AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 la course (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : COLD BLOODED. (coralie)
CRÉDITS : PEACH.
AVATAR : ANTON LISIN.
ÂGE : 17 ANS.
DATE D'INSCRIPTION : 13/08/2014
MESSAGES : 733

MessageSujet: la course (libre)   Lun 29 Sep - 22:31

j'avais pas vu.
elle m'a saoulé comme pas possible avec sa vaisselle, comme si j'avais une gueule à faire la vaisselle, comme si j'avais le temps l'envie l'argent la joie d'faire la vaisselle
alors j'suis rentré dans la cuisine et j'lui ai dit dans les yeux, tu vois, j'lui ai dit bien là, en tête à tête : lâche-moi et va te faire foutre c'est ce que tu fais de mieux.
comme ça, pour la vaisselle, pour la paix, pour qu'elle arrête de me péter les couilles avec ses assiettes sales.
j'lui ai dit ça avec mon sourire qui lui fait croire que j'suis pas son fils, que j'suis qu'un monstre, et j'savais déjà qu'elle allait se mettre à chialer comme une mauviette, c'est une mauviette, une vieille, la vieille.
mais j'savais pas tu vois
j'avais pas vu
j'avais pas vu l'ombre dans le salon
j'ai juste entendu le canapé se froisser et j'ai compris qu'aujourd'hui j'étais trop con
j'avais pas vu
j'l'avais pas vu.
alors j'ai couru pour pas qu'il m'rattrape, j'ai couru hors de la maison comme tous les jours, j'ai presque pas entendu sa voix m'insulter de tous les noms et me dire de plus jamais revenir et ses pas derrière moi
il fait toujours ça le daron, il court un peu, une centaine de mètres et puis il abandonne.
j'vais plus vite moi
j'ai pas le temps.
j'ai couru encore un peu, jusqu'à ce que je crache mes poumons en fait, jusqu'à ce que j'ai plus d'souffle plus d'vie plus rien d'autre que la tête qui tourne et les jambes qui tremblent.
j'me suis arrêté là, entre deux bagnoles,
j'me suis arrêté pour respirer et j'ai souri
et j'me suis dit :
putain c'est bon la vie.

_________________

Ténèbres ☸️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NO NAME.
CRÉDITS : chester (avatar)
AVATAR : merle berges.
ÂGE : dix-sept ans
DATE D'INSCRIPTION : 25/09/2014
MESSAGES : 51

MessageSujet: Re: la course (libre)   Mar 30 Sep - 2:31

Mes yeux sont rivés à la fenêtre alors que j'entend dans un bruit lointain la voix de mes deux pères qui discutent tout en mangeant. Je fixe le vide et ma tête rêvasse comme à son habitude, putain ce que c'est agréable se perdre dans le néant comme ça, y'a rien de mieux et souvent personne pour te ramener sur terre alors t'es là, à laisser ton cerveau errer dans des lieux et des décors littéralement inventés par tes soins. Tu deviens le créateur et t'as entièrement les droits d'auteur sur ce qui se passe, sur ce que tu vois, les couleurs qu'ils possèdent. Mais bientôt, quelqu'un fini par te ramener et te revoilà dans ta réalité. Alors que je submergeais de mon monde imaginaire, je vis le regard de mon père rivé sur moi et je vis un petit sourire se dessiner sur son visage, il vint jeter un regard complice à l'amour de sa vie pour finalement se remettre à manger, ils me connaissent tellement que maintenant ce n'est plus un cas, ils savent à quel point j'ai besoin de cette liberté que de toujours me ramener à l'ordre ça fini par m'étouffer me priver d'un air que j'ai besoin, l'air de l'imaginaire avec lequel je fais fonctionner mon mécanisme. Il faut peu de temps pour que je finisse par me retrouver à l'extérieur désirant profiter du grand air pour continuer de rêvasser encore un peu. Mes mains glissent le long de ma robe et du bout des doigts je viens défaire les plis que l'on pourrait retrouver et je commence à marcher tranquillement sans trop savoir où je vais vraiment, je laisse mes pas me guider tout simplement. J'en profite pour sortir mon mp3 que je met en route continuant mon trajet quittant ma petite zone tranquille et rejoindre la ville. Mes bras se balancent le long de mon corps frêle et j'inspire pour emplir mes poumons de cette oxygène et j'en profite aussi pour humer les parfums différents qui me viennent au nez. De nature curieuse, j'observe tout et cela avec attention bientôt mon regard capte une silhouette accroupi entre deux voitures, j'aurais pu continuer mon trajet sans y porter attention, mais nos regards se croisent et je constate que d'après son air et sa posture, il semble être là pour faire une pose comme s'il avait fui quelque chose. Je jette un oeil à gauche et puis à droite en me pinçant les lèvres comme si j'allais commettre un acte illégal et je finis par m'approcher de lui m'accroupissant à mon tour et je demande d'une voix douce presque dans un murmure comme si nous étions dans un moment de confidence; « Tu joues le vagabond?»

_________________
Tu pourras m'dire tout c'que tu veux
Sous tes fous rires et tes grands airs
C'est pas la peine
Tu peux mentir à qui tu veux
Tu souris trop pour être heureux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : COLD BLOODED. (coralie)
CRÉDITS : PEACH.
AVATAR : ANTON LISIN.
ÂGE : 17 ANS.
DATE D'INSCRIPTION : 13/08/2014
MESSAGES : 733

MessageSujet: Re: la course (libre)   Mer 1 Oct - 16:55

ça fait du bien de respirer, bordel
j'te jure que mon cœur était pas loin de sortir de ma poitrine et y a rien de mieux, qu'il frappe qu'il frappe le connard, qu'il frappe ma vie comme ça
y a rien de mieux.
(je crois que j'vais gerber)
une nana s'est rapprochée, elle sentait quelque chose comme la fleur ou les bonbons, j'comprends pas trop comment elles font les filles pour toujours sentir bon comme ça, pour toujours être faites de sucre ou de pétales
c'est cool les filles.
(toi tu sentais les roses et le printemps, tu laissais sur mes vêtements une odeur de baisers et de caresses, tu sentais les réveils les plus doux et les soirs dans tes bras sur la plage)
(j'aime plus l'odeur des filles depuis qu't'es plus là)
elle s'est penchée, j'ai levé la tête sans comprendre c'qu'elle m'voulait
j'ai lâché : non non là j'cherche le caillou parfait !!
j'ai ravalé : t'en as d'autres des questions comme ça ?
j'ai pas trop regardé ses yeux parce qu'ils étaient clairs (et que, depuis toi, les yeux trop clairs ça me r'file le vertige et la nausée)
j'ai pensé : j'ai pas l'temps pour ces gens-là
après j'ai fermé les yeux de nouveau en espérant qu'elle disparaisse, qu'elle se barre avant que j'ai à l'insulter
c'est pas que
mais
vraiment
tu vois.

_________________

Ténèbres ☸️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : NO NAME.
CRÉDITS : chester (avatar)
AVATAR : merle berges.
ÂGE : dix-sept ans
DATE D'INSCRIPTION : 25/09/2014
MESSAGES : 51

MessageSujet: Re: la course (libre)   Jeu 2 Oct - 2:59

J'suis toujours là, accroupie entre ces deux bagnoles devant ce garçon. J'aurais du m'y attendre, j'aurais du le sentir de toute façon c'est toujours comme ça quand j'essaye d'entrer en communication de faire un premier pas, on me repousse. J'mentirais si je disais que ça ne fait rien à mon petit coeur à chaque fois, j'ai cette boule dans la gorge et je me sens toute retournée et encore une fois, j'ai ce sentiment au travers de la gorge, j'vois bien qu'il veut que je lui foute la paix, son regard me hurle de partir. J'sais pas si c'est parce que j'suis naïve ou que c'est une façon pour moi de me braquer à mon tour, mais j'ajoute dans un haussement d'épaules; « Tu vas chercher vachement longtemps alors.» À nouveau, je me suis pincée les lèvres comme si je venais de commettre une faute, comme une enfant fautive qui s'apprête à se faire gronder. Mais bon, en même temps, j'ai dis que la vérité à ces propos aucun caillou n'est parfait, ils sont tous différents, ils possèdent des formes et des couleurs différentes, certains sont même usés par le temps qui passe ou à force de se faire piétiner dessus. J'suis comme un caillou, j'ai des imperfections partout, j'ai quelque fois été piétiné par des gens qui m'ont envoyés valser dans les brancards mais étonnement, j'suis restée là j'ai jamais disparue. Un goût de sang enrobe ma bouche, puisque ouais pour me retenir d'ouvrir la bouche je me mord l'intérieur de la joue, mais j'y suis peut-être allée un peu fort. J'remarque qu'il a fermé les yeux souhaitant probablement que je disparaisse, je replace nerveusement une mèche qui s'échappe de ma tresse et mes yeux se posent sur le sol et je ramasse un caillou au passage et j'ose le contempler quelques secondes puis j'finis par souffler pour peut-être le faire sortir de son mutisme ou peut-être pour moi-même j'sais pas trop; « Tout peut être beau, même les cailloux tout dépend du regard qu'on porte dessus.» Un sourire triste se dessine sur mon visage, un sourire que le mec n'a probablement pas remarqué et tant mieux. Je finis par déposer le caillou au sol et je me redresse passant une nouvelle fois mes doigts fins sur le tissu de ma robe. J'suis un caillou, j'suis un long fleuve tranquille cette force intérieure, une douceur, un baume peut-être du moins c'est ce que certain disent. Cependant, je ne pense pas l'être pour toi tu sembles trop souffrir pour que je sois ce baume là. Toi, t'es probablement pas un caillou usé, tu sembles plutôt être une montagne rocheuses à toi seul...

_________________
Tu pourras m'dire tout c'que tu veux
Sous tes fous rires et tes grands airs
C'est pas la peine
Tu peux mentir à qui tu veux
Tu souris trop pour être heureux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la course (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

la course (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Camping libre de Sidi Boulfdail
» Alevins en nage libre = bébés posés sur le fond ?
» discus passage stade larve à la nage libre
» Libre comme l'air
» Apisto Panduro Première ! Nage libre !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PALO ALTO :: PALO ALTO :: LES RUES-