AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 paradise. (gabriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: paradise. (gabriel)   Jeu 25 Sep - 15:53

    La pluie.
    La pluie sur ta peau.
    Une pluie froide comme jamais, ça glace ta peau.
    Alors elle remonte le col de sa veste, et elle se glisse entre les gradins. L'ombre silencieuse, elle s'installe en tailleur sur le sol, à l'abris des bancs qui laissent tout juste passer la lumière du jour. L'endroit est sombre, ça pue le tabac froid. Sur le sol, un cimetière de mégots. Son cimetière. Son sanctuaire. Un drôle de silence berce l'endroit, alors qu'au loin, le bruit des voiture vient tout gâcher. Il est l'heure. les gens vont et viennent. Comme tous les matins, ils débarquent, troupeau mal réveillé, individus abruttis par un réveil trop matinal. Ca les tue tous. Mais pas Debbie. Assise sur le sol, elle rayonne de splendeur. Elle rayonne toujours, papillon brûlant, étincelle sauvage. Entre ses lèvres, elle glisse négligemment une cigarette qu'elle tient à la manière d'un garçon. Elle sait pas faire et elle a jamais su faire. Parce que l'unique cigarette qu'elle allume le matin a un goût de cendre. Un goût de gris. Elle sait pas faire, quand la flamme vient lécher le papier et qu'elle inspire la fumée. Ses lèvres ont le goût du trop chaud, du brûlé. Elle ferme les yeux. Bel oiseau, elle s'adosse aux gradins, elle regarde tomber la pluie. Là, à l'abri des regards. Elle regarde tomber la vie. Elle pense à Coma, un peu.
    Finalement, des pas sur les graviers lui font redresser le regard. Quitter la pluie, quitter la vie. Elle déteste ces types qui débarquent en shorts pour courir autour du terrain. Elle comprend pas l’intérêt. Tous des pédés. Alors elle va se lever, elle va partir, s'enfuir, disparaître. Elle va se hisser sur ses talons hauts, écraser la mort, redevenir une étoile. Parce que là Debbie, dans l'ombre des gradins, elle a cette allure cassée de poupée triste. La faute à l'absence de couleurs. Elle va se lever Debbie, pour redevenir belle, pour ne pas être surprise à fumer quand un garçon. La belle image.
    Pourtant quand il s'approche, quand l'inconnu débarque dans l'antre du loup, Debbie s'arrête, Debbie sur le sol reste une poupée de chiffon. Le regard posé sur ce dessin maladroit, sur ce visage inconnu. Elle sourit pas, elle parle pas. Il est trop tôt pour briller.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

PSEUDO/PRÉNOM : PSYCHOTIC KID
CRÉDITS : ADDICTED TRAGEDY
AVATAR : ASH STYMEST
ÂGE : 17
DATE D'INSCRIPTION : 19/09/2014
MESSAGES : 143

MessageSujet: Re: paradise. (gabriel)   Jeu 2 Oct - 21:18


    Il a la lippe écorchée et la tête à l’envers.
    La nuit passée n’est que brume insaisissable. Les souvenirs volent et s’enfuient de ce crâne engourdi. Et Gabriel a oublié. Il a oublié les coups et l’anarchie. Il a oublié. La pluie claque son visage, le martèle de petites gouttes glaciales. C’est à peine s’il les sent vraiment. Gabe est ailleurs. Il est loin avec son estomac tiraillé et son cerveau embrumé. Le bruit l’assomme toujours plus. Les odeurs lui donnent la gerbe. Il n’est pas fier le petit con, il reste dans son coin. Il est calme. Le lionceau n’ose plus feuler et reste dans son coin de jungle à déambuler maladroitement à travers les rues jusqu’au lycée. Il n’a pas envie d’y aller, mais c’est toujours mieux que de se les geler sous la pluie. Traine des gambettes. Frotte les pieds contre le bitume. Le garçon se sent zombie.
    Il ne sait pas bien où il va. Il ne sait même pas où il est. Juste que ses godasses sont pleines de boue et qu’il a failli se casser la gueule. Gabriel soupire. Son lit lui manque. La présence contre lui aussi. Elle surtout. Elle toujours. Alors il râle. Enrage. Anarchie du cœur. Soupire. Gabe attrape une clope. Son corps percute ceux des autres et il ne s’excuse pas. Il n’a même pas le courage de lever son majeur. Les gens ne lui plaisent pas aujourd’hui, mais il n’a pas la foi de leur claquer un coup dans le portrait. Gabe il s’en fout. Il glisse sous les gradins, expire la fumée sans se rendre compte qu’il n’est pas seul. Pourtant il y a un parfum qui l’embrume un peu plus et lui file la nausée. Gabe il sait que ça sent bon, mais son corps le rejette. Gabe il sait que ce n’est pas elle, que c’est une autre et ça l’emmerde. C’est au sol qu’il la voit. Il la détaille, l’analyse, c’en est presque malsain. Mais il s’en fout et finalement il hausse les épaules. « D’habitude il n’y a que moi. Moi et les autres déchets. » Gabe c’est à peine s’il la regarde, il a mal quand il ouvre les yeux. Il a mal quand il parle. Putain il est tôt et Gabe il a sommeil. « Mais tu n’es pas un déchet toi. » Une hallucination peut-être.
    Hallucination. Gabriel doit être fou. Ou alors elle est là, petit gamine qui se cache. Il ne sait pas. Il s’en fout.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

paradise. (gabriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Méthode pin sylvestre Gabriel Roméro
» Brassolaeliocattleya Port of Paradise "Green"
» Plumeria Paradise
» [Fauteuil] T Chair par Gabriel Canas
» http://www.gabriel-uhren.de? Avis?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PALO ALTO :: HORS JEU :: RP-