de maturité peut-être? Bref, t'as sortie ton paquet de biscuit et t'en prend un avant de lui tendre le paquet avec un sourire discret et pourtant sincère, puis tu te concentres à manger ce fameux biscuit, t'es tellement concentrée que tu clignes des yeux devant la remarque de ton meilleur ami qui t'annonce que t'as du chocolat au dessus des lettres. Un nuage passe, puis deux peut-être et ton cerveau décode l'information puis tu t'empresses de le retirer avec rapidité et délicatesse, mais il faut croire que ce n'est pas satisfaisant puisqu'il reprend à ton attention en disant que tu as du chocolat plus à gauche. C'est à ton tour de laisser échapper un rire, t'appuies plus vigoureusement pour retirer cela de ton visage en fronçant les sourcils exposant une mine de détermination et finalement tu réussis. Puis, il te demande finalement ce que tu fais ce soir et dans un supplice il te demande de lui dire que tu ne rentreras pas tôt. Tes yeux se plongent dans les siens et tu peux y lire une sorte de détresse, cette détresse qui te massacre ton pauvre petit coeur. Tu décides de terminer ton biscuit pour te donner du courage peut-être? Et t'annonces; « Je ne rentre pas tôt, mes papas travaillent...» Vérité, purement que la vérité de toute façon Wade est au courant de ta situation particulière peu commune et tes deux papas qui s'aiment à en crever. Étonnamment, lorsque tu lui avais confié cela, aucune gêne ne s'était fait ressentir pour toi cette situation était normale et c'était normal aussi que tu lui en fasses part. T'affiches à nouveau un sourire doux et réconfortant et tu lui demandes ensuite; « T'aimerais qu'on fasse quoi?» Tout ce que tu veux, ça ne dérange pas tout ce que tu voir c'est son sourire ou encore l'entendre rire, tu ferais des pieds et des mains juste pour ça et tu sais qu'il ferait la même chose pour toi. Réalises-tu à quel point, tu as de la chance Opie? Réalises-tu que tu as de la chance d'avoir Wade dans ta vie? Le réalises-tu? Ouais bien sûr, et tu chéris cette amitié comme la prunelle de tes grands yeux bleus océan d'adolescente.

_________________
Tu pourras m'dire tout c'que tu veux
Sous tes fous rires et tes grands airs
C'est pas la peine
Tu peux mentir à qui tu veux
Tu souris trop pour être heureux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : .hell/chloé
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237 (avatar)
AVATAR : forrest dabinett
ÂGE : dix sept ans.
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2014
MESSAGES : 31

MessageSujet: Re: comme des enfants, en cavale. ♥ opie&wade   Lun 20 Oct - 16:33

Tu prends ton temps de bien lisser les pages de ton carnet, de pas les froisser avant de le ranger. Tu la supplie ensuite presque, t'as pas envie de retrouver tout seul. Mais plus que ça, t'as envie d'être avec elle. Tu plonges alors ton regard dans le sien. Des yeux si bleus. Comme les tiens. Avec cette proximité entre vous, on pourrais vous prendre pour des frères et sœurs. Pourtant ce sont des sentiments bien moins innocent qui sont enfouis en toi. T'en prend conscience tous les jours dès que tu la vois le matin. Que tes paupières lourdes paraissent beaucoup plus légère quand il s'agit de la regarder, elle. Que sans le vouloir, quand t'es paumé en cours et que tes yeux jettent un regard furtif sur ta feuille, c'est elle que tu vois dessiner. T'as bien essayé de te raisonner. Tu peux juste pas échapper à tes sentiments. Tu peux pas y échapper mais tu les garder ses clés, les enfermés sous des tonnes de pensées, tu peux t'y soustraire. C'est ce que t'as décidé de faire en comprenant, que pour elle tu n'étais rien de plus qu'un frère. Un sourire en coin étire ton visage quand tu prends conscience de ce qu'elle te dit. "Ce que tu veux." Tu te lèves et tu lui tends la main, prêt à la relever. "C'est toi la princesse après tout." Une fois sur ses pieds tu lui rends son doux sourire. "Y a endroit que j'aimerais te montrer. Mais c'est plus beau la nuit." T'observes autour de toi, dans quelques minutes un flot de lycéen se dirigera vers le lycée pour une dernière heure de cours. Tu te places de manière à les avoir dans le dos. Tu rabats ta capuche sur ta tête comme à ton habitude. Tu caches tes yeux beaucoup trop clairs à ton gout. Trop doux. Trop océan. Pas assez glace. T'aimes pas l'idée qu'on puisse lire en toi si tu n'en as pas le désir. T'esquisses un autre léger sourire en la regardant réfléchir.

_________________
until the love runs out
i'm the architect of my own destruction(⚡️) .


Dernière édition par Wade Graham le Dim 2 Nov - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NO NAME.
CRÉDITS : chester (avatar)
AVATAR : merle berges.
ÂGE : dix-sept ans
DATE D'INSCRIPTION : 25/09/2014
MESSAGES : 51

MessageSujet: Re: comme des enfants, en cavale. ♥ opie&wade   Jeu 23 Oct - 19:48

Toi Opie, tu ne vois rien de cela. Comme si t'avais les yeux trop prêt, tu ne remarques pas les étincelles dans les yeux de ton meilleur ami, tu ne remarques même pas les battements de son coeur augmenter la cadence et qui monte dans les oreilles quand tu te trouves près de lui. T'es naïve Opie, ou simplement dans ta tête, il t'aime comme toi tu l'aimes c'est-à-dire d'un amour inconditionnel que l'on offre à son meilleur ami en lui offrant son attention, des contacts physiques en ne franchissant jamais la petite ligne invisible qui se tient là et qui pourrait faire basculer vos vies, si jamais vous prendriez la décision de la franchir. Toi Opie, tu ne t'es jamais arrêtée à cette éventualité parce que pour toi, il n'y a pas d'autres alternatives que celle que vous avez instaurez et qui dure depuis tout ce temps. Comment réagirais-tu Opie, si tu venais qu'à apprendre que tu es sa muse? Que souvent, lorsqu'il dessine dans son carnet les lignes qu'il expose sur ta feuille vienne à former ton corps, ton visage, et surtout ton regard bleu. Justement vos regards bleus se croisent et tu l'observes attentive et il sourit enfin, et ça te fait du bien. Puis, il t'annonce que vous ferez ce que tu veux que c'est toi la princesse. Tu clignes des yeux pour enregistrer ce mot "princesse" t'es une princesse toi, vraiment? Ouais peut-être que t'es une princesse dans ton monde, dans l'univers que tu te construis qui sait? Puis, il prend ta main pour t'aider à te lever. Tu t'empares de ton sac que tu poses sur tes épaules et tu lui tends ta petite main pour te remettre sur tes pieds à nouveau il t'offre un sourire que tu lui rends aussitôt. Et il te dévoile qu'il a un endroit à te faire découvrir, mais que c'est plus beau la nuit. Aussitôt, t'as des étincelles dans les yeux et tu sens le sens de l'aventure couler à flot dans tes veines. Tu réfléchis et c'est alors que tu constates qu'il se pose volontairement dos à la vague d'étudiants qui risquent de déferler pour la prochaine heure en se camouflant à l'aide de son capuchon, étrangement tu ressens un pincement ne comprenant pas pourquoi il se cache de cette façon, alors qu'il est si gentil. Pourquoi, caches-tu ton regard océan Wade? Aurais-tu envie de lui demander, mais tu t'abstiens de toute façon toi aussi tu te camoufles, tu te caches peut-être dans dans un capuchon, mais dans tes rêveries qui deviennent ton armure. De toute façon, il n'a pas besoin de se cacher, parce que tu réussis à lire en lui ou presque... Doucement, tu viens jouer avec le bout de ses doigts à l'aide de tes propres doigts, avec un sourire en coin puis tu dis; « J'aimerais bien le voir ton endroit, mais on peut attendre la nuit, ça ne me dérange pas.» Tu finis finalement par prendre sa main et t'entrelace ses doigts avec les siens et tu l'invites à quitter ce lieu. Tu te dis, que peut-être lorsque vous serez sortis de ces clôtures, il pourra enfin retirer son armure et être lui-même totalement? Vous marchez et t'as soudainement l'impression qu'après avoir franchi cette clôture, vous êtes totalement libre et maîtres de votre destin, comme si le monde vous appartenait et que rien n'était impossible. Vous êtes comme des enfants, en cavale.

_________________
Tu pourras m'dire tout c'que tu veux
Sous tes fous rires et tes grands airs
C'est pas la peine
Tu peux mentir à qui tu veux
Tu souris trop pour être heureux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : .hell/chloé
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237 (avatar)
AVATAR : forrest dabinett
ÂGE : dix sept ans.
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2014
MESSAGES : 31

MessageSujet: Re: comme des enfants, en cavale. ♥ opie&wade   Dim 26 Oct - 22:36

Tu les vois ces étincelles ? Celles que t'as réussi à faire naître dans ses yeux. Celles qui font partis de ton univers, celles que tu vas à présent défier d'apparaître le plus souvent possible. T'es fier de toi à ce moment là. Tu te déplaces légèrement, la sonnerie te vrille les tympans. T'aimerais être comme Opie. Elle, elle semble pas l'entendre ce bruit strident. Elle ne semble pas dérangé, et toi tu penses qu'une fois de plus t'aimerais bien la partager avec elle, cette bulle. Toi tu perçois tout. Chuchotement. Rire. Tu crois même pouvoir entendre deux lèvres qui s'embrassent. Baiser endiabler. Focalise toi sur autre chose. Vite. Ses doigts, ongles vernis de violet. Bien, ton rythme cardiaque redescend. Pas tellement finalement, il a définitivement augmenté depuis qu'elle est là. J'aimerais bien le voir ton endroit, mais on peut attendre la nuit, ça ne me dérange pas. Un frôlement qui devient caresse. Ses doigts qui jouent avec les tiens. La vie parait belle à ce moment là. Tout parait simple. Tu ressers ta prise sur ses doigts, les mêlant au tiens. Tu veux le garder en mémoire ce moment, tu veux pas qu'il t'échappes. Que le vent l'emporte et qu'il tombe dans l'oubli. Tu t'y accroches comme tu peux. T'as à peine entendu ce qu'elle t'a dit. Elle te guide et tu la suis, elle est la lumière de ton phare. Vous passez les grilles, un poids quitte ton cœur. Là tu te sens libre, vous êtes libres. Deux âmes en errance dans les rues de la ville. Suis moi. A aucun moment ta main se détache de la sienne. La nuit tombe vite, tes yeux se perdent dans les étoiles. C'est beau. Elle est belle cette nuit. Heureusement qu'elle est là Opie. Elle te guide, t'empêche de tomber, de trébucher, de te prendre un poteau, de te perdre. Vous êtes bientôt arrivé. Là, t'hésites. Et si tu la décevais ? Et si ses étincelles disparaissaient ? Tu veux pas voir un regard déçu se poser sur son visage ce soir. Plus le temps de décider. Viens. Tu lui souris, tu détournes le regard pour ne pas trop t'attarder sur son visage. Pour pas faire ou dire une connerie. Tu passes une porte, tu montes des marches, une à une, deux par deux. 214 marches. Tu les à toutes compter, et à chaque fois que tu reviens tu les comptes de nouveau. Tu finis par être essouffler au bout du septième étage. Enfin, vous êtes victorieux. Tu passes une dernière porte. Le toit. C'était ça ton objectif depuis le début. Lui prenant l'autre main, tu lèves la tête au ciel. Regarde. Des étoiles, plein, beaucoup, une infinité. C'est enivrant, apaisant. Les lumières, on voit plus celles des étoiles à cause d'elles. Ici on ne voit qu'elles. Sublimes. Puissantes. Immortelles.

_________________
until the love runs out
i'm the architect of my own destruction(⚡️) .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NO NAME.
CRÉDITS : chester (avatar)
AVATAR : merle berges.
ÂGE : dix-sept ans
DATE D'INSCRIPTION : 25/09/2014
MESSAGES : 51

MessageSujet: Re: comme des enfants, en cavale. ♥ opie&wade   Ven 31 Oct - 19:49

Vous déambulez ensemble dans les rues de Palo Alto. Tu gardes ta petite main frêle dans la sienne, c'est rare toi que tu sens ton coeur devenir lourd, que t'as ce goût de rancoeur ou encore le goût de la violence, t'es plutôt une adolescente heureuse et pour toi, franchir les portes du lycée ce n'est pas une libération en soi, puisque peut importe l'endroit où tu te trouves, tu te sens bien en général. T'es une personne que l'on peut qualifier avec le bonheur facile et tu sais très bien que ce n'est pas le cas pour tout le monde. Bientôt, le voile noir tombe et les étoiles s'installent un peu partout dans cette espace éclairant votre chemin. Il finit par lâcher ta main et te souffle de le suivre, tu souris comme une enfant et tu sens la curiosité monter en toi, t'accélères le pas et tu tentes de ne pas le perdre de vue dans cette noirceur. Tu remarques qu'il s'arrête, et t'espères qu'il ne rebrousse pas chemin qu'il ne se désiste pas. De toute façon, peut importe l'endroit où il compte t'amener tu seras heureuse, il ne te faut pas grand chose pour que tu le sois d'ailleurs. Il franchit une porte et tu le suis toujours de près, ton petit coeur augmente de vitesse et tu souris encore et toujours alors que tu gravis des marches, plusieurs marches et tu prends le temps d'enregistrer le moment dans un coin de ta tête. Beaucoup de gens diraient que c'est inutile, mais toi tu es comme ça. Observatrice, tu veux garder tout les souvenirs possible même l'image de multiples escaliers est importante pour toi. T'es loin d'être sportive, du coup, alors que tu arrives au sommet t'as un peu le souffle court et tu passes par une seconde porte pour arriver au résultat final, la raison ultime de votre périple. T'as pourtant le souffle court à cause de votre ascension, mais tu te sens aussi apaisée. Tes grands yeux se posent sur ce décor majestueux. T'as toujours adorée les étoiles, mais là, on dirait que tu tombes une nouvelle fois sous leurs charme en voyant à quel point, ici sur ce toit elles viennent prendre toute la place. Tes yeux demeurent fixés sur elle, y'a pas aucun mot qui franchissent tes lèvres et bientôt un surplus d'émotion te prend d'un coup et ta vue s'embrouille. Tes yeux sont remplis d'eau, mais aucune larme ne s'échoue contre tes joues rosées par la course. Puis, tu finis par poser tes yeux sur Wade que tu avais oubliée durant quelques secondes devant ce spectacle et tu dis d'une voix douce; « C'est beau...» Cette fois, alors que tu clignes des yeux une larme se glisse un chemin et meurt contre ta joue. T'affiches un sourire au travers de ces larmes qui glissent sur ton visage et tu dis; « On dirait qu'elles sont venues que pour nous.» Ouais, t'as l'impression d'être dans une zone v.i.p. et que personne n'a cette chance d'avoir cette vue. T'as même l'impression que si tu te mettais à courir et que tu t'élançais, tu pourrais en atteindre une du bout des doigts, tellement que tu te sens près d'elles. Tu finis par passer une main sur ton visage en réalisant que tu pleures. T'es sensible Opie, peut-être trop? Mais, tu t'émerveilles tellement devant peu de choses que c'est touchant. Tu fais peut-être partie d'elles? T'es peut-être comme une étoile toi aussi, petite dans ce néant si vaste, tu brilles à ta manière et tu fais du bien aux gens que tu croises tout comme ces étoiles qui te font du bien. Ouais, t'es comme une étoile petite Opie. J'suis certaine que si tu lui demandais à Wade, si t'es une étoile il te répondrait que oui. Allez vas-y, demande-lui... Tu te pinces les lèvres et tu finis par le regarder une nouvelle fois en demandant; « Dis Wade, je suis une étoile moi aussi?»

_________________
Tu pourras m'dire tout c'que tu veux
Sous tes fous rires et tes grands airs
C'est pas la peine
Tu peux mentir à qui tu veux
Tu souris trop pour être heureux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : .hell/chloé
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237 (avatar)
AVATAR : forrest dabinett
ÂGE : dix sept ans.
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2014
MESSAGES : 31

MessageSujet: Re: comme des enfants, en cavale. ♥ opie&wade   Dim 2 Nov - 22:18


Un silence. T'aimes pas ça les silences, ça annonce trop de mauvaises choses. Tu remarques ses yeux pleins de larme. L'une d'elle déborde, coule et finit par s'écraser sur vos mains réunis. T'aimes pas la voir pleurer, que se soit des larmes de joies ou pas. T'aimes pas voir des sillons creuser ses joues. Et laisser une traînée noire de mascara derrière elle. Pourquoi noir d'ailleurs ? C'est maussade. Mais vous êtes bien en ce moment, non ? Regarde. Tu souris. Vous souriez. Vous êtes heureux là. On dirait qu'elles sont venues que pour nous. Mais elles sont venus pour toi, pour nous. Elles sont venus pour voir ton sourire, qui à ce moment précis, égale leur éclat. Elle te demande alors, si elle est une étoile. Que répondre à ça ? Si seulement elle savait ce que tu ressens vraiment, ce serait une évidence pour elle. Stop. Non t'as pas le droit de penser à ça. Pas maintenant. C'est pour ça que là, tu la prends pas dans tes bras. Oh que non. T'en as pas le droit, parce que ça serait pas pour les bonnes raisons. Oui. Tu es une des miennes en tout cas. La vérité, rien que la vérité. Mais t'as peur d'en faire trop. Pourquoi c'est si compliqué d'aimer putain. Pourquoi ça peut pas être comme dans les contes de fée. Le prince qui va sauver la princesse. Elle s'est peut-être la princesse, mais tu te penseras toujours le loup qui la retient prisonnière. Celui qui lui fera du mal quand il posera la main sur elle. C'est pour ça que tu te retiens. Que t'es a deux doigts de lâcher sa main.
Tu secoues la tête, tu chasses toutes ses pensées. Tes doigts viennent habilement sortir une clope du paquet qui se trouvait dans ta poche. T'en a vraiment besoin. Te concentrer sur autre chose. Tu lui en proposes une, et tu les allumes. Tu laisses la flamme du briquet allumer pendant un instant. T'aimes la lumière qui s'en dégage. La fumée monte avec lenteur de tes lèvres. Bien. Ça te cache encore plus. Mais là, t'as peur qu'elle te dise de lui montrer tes yeux. Elle, elle peut lire en toi comme dans un livre ouvert. Tu sais, ceux ou tu dois relire trois fois la phrase pour comprendre, ceux écrit en tout petit, avec des mots que t'as l'impression qu'ils sortent d'une autre langue. Elle, elle peut y arriver. Seulement, t'es pas aussi complexe que ça. Ça lui prendre quelques secondes pour comprendre, et toi tu veux pas que ça arrive. Tu la laisses profiter du spectacle, tu laisses tes mains retombés et tu te rapproches du bord du toit. Tes mains tremblent, signe de manque. A quelque chose de pire, que tu peux absolument pas contrôler. Ton envie irrépressible de dessiner, des courbes, des lignes, des ombres, tu les vois prendre forme dans ta tête. Ça emplit ton champ de vision, remplace le vide à tes pieds, la fumée, la présence d'Opie dans ton dos. Même si elle doit surement comprendre ce qu'il se passe. Dessin blanc sur fond noir. Enfin, tu retrouves la vue. Tu sens qu'elle s'est rapproché. Je suis désolé. D'être froid, d'avoir gâché le moment, peu importe, t'as forcément un truc à te faire pardonner. J'ai rien de prévu pour la suite. Je sais pas ce qu'on peut faire. J'imagine que t'as pas envie de passer une nuit blanche dans le froid avec moi ? Sinon je sais pas, on peut aller chez toi, on peut courir, on peut apprendre à voler. Voler pour aller toucher les étoiles si t'en a envie. Décrocher la lune. Ou s'enfuir jusqu'au soleil. T'es maladroit, pas super clair. T'essayes juste de te rattraper.

_________________
until the love runs out
i'm the architect of my own destruction(⚡️) .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NO NAME.
CRÉDITS : chester (avatar)
AVATAR : merle berges.
ÂGE : dix-sept ans
DATE D'INSCRIPTION : 25/09/2014
MESSAGES : 51

MessageSujet: Re: comme des enfants, en cavale. ♥ opie&wade   Sam 15 Nov - 20:59

Tes phalanges sont liées aux siennes et ton petit coeur a laissé exploser le surplus d'émotions en laissant une rivière de larmes submergée ton beau visage de poupée. Une poupée fragile, mais pourtant pas désarticulée, t'as une tête sur les épaules malgré ton côté rêveur qui prend beaucoup d'espace. T'es venue à lui demander si t'es une étoile. Le pire c'est que tu l'as demandée en ayant le visage le plus sérieux et sincère du monde, le mécanisme de ton petit coeur augmente légèrement et t'es anxieuse d'entendre sa réponse. T'aimerais tant pouvoir briller pour que tout le monde te remarque, comme une star hollywoodienne, mais malheureusement tu demeures dans l'ombre non pas par choix simplement que t'es pas douée pour te faire briller et quand t'essaies, tu brilles de travers. Un sourire se loge sur ton visage lorsqu'il t'annonce que t'es son étoile, tu lâches même un petit rire enfantin et tes yeux brillent malgré qu'ils soient cernés de noir. Puis, il sort une clope de ses poches et il t'en donne une que tu coinces légèrement entre tes lèvres fines, une flamme dansante surgit devant tes yeux et tu peux voir l'espace d'un temps son visage sous cette lumière, une lumière intime, une petite chaleur. Par contre, cela ne dure qu'un bref moment et bientôt vous êtes replongés dans le noir. Tu tires sur ta cigarette emplissant tes poumons de fumée cancérigène et tu ne remarques pas qu'il s'est aventuré au bord, tout près.

Finalement, tu finis par t'avancer et un frisson te parcourt l'échine, tu retires ta cigarette de ta bouche et tu la glisses entre tes petits doigts t'avançant vers lui. Voilà, qu'il est désolée. Tu sens soudainement des palpitations dans ta cage thoracique et soudainement ta cette vision de lui qui s'élance tel un ange les bras ouverts carrément dans le vide, te laissant toute seule pour affronter la chienne de vie. Non, calme-toi Opie jamais Wade fera une chose pareille, il ne pourra pas t'abandonner et abandonner les autres comme ça. Sans te rendre compte, t'es rendue près de lui et il a continuer son monologue en disant qu'il n'avait rien prévu pour la suite. Tu souris faiblement en secouant la tête, tu t'en fou de ce que vous ferez ou pas ou encore à quel endroit, au moins il est là et c'est tout ce qui compte. Tu prends une petite bouffée de ta cigarette à nouveau et tu dis; « Mais on peut pas voler, on est pas des oiseaux.» Tu lui souris et t'observes un moment l'horizon en enregistrant dans le coin de ta tête chaque petits détails, puis tu finis par dire; « On pourrait faire du camping dans ma cours, j'ai tout ce qui faut pour ça.» Ton sourire s'élargit et tu t'humectes les lèvres avant de reprendre; « La prochaine fois, on pourra même venir camper ici si tu veux.» T'écrases ta cigarette au sol et tu prend son bras le plus près de toi à l'aide de tes deux mains comme si tu tenais une bouée de sauvetage et tu colle ta joue contre son épaule. Ouais, t'as une tête de moins que lui, du coup l'image est assez amusante. Tu restes un moment comme ça sans bouger et tu murmures sans oser le regarder; « Promets-moi, que tu m'abandonneras jamais..» Tu te pinces les lèvres, pourquoi t'es si incertaine Opie? Tu sais pas, t'as l'impression parfois que ton Wade est malheureux, qu'il souffre et t'arrives pas à savoir pourquoi. Pourtant en tant que meilleure amie tu devrais lui poser la question directement, mais tu sens au fond de toi que c'est un terrain dynamité, dangereux.

_________________
Tu pourras m'dire tout c'que tu veux
Sous tes fous rires et tes grands airs
C'est pas la peine
Tu peux mentir à qui tu veux
Tu souris trop pour être heureux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: comme des enfants, en cavale. ♥ opie&wade   

Revenir en haut Aller en bas
 

comme des enfants, en cavale. ♥ opie&wade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» dubaye croisé caniche
» Comme des petits enfants
» voyager avec des enfants qui ne sont pas les notres que doit-on avoir comme documents?
» "s'entendre comme chien et chat"
» enfants actuels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PALO ALTO :: PALO ALTO :: PALO ALTO HIGH SCHOOL :: LA COUR-