AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LE BLUES DE SAL (PABLO)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Sam 11 Oct - 9:24

☆☆☆

J’ai pris mon vélo et suis sorti de la maison comme une furie. Claquée, la porte dans mon dos. C’est que le grand frère était pas content, il avait ses poings comme deux grosses menaces, je lui ai un peu crié dessus et je l’ai entendu courir dans les escaliers pour me choper par la peau des fesses et me foutre une raclée.
Alors j’ai couru, j’ai couru, aussi vite que j’ai pu, j’ai bondi sur la selle de mon vélo. Puis j’ai pédalé, j’ai pédalé dans les rues de Palo Alto, les sourcils froncés, les phalanges serrées agrippées au guidon de ma monture en acier.
Un peu de sueur sur le front.
Et puis sans prévenir, comme ça, d’un coup, la chaîne de mon vélo à lâché. Bim, je me suis bouffé le bitume dans le nez. Ça a fait d’abord le bruit d’une horloge détraquée puis d’un corps qui s’écrase sur la route. J’ai eu le premier réflexe de hurler un coup (faut que je laisse sortir la colère faut que je laisse sortir la colère faut que je laisse sortir la colère). J’ai donné un grand coup de pied dans le cadran du vélo et je lui ai balancé une pluie d’injures. J’ai les poings tellement serrés que ça me fait des douleurs dans les articulations.
J’ai du sang partout sur le nez et sur la bouche. Le jogging troué, le marcel tâché lui aussi. Et je hurle encore contre mon vélo et puis un dernier coup de pied dans le cadran.
Je me laisse tomber sur le bitume, les fesses par terre, à attendre de me calmer, de me dire c’est pas grave c’est que la chaîne de ton vélo, Sal. C’est juste la chaîne de ton vélo.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : moi
CRÉDITS : un amour de kelynn
AVATAR : matt
ÂGE : dix-huit
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 187

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Dim 12 Oct - 8:13


Léo m'envoie des messages toute la journée pour me demander quand je reviens, quand je l'appelle, quand je lui écris, Léo Plume peut-être mais Léo est très lourd depuis que je suis parti.
Je suis parti Léo et je reviendrai pas, ça me ferait mal, de partir et de repartir à chaque fois.
C'est bien quand Léo est chiant, comme ça il me manque moins.
Peut-être même qu'un jour je l'aimerai plus et je supprimerai son numéro de téléphone du mien et je serai amoureux d'un autre garçon.
Un garçon comme celui que je regarde de ma fenêtre, il est au bout de la rue, princier sur son vélo mais même pas assis sur sa selle, on dirait qu'il vole, je suis sûr qu'il a l'impression de voler, un garçon comme celui-là qui ressemble presque à un oiseau, qui transcende, qui se prend les pieds dans son vélo, qui tombe, roule, puis gît comme ça sous ma fenêtre dans la nuit.
Qui crie.
Non, pas un garçon comme ça.
Pas un garçon comme Sal Paulson.
Mais c'est quand même mon ami, je sais pas, quelque chose, quelqu'un, alors je dévore les escaliers, je claque la porte d'entrée.
Je sais pas s'il se souvient de moi, une fois je lui ai lu de la poésie, il avait souri pour lui.
- Sal c'est moi, Pablo tu t'souviens. Ça va ? Il est cassé ton vélo ?
Sal et moi on se complète. Il est le sale et je suis le paradis.

_________________

tout contre léo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Sam 18 Oct - 19:30

J’ai les poings qui tremblent un peu. Il faut que ça se calme. Ça va aller.
C’est qu’une chaîne de vélo, Sal. Tu demanderas au grand frère de la réparer, il dira oui, ça va aller. Et puis j’entends une porte qui claque et des pieds qui frappent le bitume. Je me tourne et j’aperçois une silhouette qui se découpe dans la lumière du lampadaire. Il me dit quelque chose, ce garçon, je crois qu’on s’est déjà rencontrés quelque part. Peut-être à l’école.
Mais dans la nuit tout est différent.
- Sal c'est moi, Pablo tu t'souviens. Ça va ? Il est cassé ton vélo ?
Puis tout d’un coup je me rappelle. Il était là, avec son recueil de poésie dans les mains et il m’avait lu un truc. Moi j’étais en train de sourire, pour deux raisons. Déjà parce que ça me faisait rire, c’est tellement un truc pour les pédés de lire de la poésie. Mais ça rendait joli. Enfin… J’suis pas pédé, moi. Mais peut-être bien qu’on peut aimer les filles et la poésie aussi.
Je me lève pour me mettre à sa hauteur. Je tente un sourire malgré mon nez et ma bouche tout pleins de sang.
- Ouais, ça va. Il est pas cassé, l’grand frère va le réparer. Tu sais il fait ça toute la journée, lui, bricoler des voitures…
Je hausse les épaules.
Les poings enfoncés dans les poches de mon jogging, pour avoir moins froid. Le caleçon qui dépasse. Les baskets défoncées. J’ai pas fière allure à côté de Pablo, toujours propre sur lui, ce gars-là. J’ai l’impression d’être un sacré clochard et lui une espèce de gosse de riche qui vient me tendre la main. J’suis quasiment certain que sa mère repasse ses chemises et ses pantalons tous les soirs. Nous c’est tout juste si on pense à mettre en route la machine à laver.
Faudrait quelqu’un pour m’apprendre à vivre.
À laver la maison, faire à bouffer, repasser le linge, passer l’aspirateur. Parce que j’sais bien qu’un jour le grand frère il va partir, il va en avoir ras-le-cul et que si il me tue pas il va se barrer. Faut que je me prépare.
- Désolé pour le bordel dans la rue…
Je cherche dans mes poches mon tabac et mes feuilles. J’ai tout laissé à la maison.
Et j’peux pas taper sur Pablo.
Ça m’aurait calmé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : moi
CRÉDITS : un amour de kelynn
AVATAR : matt
ÂGE : dix-huit
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 187

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Dim 19 Oct - 8:39

Sal il est amoché.
Du nez au jogging.
Sal il se relève sans que j'aie eu le temps de tendre la main, Sal ça doit pas être le genre de garçon qu'on aide mais je le connais pas après tout.
Je lui ai juste lu un poème de Paul Éluard une fois, c'est tout, même si c'est beaucoup.
- Ouais, ça va. Il est pas cassé, l’grand frère va le réparer. Tu sais il fait ça toute la journée, lui, bricoler des voitures…
Je fais « ah ! » du visage.
Sal est très grand, au moins une tête de plus que moi.
Il dépasse la lune.
- Désolé pour le bordel dans la rue…
Il tapote ses poches, j'ai vu des garçons faire ça à ma nouvelle école, ils cherchent des cigarettes ou quelque chose qui les fera encore plus voler.
- Oh, c'est pas grave, je dormais pas, et mes parents ils ont invité des amis, ils font plus de bruit que toi.
Je le regarde, on voit un peu son ventre, un peu son caleçon.
Moi sur mon polo j'ai un crocodile.
Mon jean a une petite étiquette rouge sur la fesse droite.
Et mes baskets même si on dirait des baskets de voyou, elles ont coûté très très cher à mes parents, je les ai eues pour mon anniversaire.
- Attends, je vais te chercher des pansements.
Et du coton.
Et du désinfectant.
Et une cigarette dans le paquet qui traîne sur le meuble de l'entrée, je sais pas à qui c'est et tant pis.
Dehors il fait froid, j'ai pris une veste pour moi mais pas pour Sal.
On dirait qu'il a jamais froid, jamais peur, jamais mal, jamais rien, un indestructible, un vrai combattant.
Je pose la cigarette derrière son oreille et je lui tend le coton imbibé d'alcool.
Peut-être qu'il aime pas qu'on s'occupe de lui, y a des gens comme ça.

_________________

tout contre léo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Dim 19 Oct - 13:20

Je renifle un peu et je passe ma langue sur mes lèvres.
Ça a un goût de fer. J’ai l’habitude. Ça m’arrive souvent. Parfois je me fais taper par des gars dans la rue quand on a des comptes à régler. Ils m’ont déjà cassé une dent, les salauds. Le grand frère ça l’énerve quand je rentre à la maison avec ma gueule de truand qui sait rien faire d’autre que de se faire amocher le visage.
Mais je fais pas exprès, j’vous jure.
Il me dit
- Attends, je vais te chercher des pansements.
Je fronce un peu les sourcils mais je le laisse faire. Il disparaît dans la nuit, dans la porte de sa grande et jolie maison. Je me demande ce que ça fait d’ouvrir le frigo et d’avoir le choix. De mettre un produit qui sent bon dans les toilettes. D’avoir un bureau dans sa chambre. Une télévision écran plat.
Je baisse les yeux et je vois la roue de mon vélo qui tourne encore un peu, très lentement.
Mon vélo il est comme moi. Il s’est cassé la gueule des million de fois, il a perdu quelques morceaux dans ses nombreuses chutes, mais on s’en est toujours bien sortis.
Il revient avec une veste sur ses épaules et un kit de survie entre ses mains.
Il dépose une clope derrière mon oreille (et c’est même pas une roulée). J’ai un mouvement de recul quand je vois sa main en gros plan près de mon visage.
J’aime pas qu’on me touche.
J’aime encore moins quand c’est un garçon.
Quand les garçons me touchent c’est pour me coller des poings dans le nez. Pas pour me donner des pansements avec une cigarette en plus.
Je prends le coton que j’applique sur mon nez et sur ma bouche. Je grimace. Ça pique. C’est le problème des égratignures, vous savez. Ça met du temps à cicatriser et puis y’a des morceaux de bitume et de la poussière dedans.
Je prends ensuite la cigarette que je m’empresse d’allumer (il y avait un briquet au fond de ma poche).
- Comment t’as su ?
Je  demande, en lui montrant ma cigarette.
Je relève mon vélo, la cigarette entre les dents.
- Bon, tu viens faire un tour avec Sal ou tu rentres chez papa maman ?
J’ai un semblant de sourire sur ma bouche fendillée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : moi
CRÉDITS : un amour de kelynn
AVATAR : matt
ÂGE : dix-huit
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 187

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Dim 19 Oct - 18:44

Je le regarde se passer le coton à l'aveugle sur le visage, ça lui fait faire des grimaces.
Je me demande ce que ça donne quand il sourit de tout son bonheur.
Je me demande si c'est un garçon heureux.
Ou s'il passe sa vie à se gameller sur son vélo et à se casser encore plus la tête.
- Comment t'as su ?
(Pour la cigarette)
Je hausse les épaules et je lui prends le coton des doigts.
- Attends il t'en reste.
Son menton aussi s'est mangé le bitume mais il a même pas dû le sentir, je passe le coton alcoolisé dessus, tout doucement pour pas que ça pique, mais ça piquera forcément, et j'ai son haleine pleine de cigarette tout près de moi.
- Bon, tu viens faire un tour avec Sal ou tu rentres chez papa maman ?
Je ramasse mes affaires d'infirmier et je le regarde en me posant un peu des questions, quand même, mais comme l'autre fois on a lu des poèmes j'imagine que maintenant on va faire quelque chose que lui, il aime.
- J'vais demander à mes parents.
Je lui souris.
Il est mignon quand même.
À la maison il fait chaud, je l'aime bien celle-là, j'espère qu'on va y rester longtemps, le temps de devenir ami avec Sal et avec d'autres garçons aussi, peut-être des filles.
- Maman !
Elle quitte la table et le bruit.
Elle est belle, on dirait un soleil.
- Est-ce que je peux sortir un peu ? C'est un garçon de l'école, il veut qu'on aille se promener. Je rentrerai pas tard.
Je vois bien que ses yeux clignotent en disant Léo, Léo, mais garçon ça veut pas dire amoureux, et Léo, c'est plus mon amoureux de toute façon, même s'il m'envoie tout le temps des messages.
Elle dit ok.
Minuit.
Dans l'entrée je vois la grosse veste en cuir de mon père et je me demande si je devrais la prendre pour que Sal ait pas froid, mais finalement je le fais pas.
Sal, il a pas froid.

_________________

tout contre léo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Dim 19 Oct - 19:50

Pablo il s'applique avec ses mains de fille un peu à me passer un coton sur le visage. Il tamponne sur mon menton et ça me fait un peu froncer les sourcils mais je fais comme si je n'avais pas mal. J'suis un dur, moi. Peur de rien. Mal de rien (mal de chien).
Ça me mal à l'aise que ce soient ses mains à lui (presque) sur ma peau. J'aurai presque envie de rentrer chez moi sur mon vélo cassé.
Mais je reste.
Parce qu'après sa poésie à lui, il faut que je lui montre ma poésie à moi.
Ce que j'aime faire.
Hurler dans la rue, casser des trucs, renverser des poubelles, appuyer sur les sonnettes des maisons, me transformer en roi de la nuit. C'est ce que je veux être, moi. Un roi de la nuit. Avec une couronne en toc sur mon crâne.
Il dit
- J'vais demander à mes parents.
Ça me fait sourire, moi. Des parents, j'en ai pas. J'ai qu'un grand frère. Je le regarde retourner dans son petit château avec deux colonnes devant la porte d'entrée et aussi de jolis escaliers. Je me demande vraiment comment c'est chez lui. Peut-être qu'un soir je me pointerai avec un pack de bières et il m'apprendra à écrire sans faire de fautes d'orthographe.
Et puis il ressort, toujours aussi bien sapé, toujours aussi bien coiffé.
- Attends avant de partir j'vais juste remettre la chaîne de mon vélo parce que là j'ai pas d'argent pour me payer le bus et puis je vais pas le laisser au milieu de la route, faut pas que j'l'oublie mon vélo, tu sais.
Je m'accroupis au milieu de la route, je prends toute la place. Ça fait klaxonner une voiture qui passe par là, ça nous éblouit avec ses phares dans nos yeux. Moi ça me fait rire à pleine gorge. C'est qu'on a failli se faire écraser. Moi j'aime bien ça, le danger.
J'ai les mains pleines de graisse, toutes noires. Je grimpe sur la selle de mon vélo et je dis
- Monte derrière.
J'aboie plus que je ne dis et une fois que je sens les épaules de Pablo sur mes épaules, je commence à pédaler. Je roule à contresens des voitures, les yeux fermés.
- Guide-moi
je demande. Et c'est encore plus noir que la nuit
encore plus noir que la graisse sur mes doigts.
Ciel de nuit sous mes paupières (des tâches colorées flottent).
Je ris, la gorge déployée.
Presque un roi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : moi
CRÉDITS : un amour de kelynn
AVATAR : matt
ÂGE : dix-huit
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 187

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Dim 19 Oct - 20:04

Mais moi j'ai froid, j'espère qu'on va aller quelque part où il fait chaud, sur le soleil ou quelque chose comme ça.
- Attends avant de partir j'vais juste remettre la chaîne de mon vélo parce que là j'ai pas d'argent pour me payer le bus et puis je vais pas le laisser au milieu de la route, faut pas que j'l'oublie mon vélo, tu sais.
J'agite la tête, oui je sais.
Mais non je sais pas je sais rien j'en sais rien.
Il s'assoit en plein milieu de la rue et je le regarde être doux avec son vélo, ses gestes sont lents et presque intimes, j'ai l'impression d'être en train de le regarder embrasser quelqu'un, ça me tue, ça me fascine, je remarque même pas la voiture qui veut nous écraser, j'entends juste son rire qui dérange la nuit.
Monte derrière.
Guide-moi.
Je suis debout, j'ai posé mes mains sur ses épaules, il a fermé ses yeux, les voitures nous foncent dessus et il fait que de les éviter sans que j'aie besoin de lui dire des trucs, il est incroyable.
On dirait un cauchemar et un rêve, un peu des deux, un peu mélangé.
- T'es dingue comme garçon.
Je lui dis ça dans l'oreille en me penchant un peu.
- Attention y a un chien en face.
Je crie moi aussi pour qu'il m'entende.
Je ris moi aussi.
Mais pas autant que lui.
Pourtant, ça résonne triste.

_________________

tout contre léo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Lun 20 Oct - 8:56

Je me sens libre et grand
(un oiseau)
Je me sens entre la vie et ce qu’il y a au dessus. Un coup de guidon et Pablo et moi on finit sous les roues d’un bus ou d’une voiture. Un coup de guidon et on retourne dans le bon sens. Je sens ses doigts se serrer sur mes épaules et je crois qu’il a pas tellement peur (peut-être la toute petite crampe au fond du ventre qui se demande si oui ou non on va revenir en vie).
- T’es dingue comme garçon.
Je sens sa bouche contre mon oreille et je penche ma tête sur le côté comme un mouvement de recul. Il dit attention au chien.
Je fais tourner brusquement mon vélo et je sens le pneu avant cogner contre quelque chose. Je crois qu’on vient de monter sur un trottoir. Je pédale de plus en plus fort et on va encore plus vite. Je suis retourné sur le bitume et je pose mes mains sur mes cuisses.
Sourire distrait sur le visage.
- T’as peur ?
Je demande, entre les klaxons de quelques conducteurs en colère.
- Si t’as peur tu peux prendre le guidon.
Ou alors tu le prends pas et on regarde où on s’échoue, peut-être dans des poubelles, peut-être au pied d’une falaise, peut-être au commissariat, peut-être chez moi. Tu le prends pas et toi aussi tu fermes les yeux, Pablo.
Je me sens tellement bien.
L’alcool la cigarette le porno c’est tellement fade à côté de ça.
- Alors Pablo, tu la trouves comment ma poésie ?
Elle est plus violente.
Elle a pas de code, ma poésie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : moi
CRÉDITS : un amour de kelynn
AVATAR : matt
ÂGE : dix-huit
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 187

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Lun 20 Oct - 11:41

Alors c'est ça la vie ?
Aller titiller la mort sur le vélo d'un garçon qu'on connaît même pas ?
Qu'on sait juste qu'il aime pas la poésie et qu'il se casse tout le temps la gueule et qu'il y a un grand frère qui l'attend à la maison pour plus ou moins le réparer ?
Si maman savait.
Si Léo savait.
- T’as peur ?
Je devrais dire oui mais c'est difficile d'avoir peur quand on est sur un vélo derrière un garçon un peu fou qui a l'air de tomber beaucoup, mais qui ressemble surtout au roi de la planète, qui ferme les yeux et qui tient même pas le guidon, on dirait pas, mais c'est difficile d'avoir peur dans ces cas-là.
On a plutôt envie d'être heureux.
Alors je dis non.
C'est pas vraiment un mensonge.
Par contre je prends ses mains et je les repose sur le guidon une par une, même si ça a l'air de l'embêter (je sais pas trop pourquoi), il me demande comment je trouve sa poésie, je la trouve décalée, c'est ce que je dis, décalée, originale, différente, lumineuse.
Ma poche vibre.
C'est Léo Plume.
Tu me manques.
Tu fais quoi ?
- Continue.
Plus vite.
- Tu fais ça toutes les nuits, toute la nuit ?

_________________

tout contre léo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Lun 20 Oct - 12:07

Il me dit non.
Cependant, il récupère mes mains qu’il pose l’une après l’autre sur le guidon. Ça me fait ouvrir les yeux, et la lumière jaune des lampadaires m’éblouit un petit peu. Je cligne des paupières quelques secondes et je serre mes doigts autour des poignées de mon vélo (si ça peut rassurer mon nouvel ami).
Les nuits comme ça, je les partage jamais.
Je crois que ce soir c’est la première fois qu’un tel évènement se produit, ça me fait tout drôle. J’ai pas l’habitude. Je suis plutôt tout seul à faire n’importe quoi.
Il me dit de continuer
- C’est pas toi qui pédales
Je dis. Parce que ça commence un peu à tirer sur mes genoux mes cuisses mes mollets. Je donne quelques coups de pédale supplémentaires pour l’impressionner ou peut-être aussi pour me prouver que je suis capable d’aller encore plus vite. J’ai un peu de sueur qui me colle dans le cou et sur le front.
Heureusement que j’ai rien sur le dos.
- Tu fais ça toutes les nuits, toute la nuit ?
Il demande. D’abord je hausse les épaules.
- Ça dépend. Ça dépend de comment je me sens.
C’est tout ce que je dis. J’ai pas envie de lui déballer ma vie. Parce que si je fais ça c’est parce que j’en ai besoin, si je crie c’est parce que j’ai besoin de sortir tout ce qu’il y a de mauvais à l’intérieur de moi. Il faut que ça sorte, que ça éclate. Que ça fasse un feu d’artifice en colère. Sinon je serai déjà mort, sans tout ça.
Je laisse mes pieds reposer sur les pédales.
Les voitures ont déserté les rues. Il n’y a plus que Pablo le vélo et moi.
- T’es nouveau ici, non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : moi
CRÉDITS : un amour de kelynn
AVATAR : matt
ÂGE : dix-huit
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 187

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Lun 20 Oct - 13:06

- Ça dépend. Ça dépend de comment je me sens.
Il y a un gros mystère autour de lui, les gens ils sont pas comme ça normalement.
Ils sont lisibles, comme des dvd, tu poses deux questions et tu comprends à peu près comment ils fonctionnent.
Pas Sal.
Je voudrais que cette route déserte ne s'arrête jamais.
- T’es nouveau ici, non ?
Encore Léo.
Tu réponds pas ?
Non j'arrête, je me rends.
- Je suis arrivé y a deux s'maines. J'ai pas parlé aux gens encore, mais bon ça va venir, j'suis habitué à déménager tout l'temps.
Je me demande ce que ça fait d'être un garçon comme Sal.
Qui parle avec des secrets plein la bouche et qui porte sûrement des sweats quand il fait froid, j'ai jamais porté de sweats, maman dit que c'est moche et que c'est pour faire du sport,
Moi, je fais pas de sport.
Sal, il fait le sport de la vie, lui.
Je me demande s'il voudrait bien me prêter un sweat, il serait trop grand, mais juste pour voir ce que ça fait, m'enrouler dedans et jamais en sortir.
- T'es fatigué ? On peut s'arrêter si tu veux ?
Moi et Sal sur ce vélo, lui assis les yeux fermés et moi debout, je suis sûr que ça ressemble un peu à une pyramide de traviole.
Py
ra
mi
__de

_________________

tout contre léo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Lun 20 Oct - 13:23

Il me dit qu’il est arrivé il y a deux semaines et qu’il déménage tout le temps. Je réponds quelque chose comme « ok ». Je me demande ce que ça fait de déménager tout le temps. Ça doit être bizarre d’avoir aucun repère, d’être attaché à rien, de passer son temps à ouvrir et à fermer des cartons. À sa place j’aurai pété les plombs, je supporterai pas qu’on me promène d’une ville à l’autre, qu’on me détache de tout.
- T'es fatigué ? On peut s'arrêter si tu veux ?
Il voit tout en plus, ce Pablo.
Je me demande quel âge il a. C’est que moi je suis encore un gosse (qui se prend pour un grand) avec mes seize ans. Je pense qu’il est plus vieux. Je l’ai vu dans ses yeux qu’il était plus vieux. Il avait cette espèce de sagesse que moi je n’ai pas. Peut-être qu’il s’est pris des leçons de vie, des trucs comme ça.
Je freine devant une maison et je laisse tomber mon vélo sur le trottoir dans un petit fracas.
J’ai un peu froid quand je suis pas en train de pédaler. Mais je vais plus vite qu’avant, ça c’est clair. Ça me fait un entraînement pour les fois où je serai poursuivi par la police ou des trucs comme ça.
J’enjambe la petite clôture qui sépare le trottoir du jardin et je m’allonge sur l’herbe humide, les bras en croix, les yeux qui fixent le ciel.
- Tu viens ?
Je demande.
- Je suis jamais venu dans ce jardin-là. Je vais souvent dans le jardin des gens. Après je laisse un bout de moi, genre une cigarette, parfois une canette, un truc qui traîne quoi. Une fois j’ai même laissé une chaussette.
Je me marre.
Bêtement.
J’aime bien l’idée de savoir que les gens vont retrouver quelque chose dans leur jardin. Ils vont se poser des questions et ils en parleront à leur voisin.
Je deviendrai l’inconnu connu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : moi
CRÉDITS : un amour de kelynn
AVATAR : matt
ÂGE : dix-huit
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 187

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Lun 20 Oct - 16:05

Il freine, descend du vélo, moi aussi, entre dans un jardin mais pas par le portail, c'est bizarre de rentrer chez soi comme ça, elle est grande sa maison, elle lui ressemble pas.
- Tu viens ?
Il est couché dans l'herbe glacée, les bras comme des ailes.
- Je suis jamais venu dans ce jardin-là. Je vais souvent dans le jardin des gens. Après je laisse un bout de moi, genre une cigarette, parfois une canette, un truc qui traîne quoi. Une fois j’ai même laissé une chaussette.
C'est pas sa maison.
Il rigole.
Je m'allonge à côté de lui mais je fais pas l'ange moi, je prends mes bras et je les colle contre moi, il fait un peu froid.
- On a le droit de faire ça ?
Je crois qu'il s'en fout.
Je regarde le ciel au-dessus de moi, c'est immense, c'est vachement mieux que les humains, ça n'a ni début ni fin, enfin sûrement que si, mais quelque chose de plus beau que la mort ou qu'un corps qui va de la tête aux pieds.
Le ciel c'est vachement mieux que les gens.
Les étoiles, aussi, même si y en a qui se baladent parmi les humains.
(Léo)
Je les regarde, les étoiles et les constellations.
Andromède.
Antinoüs.
Céphée.
Orion.
Sal.

_________________

tout contre léo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Lun 20 Oct - 17:01

Pablo me demande si on a le droit de faire ça.
Encore une fois je m’entends rire très fort. Comme si je me foutais de sa gueule un peu. Je réponds pas. Bien sûr qu’on n’a pas le droit, tout comme on n’a pas le droit de rouler à contresens, d’écrire sur les murs, de brûler des trucs, de sonner aux portes.
- La principale chose dans ma poésie
Je commence à dire
- C’est la liberté.
Je hoche la tête comme pour donner du poids à mes mots. Li-ber-té. C’est lâcher le guidon de son vélo, courir jusqu’à avoir les poumons qui se consument à l’intérieur.
- Et puis l’absence de peur aussi.
Faut avoir peur de rien. Faut pas avoir peur de tomber, faut pas avoir peur de se faire choper par la police, faut pas avoir peur des quartiers crades, faut pas avoir peur de se prendre une voiture, faut pas avoir peur de se casser une jambe ni même de mourir.
- Tu sais une fois que t’as compris ça, ça roule tout seul…
Bon il faut aussi être un peu doué en mécanique et des trucs comme ça, faut savoir se débrouiller avec ce qu’on a. Mais si jamais Pablo veut essayer, je peux lui apprendre, je peux lui faire mettre les poings dans le cambouis, le faire revenir chez lui le jean troué et les baskets salies d’avoir couru dans la gadoue. S’il veut, je peux le faire monter sur les toits des immeubles de Palo Alto et faire genre on se jette dans le vide.
On peut apprendre à se battre aussi.
On peut faire plein de choses s’il veut bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : moi
CRÉDITS : un amour de kelynn
AVATAR : matt
ÂGE : dix-huit
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 187

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Lun 20 Oct - 19:41

Des étoiles il y en a partout, plein le ciel, on dirait des milliards de petites paires d'yeux qui nous fixent, moi je leur fais des sourires, et malgré les années lumière qui nous séparent, j'espère qu'elles reçoivent 5 sur 5.
Année lumière c'est joli comme expression.
On devrait dire ça pour tout.
Des garçons lumière, des vélos lumière, des cahiers lumière, (...)
- La principale chose dans ma poésie c'est la liberté.
Je souris aux étoiles mais cette fois c'est pour Sal.
Il me parle de peur et tout ça mais moi je pense qu'à une chose et une seule : Liberté c'est un poème de Paul Éluard, c'est un poème qui dure trois kilomètres que j'ai appris pour le réciter à mes amoureux des quatre coins de l’Amérique.
Ça démarre au quart de tour dans ma tête.
Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom
Et ça durerait des heures, mon sourire et mon silence perdu poésie, des heures si mon téléphone affichait pas en gros énorme le numéro de Léo, je refuse l'appel en soupirant lourd, lourd, lourd.
Va-t-en Léo mais va-t-en

_________________

tout contre léo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Mar 21 Oct - 11:08

Il y a un sourire sur le visage de Pablo.
Ça a pas l’air très courant, chez lui, la bouche qui s’étire pour devenir un arc de cercle qui va vers le haut. C’est qu’il a pas l’air particulièrement heureux, comme garçon. Ni triste, ni en colère.
Il a l’air indifférent.
Imperméable.
Son téléphone sonne. Il soupire et moi aussi, nos deux souffles lourds à l’unisson. J’attrape son portable et j’essaie tant bien que mal de l’éteindre puis après quelques secondes de galère avec les sourcils tout froncés en disant une ou deux fois « putain », je lui rends son téléphone qui a l’air éteint.
- Pourquoi tu gardes ça sur toi ? C’est pas important les téléphones.
Je m’assieds en tailleur.
Je sens la brise nocturne qui plaque mon tee-shirt humide contre mon dos. Ça me fait frissonner un peu. Peut-être que demain j’aurai attrapé une vilaine maladie qui me donnera une excuse valable pour rater le lycée. Et puis le grand-frère oubliera sûrement de me réveiller. C’est le genre de chose qu’il oublie souvent : me réveiller.
- La prochaine fois que tu sors avec moi le soir tu le laisses chez toi
Je dis.
- On a pas besoin de mauvaises ondes.
J’ai encore le ton qui aboie un peu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : moi
CRÉDITS : un amour de kelynn
AVATAR : matt
ÂGE : dix-huit
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 187

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Mar 21 Oct - 12:00

Je vois sa tête (à Léo) en gros plan sur les étoiles, à moins que ce soit les petits astres de l'Univers qui s'amusent à être lui.
Ça me fait pas marrer, moi, et Sal non plus.
Quand est-ce que tu te tais pour de bon, Léo
Il me prend mon téléphone, Sal, et il s'acharne à essayer de l'éteindre, je le regarde faire sans l'aider, je le trouve mignon concentré comme ça.
Putain
Putain
Mais qu'est-ce qu'il est malpoli.
- La prochaine fois que tu sors avec moi le soir tu le laisses chez toi.
Je hausse les épaules en regardant le ciel.
Toujours les étoiles.
- C'est pas la peine de t'énerver.
En plus c'est bizarre comment tu dis ça, je sors pas avec toi, on sort pas ensembles, je sors avec personne, mais je lui dis rien, il dirait ta gueule foutu poète qui joue avec les mots ou quelque chose comme ça, je crois pas que ce soit un gentil garçon.
Un garçon qui te dit :
c'était qui au téléphone ?
pourquoi t'as fait cette tête ?
- C'était mon ex.
Je pose mes mains derrière ma tête dans l'herbe refroidie par l'automne et la nuit, je regarde Sal.
- T'as pas froid ?
Sal.
Orion.
Céphée.
Antinoüs.
Andromède.

_________________

tout contre léo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Mar 21 Oct - 12:45

Pablo me dit
- C'est pas la peine de t'énerver.
Je le regarde avec mes sourcils très hauts. Je réponds rien. Je suis pas énervé. Il m’a jamais vu en colère, lui. Quand j’suis en rogne, on dirait vraiment un chien. Je sors les crocs, j’aboie, je me jette sur tout le monde. Heureusement qu’il y a des garçons plus forts que moi qui me remettent sans cesse en place d’un coup de poing bien placé dans la tempe.
Juste de quoi m’assommer quelques minutes.
- C’était mon ex.
Je le fixe encore avec des sourcils très hauts sur mon visage. Et je me marre en plus.
Genre incrédule (je pensais pas qu’un garçon comme Pablo pouvait avoir une copine, enfin, je sais pas, j’arrive pas à l’imaginer – sûrement parce que je la connais pas).
- Pourquoi vous êtes plus ensemble elle et toi ? T’as des photos d’elle ?
Je demande.
Peut-être qu’il s’est séparé d’elle parce qu’elle était pas assez jolie.
Quoique Pablo je pense pas que ce soit un garçon comme ça malgré ses pantalons et ses polos de marque.
- T'as pas froid ?
Qu’il demande. Mouvements d’épaule. Je dis
- Non.
(c’est un mensonge)
Je commence à arracher l’herbe avec mes doigts. J’ai toujours besoin de m’occuper les mains, de faire des trucs avec.
- J’ai jamais eu de copine. Enfin, j’ai jamais eu un truc qui a duré longtemps.
Je renifle (début de rhume). C’est que les filles je suis pas toujours gentil avec elles. C’est que les filles je suis pas toujours respectueux avec les filles.
C’est que les filles j’arrive pas à en tomber amoureux. Moi j’aime juste regarder leurs jambes et les embrasser avec la langue…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : moi
CRÉDITS : un amour de kelynn
AVATAR : matt
ÂGE : dix-huit
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 187

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Mar 21 Oct - 15:57

Sal, sale merdeux, sale race, sale gosse, sale voyou, salopard, sale jusque dans le prénom.
Moi je le trouve joli mais bon.
- Pourquoi vous êtes plus ensemble elle et toi ? T’as des photos d’elle ?
Je souris.
À chaque fois c'est pareil, à chaque nouvelle ville, nouvelle vie, nouveau visage, faut l'expliquer, réexpliquer, que moi je suis un garçon qui aime les garçons, j'aimerais mieux que ce soit écrit sur mon front, ça irait plus vite.
Ou dans le ciel.
Y aurait qu'à lever la tête.
- J’ai jamais eu de copine. Enfin, j’ai jamais eu un truc qui a duré longtemps.
Il a l'air triste.
Mais joyeux.
Joyiste.
- Moi aussi j'ai du mal avec les filles. D'ailleurs mon ex c'est un Il. C'est un garçon.
C'est un garçon mais pas comme Sal.
C'est un garçon tellement minuscule que j'ai eu mal à le repérer au début.
Mais une fois que tu l'as chopé, tu peux plus le rater, c'est un garçon éclipse, tu vois que lui, il est très doué pour ça.
C'est un garçon plume aussi, je le portais tout le temps sur mon dos.
Je fouille dans la poche de ma veste.
- Regarde.
Je me relève en tailleur et je m'approche de lui, je le vois grelotter.
Cet espèce de menteur.
- Tu veux pas ma veste t'es sûr ?

_________________

tout contre léo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Mar 21 Oct - 18:10

Pablo sourit et puis il rallume son téléphone. En plus de tout ça il dit
- Moi aussi j'ai du mal avec les filles. D'ailleurs mon ex c'est un Il. C'est un garçon.
Je fronce les sourcils et je pense « oh non c’est pas vrai c’est pas possible ». Je souris aussi, genre sourire poli. Mais ça me met un peu mal à l’aise. C’est pas que j’aime pas les pédés, mais bon, il a quand même posé une cigarette derrière mon oreille et mis du coton sur mon visage et touché mes mains.
Il me demande de regarder alors je regarde l’écran de son téléphone.
C’est lui et un autre.
Ça me fait tout drôle. Mais je me disais bien qu’il y avait quelque chose qui cloche, chez lui. Une défaillance dans le système. Fallait bien qu’il soit un peu de traviole, lui aussi. Il renvoyait une image trop parfaite pour être sincère.
Je les regarde tous les deux et il a l’air heureux avec ses yeux qui pétillent ses yeux comme un ciel d’été (la couleur bleue en moins)
- C’est... c’est mignon
Je me racle un peu la gorge. Mais je me sens très con avec mon c'est mignon étant donné qu'ils sont même plus ensemble. Mais je sais pas quoi lui dire. C'est pas moi qui irait lui dire comme c'est dommage vous étiez si beaux.
Il me demande tu veux pas ma veste t’es sûr. Je le regarde un peu de haut, la tête penchée sur le côté.
- Non c’est bon j’ai pas besoin qu’on s’occupe de moi.
Puis je me lève, geste qui veut dire « on bouge ».
Je tousse un peu pendant le chemin gazon, vélo. Je l’avais presque oublié, celui-là, avec sa chaîne toute pourrie qui grince à chaque coup de pédale.
- J’te ramène chez toi ou on continue ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : moi
CRÉDITS : un amour de kelynn
AVATAR : matt
ÂGE : dix-huit
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 187

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Mar 21 Oct - 18:50

- C'est... c'est mignon.
Comme on dirait d'un petit chat.
Ça m'embête pas d'être un petit chat.
Ce qui m'embête c'est qu'il a parlé avec le présent.
Alors que Léo et moi ça se conjugue au passé de l'imparfait.
- Non c’est bon j’ai pas besoin qu’on s’occupe de moi.
Je souris.
J'étais sûr qu'il allait me la sortir celle-là.
Mais Sal il comprend pas encore que plus il va essayer de me garder bien loin de lui, plus je vais avoir envie de lui faire écouter Céline Dion dans le bus le matin, de lui faire des bisous sur la joue le matin en partant le soir, je suis chiant, je colle, mais je suis pas méchant.
Je suis pas comme lui.
- Ok tough guy comme tu veux.
Je range Léo dans ma poche.
Y a ça aussi, Léo, il était tellement petit que je pouvais le ranger dans mes poches de jean et le trimballer partout.
Sal, c'est pas un garçon qu'on trimballe, je crois.
C'est plutôt lui qui te tire par le poignet.
Bien fort.
- On continue, et c'est moi qui conduis.
Je prends la place du voyou sur la selle, c'est un peu haut pour moi, mes pieds, ils touchent presque pas par terre.
Tu m'étonnes.
C'est que Sal il est gigantesque.
Ses pieds touchent toujours le sol.
Et sa tête cogne dans le ciel.

_________________

tout contre léo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Mar 21 Oct - 19:11

Pablo il dit « tough guy » et moi ça me fait sourire.
Ça a beau être un homo, je le trouve normal. Enfin, Pablo c’est pas un cliché. J’aime bien les gens qui sont pas des clichés. J’aime bien quand ils sont uniques, quand ils portent des choses en eux.
Mais je crois que je m’en fiche de savoir qu’il aime les filles ou les garçons ou les chiens ou rien du tout. Du moment qu’il soit intéressant.
Du moment qu’on veuille bien me prendre la main quand moi je veux bien la tendre.
C’est tout ce que je demande. Une poignée de main solide pour pouvoir aller vers l’avant.
- On continue, et c'est moi qui conduis.
J’ai d’abord un moment de silence et d’hésitation.
Et puis un sourire.
Et un tout petit rire derrière.
(on dirait un gosse parfois, je fais plutôt huit ans que seize, le grand frère me le dit souvent)
Je monte sur notre monture en acier, juste derrière Pablo, je sais pas trop où mettre mes mains mais finalement je les dépose doucement sur ses épaules. Et j’essaie d’oublier qu’il aime les garçons.
On fait une croix dessus (du moment qu’il tombe pas amoureux de moi ou quoi, ça me mettrait franchement mal à l’aise).
- Bon alors, pilote, tu nous emmènes où ?
Je demande, penché sur son oreille, alors que ses jambes commencent à s’actionner pour faire avancer le vélo.
Deux rois de la nuit.
Avec les lampadaires pour les observer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : moi
CRÉDITS : un amour de kelynn
AVATAR : matt
ÂGE : dix-huit
DATE D'INSCRIPTION : 09/10/2014
MESSAGES : 187

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Mar 21 Oct - 20:04

Je me sens Grand, mais pas trop non plus, peut-être qu'il faut appuyer sur un bouton, je sais pas.
Pour se sentir prince, exactement comme lui.
Juste avant qu'il tombe tout à l'heure.
Quand il était encore droit sur son vélo, je te jure, on aurait dit une comète.
- Bon alors, pilote, tu nous emmènes où ?
(Il a posé ses mains sur mes épaules)
- Dans les étoiles.
Je me retourne, un rire dans les yeux, juste pour voir ce que ça donne de son côté, s'il gueule, s'il râle, s'il veut voir les étoiles.
D'ailleurs ça rime.
Sal et étoiles.
Y a des gens comme ça, ils ont de la chance.
Moi, je rime qu'avec Léo, et encore.
- J'rigole. Je sais pas trop. Je vais pédaler et on verra.
J'ai pas très envie d'avoir une destination pour une fois.
C'est trop carré d'avoir une destination, j'ai envie d'élargir un peu les angles, et de carrément effacer les contours, je vais pas fermer les yeux non plus, mais fermer la tête, au moins, la poser là sur le trottoir et la récupérer au retour.
Je pédale.
Et pour la première fois je sais pas où je vais.
J'ai de la chance, on est dans une descente, ça accentue l'effet-roi, ça l'aurait moins fait dans une pente mais là ça marche à cent pour cent, l'air de la nuit nous prend en plein visage et balaye tout.
Je ferme les yeux
Et je lève la tête au ciel
Je rouvre les yeux
Et mon ventre gargouille
- Eh, j'ai faim ! J'ai pas mangé ce soir un peu à cause de toi !
Je crie pour qu'il m'entende par-dessus le chant de nous deux qui sommes tellement, tellement, tellement (...).
Tellement.

_________________

tout contre léo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NEPT237/KELYNN
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237
AVATAR : JAKE
ÂGE : SIXTEEN
DATE D'INSCRIPTION : 10/10/2014
MESSAGES : 233

MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   Mar 21 Oct - 20:15

- Dans les étoiles.
C’est ce qu’il a dit/ Moi je hausse les épaules. Je suis pas trop dans le délire céleste (j’ai employé un joli mot, ça m’arrive rarement, c’est à cause de Pablo et de son influence poétique je crois), mais c’est lui qui a le guidon et les pédales, c’est lui qui décide.
Et puis après il dit qu’il rigole.
Dommage.
J’crois bien que j’aurai bien aimé savoir à quoi ça ressemble, là-haut.
Si c’est mieux qu’en bas.
Pour savoir si ça vaut le coup de vivre soixante-dix ans de plus.
Ou si je peux m’amuser à avaler des trucs pour essayer de monter dans le ciel (et d’y rester quelques heures).
On entre dans une descente. Je détache mes mains de lui et je les étends, un peu comme un oiseau. Mes bras en croix comme deux grandes ailes le long de mon corps (sauf qu’elles savent pas voler (à part des trucs dans les supermarchés)).
Je sais pas comment je tiens sur le vélo.
Mais je m’en sors plutôt bien.
J’ai les yeux grands ouverts et l’air froid et piquant me fout des larmes sur le bord de mes paupières.
Je hurle comme un hystérique (un chien aboie dans une maison).
Une fois que j’ai expulsé l’air de tous mes poumons, je repose mes doigts sur les épaules de Pablo. C’est ça la liberté. C’est être derrière quelqu’un à cent million à l’heure sur un vélo dangereux et se comporter comme un oiseau de nuit. Avoir le cœur qui bat comme un dingue, comme s’il voulait s’envoler lui aussi.
- Eh, j'ai faim ! J'ai pas mangé ce soir un peu à cause de toi !
Je pousse un soupir.
- Tu veux t’arrêter quelque part pour bouffer ?
Je lui réponds, en criant moi aussi. Je crois que je pourrais vivre sans manger. Je peux me nourrir de coups de poings, de coups de pédale.
- C’est beau Palo Alto, la nuit, hein.
(moi j’espère qu’on va rentrer manger quelque part parce que j’ai vraiment très froid malgré toute l’adrénaline et mon cœur heureux)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE BLUES DE SAL (PABLO)   

Revenir en haut Aller en bas
 

LE BLUES DE SAL (PABLO)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Silvio Rodriguez y Pablo Milanes - Yolanda
» [Lampe] Bamboo Light System by Pablo Reinoso
» The Moody Blues, Nights in white satin
» Comment on soigne le blues du retour ?
» Le bassin de Pablo 18

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PALO ALTO :: HORS JEU :: RP-