AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 effacer. (songe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: effacer. (songe)   Jeu 11 Sep - 20:36

Joe a les doigts mouillés. Le t-shirt un peu aspergé, collé.
Joe a les sourcils froncés, le coeur qui claque, la colère qui gronde.
Une chaudière à la main, de l'eau à l'intérieur, du savon même, un peu.
Là, c'est midi. C'est l'heure de manger, de baiser, de rager, de parler.
C'est l'heure de nettoyer. Ce matin, Joe a pris un crayon de plomb, a gribouillé brusquement.
'apprends à mettre des capotes' Il a gribouiller, encore, encore. Effacer.
Le crayon est mort, mais les mots ont disparus.
Pas les cons, mais les mots du moins.
Joe a une lingette qui pue le vieux détergeant entre les doigts et puis un sceau, à ses pieds. Il est là, seul dans les couloirs, prêt à nettoyer les merdes, contre le casier de Songe.
Huit mois. C'est le temps qu'il s'est passé, depuis la dernière fois il a bien pu lui parler.
Joe, il fronce un peu plus des sourcils, frotte la lingette contre le casier, tend les muscles e son bras.
Il essaie de faire disparaître la connerie des gens, à défaut de les faire disparaître, eux.
Le plomb disparaît, le bras fait mal, l’indélébile part pas, quant à lui.
Joe, il appuie un peu plus fort contre son bras, contre le casier, rage comme un con, appuie un peu trop fort.
A le bras qui glisse, l'épaule qui percute. « putain de - » Il ferme les yeux un instant, Joe, avant de gronder, de rugir, de frapper le casier voisin, pour calmer la tempête qui danse, là, à l'intérieur de ses veines volcan.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Jeu 11 Sep - 20:48

Tu fais quoi, Songe, dans les toilettes ?
Je meurs un petit peu, comme tous les lycéens, ici. Les plus tristes viennent s'y perdre. Un peu comme ce gars aux crises de panique trop fréquentes.
Sauf que moi, je reste assise sur la cuvette à fumer clope sur clope.
J'appelle le cancer mais lui ne veut pas de moi.
Ce serait pourtant bien plus facile.
Mes parents m'aimeraient peut-être à nouveau comme lorsque j'étais petite.
C'est toujours plus facile quand on est malade.
Les gens vous prennent en pitié et même si c'est pas glorieux, je me dis que c'est toujours mieux.
On me rendrait peut-être ma fille, aussi.
Trop de peut-être, pas assez de certitudes.
La sonnerie du lycée fait vibrer mes tympans et j'ai l'impression de perdre quelques miettes de moi, dans la cuvette.
Le prochain tirera la chasse et adieu petits morceaux de Songe. Surtout, ne revenez pas.
Dixième en partant de la droite, c'est là que se trouve mon casier. Mon pauvre casier, lui aussi victime de mes erreurs.
Mais aujourd'hui, c'est différent.
Il y a Joe.
Joe qui nettoie sa bêtise. Celle que j'ai croisé au petit matin en venant chercher des crayons. J'ai eu envie de pleurer mais je n'ai rien fait (comme pour l'indélébile rouge-haine).
Mon coeur tombe à la renverse. Je crois qu'il se suicide de ma hauteur. Je sais pas si c'est suffisant mais j'espère, quand même. Faudrait juste pas que Joe le rattrape entre ses doigts sales.
« ils ont raison. »
On tombe pas enceinte à quinze ans.
Surtout pas avec un type comme Joe.
C'est absurde (et c'est de là que doit venir l'amertume dans ma voix).
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Jeu 11 Sep - 21:00

Clap clap clap.
Quelques bruits de pas, au travers du n'importe quoi. Joe, il fronce des sourcils. Joe, il observe aussi. Un peu, beaucoup, à peine. Il observe, la dévisage en silence.
Il a envie d'hurler POURQUOI.
POURQUOI. POURQUOI. POURQUOI.
Joe se tait, observe. Il serre ses doigts, contre le lingette. Ça dégouline jusqu'au sol, plusieurs lignes rouges, transparentes.
Un peu comme l'eau, quand ils prenaient leur douche ensemble.
Un peu comme les veines de la petite dans son ventre, quand elle était grande, grande comme une crevette.
« ils ont raison. » Va te faire voir.
Joe serre sa machoire, tourne ses yeux vers les mots. Ils sont gras, toujours là. Un peu rose, pas trop rouges. Ils sont toujours là. encore.
Joe, il frotte encore. « Si t'es pour dire des conneries, tu ferais mieux d'la fermer, Songe. » La voix gronde, un peu trop forte. Elle est pleine.
Pleine de haine.
De colère.
De rage.
D'eux, surtout.
De ce eux qui n'est plus là.
Joe, il va saigner, à nettoyer autant. Le linge, il est pas bien grand, pas bien épais. Contre le casier, les ongles frottent un peu, à chaque mouvement. Le crane rasé, il soupire, brusquement. « Tu veux pas m'aider, merde ? » Il lui lance un regard noir, un peu colère, un peu comête. « Qui a fait ça ? » Elle gronde encore, la voix. Dans les yeux noirs, on voit un peu de rouge.
Rouge, comme le sang.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Jeu 11 Sep - 21:22

« Si t'es pour dire des conneries, tu ferais mieux d'la fermer, Songe. »
Prends-toi ça dans la tête Songe, ça t'apprendra à faire la maline.
Je baisse les yeux au sol en laissant mes cheveux rouges-sales tomber sur mon visage. De toute façon, y a plus rien de beau à voir sur mes traits.
Ils sont fatigués et désespérés.
On dirait que j'ai vécu des dizaines de vie sans m'arrêter.
Depuis qu'il est plus là, Joe, c'est plus pareil.
J'ai l'impression de mourir, d'être seule face au monde.
Et là, aujourd'hui, je suis aussi contre lui. J'espère que mes épaules seront assez solides parce que sinon, ça va pas être joli.
Je vais finir comme ces gribouillis : volatilisés.
« Tu veux pas m'aider, merde ? »
Je redresse la tête avec ce rire amer qui ne me ressemble pas.
Je déteste le son de ma voix, si profond et vide. Je me donnerais des coups pour ne pas l'employer mais je ne contrôle plus rien.
« Pourquoi je t'aiderais ? » ça sort tout seul, dans un murmure, comme ça. Il tombe au sol et puis tout le monde s'en fout. Mais pourquoi je t'aiderais, Joe ? T'as jamais été là, ces huit derniers mois. Même pas un mot, même pas un appel.
RIEN.
Et moi, je dois t'aider ?
« Qui a fait ça ? »
J'ai la gorge nouée et la colère qui me prend aux tripes. Je me décompose sous ses yeux alors que je relève les yeux vers lui.
« Sérieusement ? » le mot est aspiré par la déception.
« Tu crois que j'en ai quelque chose à faire à l'heure actuelle. TU CROIS ? »
J'ai perdu mon bébé. Notre bébé. C'est quand même vachement plus important que quelques mots sur mon casier.
Il me tue.
Joe me tue.
J'ai pas besoin d'armes ou de drogues. Ce type, ça suffit.
« Tu ferais mieux de foutre la paix à mon casier et de ne plus approcher ce qui me concerne, de près ou de loin. » J'ai peut-être les larmes aux yeux, mais c'est pas grave. C'est sincère, je le pense. Je veux plus le voir. Plus l'entendre. Même plus respirer le même air que lui. Mes poings se serrent dans le vide et ma bague me serre au doigt. Elle est trop petite maintenant mais c'est pas grave, c'est qui qui me l'avait offert. Valeur sentimentale. « Putain, dégage Joe. Je veux plus te voir. »
Pendant que je lui dis ça, je le regarde pas dans les yeux parce que j'ai trop peur de ce que je peux y voir.
Ça me brûle.
Ça me tue.
Je deviens folle. Par sa faute.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Jeu 11 Sep - 21:40

Il y a les images, dans sa tête. Les mois plein de vide et pourtant, trop plein de pensées. Les mois douleurs, les mois malheurs. Les appels à payer et la facture qui grandit, à composer le même numéro, encore et encore.
Les touches, qui, au fil des jours, s'effacent un petit peu à chaque fois.
Si vous allez à la maison de redressement sur la neuvième avenue, si vous prenez le téléphone près des chiottes pour handicapé, vous verrez qu'on voit plus trop
le 3
le 8
le 0
et qu'il y a Songe et Hush, dans un coeur, gravé à l'aide d'une clé.
Joe, il observe, tonnerre, éclair, tempête. Il est là, sans mouvement, comme un nuage gris qui ne bouge plus, qu'importe le vent. Joe, il a envie d'éclater, de massacrer, de tout casser.
À commencer par ces putains de mot, là, écrits contre le casier. « Sérieusement ? Tu crois que j'en ai quelque chose à faire à l'heure actuelle. TU CROIS ? » Il fronce des sourcils, le délinquant, l'observe un peu trop méchamment. Il a envie de lui hurler, de la secouer, d'approcher son visage des mots, pour qu'elle voit.
Alors Songe, ils ont raison ? Hein ? Ils ont raisons, il aurait pas dû être là, le bébé ?
Alors pourquoi un nom ?
Pourquoi des promesses ?
Pourquoi tout ça, pour un silence, au final. Pourquoi, Songe ?
La colère, elle se décolore comme les cheveux de la beauté.
La colère gronde fort, en dedans, mais elle ne s'éteint, à petit feu.
Elle est là depuis trop longtemps, certainement.
Ou alors, Joe croit encore. À quoi ? Il ne sait pas. À eux, peut-être. « Tu ferais mieux de foutre la paix à mon casier et de ne plus approcher ce qui me concerne, de près ou de loin. » Ses sourcils se froncent et il serre la lingette, contre ses doigts. On dirait un filament de sang qui coule le long de son bras.
C'est peut-être son coeur, au fond, qu'il serre comme ça. « Putain, dégage Joe. Je veux plus te voir. » Elle veut plus -
Elle veut plus -
Putain, elle veut plus le voir.
Le rire claque de lui même et Joe, il balance brusquement le linge dans la chaudière. Ça fait vague contre rocher, et l'eau éclabousse partout, mais il n'en a rien à faire. « Ah ouais, Songe ? J'crois que je l'ai capté, ça, avec les putains d'derniers mois qui viennent de passer. » C'est colère mais un peu amer. C'est tonnerre mais surtout misère.
Joe, il passe ses doigts contre son crane, ricane encore, s'approche de quelque pas. Il reste là, proche d'elle, son souffle contre ses lèvres. « Tu veux que j'dégage, Songe ? Va voir mes parents, parle leur d'adoption. Ça doit s'faire facilement. J'veux dire, pas parce qu'ils en ont jamais parler qu'ils peuvent pas le faire, comme ça, SANS AVERTIR .»
Les derniers mots claquent, tremblent.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Jeu 11 Sep - 21:59

J'ai envie qu'un ovni passe par là et qu'il m'emporte avec lui. M'emmène loin du monde et surtout de Joe.
Plus je le regarde et plus je le déteste.
Certainement parce que les souvenirs refont surface et qu'ils sont plus douloureux que jamais.
C'est pas lui qui a accouché seul, comme une pauvre bête blessée.
C'est pas à lui qu'on a pas laissé voir le bébé, après des heures de travail.
C'EST PAS LUI QUI L'A PORTÉ PENDANT NEUF FOUTUS MOIS.
C'EST PAS LUI QUI AVAIT CE FAMEUX LIEN MERE-ENFANT.
C'EST PAS LUI QUI -.
Merde.
Il s'approche et j'ai la sensation que je ne vais pas savoir lui faire face. On livre une bataille si conne que je sais même pas où elle nous mènera. Ah si, ce qu'on sait faire de mieux : la destruction. Je lève pas les yeux même s'il est tout proche, là, avec ses reproches.
J'aurais bien aimé qu'il se retrouve tout seul face aux adultes. On aurait bien vu de quoi il ^pouvait être capable.
Si ça se trouve, Joe aurait su mieux gérer.
Je sais pas.
Mais j'en doute.
J'ai encore le poids de la pression sur mes épaules.
« Tu veux que j'dégage, Songe ? Va voir mes parents, parle leur d'adoption. Ça doit s'faire facilement. J'veux dire, pas parce qu'ils en ont jamais parler qu'ils peuvent pas le faire, comme ça, SANS AVERTIR .»
Je relève toujours pas la tête parce que j'ai la trouille et que je me sens plus nulle que jamais. J'ai l'impression d'avoir du poison dans les veines et tous mes mouvements sont remis en cause.
Pourtant, j'ai pas le choix, faut bien que je le regarde.
LUI, ce fantôme.
Son souffle contre mes lèvres, il m'empêche peut-être de parler mais pas de bouger.
La claque, elle part toute seule. Même moi, je l'ai pas vu venir. La trace de mes doigts contre sa joue et un pas en arrière. Je ne regrette pas.
« N'essaie plus jamais de me reprocher quoi que ce soit, Joe. » Parce que la culpabilité, c'est la seule substance avec laquelle je suis faite, maintenant. Suffit de voir les poches sous mes yeux et mon teint trop pâle.
« J'ai pas besoin de toi pour savoir ce que je suis et ce que j'ai fait. »
Je chiale, c'est la merde.
Et puis j'ai la main qui pique encore. Je croise mes bras contre mon ventre vide et inexistant et me courbe légèrement. Même mon squelette est beaucoup trop lourd.
« Tu as causé assez de merdes dans ma vie pour continuer comme ça. Je te jure que je vais aller le dire au directeur. Je n'ai pas peur de toi. »
La vérité, c'est que je suis terrorisée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Jeu 11 Sep - 22:26

Il tremble de la tête aux pieds, Joe.
Non.
Non, il tremble de la lune aller et retour, Joe.
Ça fait beaucoup. Ça fait un peu trop, surtout.
Il a hurlé, Joe. Pour la première fois depuis longtemps, il a hurlé, il s'est exprimé. Depuis combien de temps c'est là, en dedans ? Une tempête, un volcan. Quelque chose de trop grand, même pour lui, même pour voir.
Joe, il a les yeux secs. Aucunes larmes, là.
Joe, il a les cris, à la place.
Des cris méchants, des cris blessants.
Autant pour lui que pour elle, à la fois.
C'est un écho contre sa peau.
Un écho contre sa peau.
Il fronce des sourcils, le rasé, la joue en feu. Il a envie d'hurler, de la secouer, de rager. Il a envie de détruire le monde, de le reconstruire.
De ramener l'enfant.
Joe, il a le regard noir, la mer sombre au fond des yeux. Il l'observe, elle, si petite, et il la sent, là, contre sa joue.
Premier contact depuis huit mois. Le dernier c'était un baiser, et un "Attends moi" mais Songe, elle doit pas être doué, avec les verbes.
Elle a pas attendu, Songe. « N'essaie plus jamais de me reprocher quoi que ce soit, Joe. » Il serre les dents, le Joe. Il serre les dents, hausse des sourcils, l'observe attentivement.
Il a envie de lui reprocher, oui, plein de choses à la fois. « J'ai pas besoin de toi pour savoir ce que je suis et ce que j'ai fait. » Et elle pleure. Elle pleure et ses joues, elles se délavent comme ses cheveux.
Joe, il détourne les yeux. Il a pas envie de voir ça. Il a pas envie de perdre sa colère. Il en a trop, en dedans, pour tout perdre brusquement.
Il l'aime mais il lui en veut, oui, encore plus. « Tu as causé assez de merdes dans ma vie pour continuer comme ça. Je te jure que je vais aller le dire au directeur. Je n'ai pas peur de toi. » Et elle reste, la colère.
Joe, il rit encore. « Des merdes ? T'es sérieuse, là ? » La voix gronde, basse. Elle ricane, à la fois. Joe, il passe ses doigts contre son crane, encore, avant d'attraper la linge de nouveau, frotte le casier, encore. Il défoule sa rage là, pour ne pas s'en prendre à elle. « Tu voulais l'garder autant que moi, c'putain de môme. Tu - notre enfant, non ? C'tait quoi, tout ça alors ? Tu joues avec la merde, toi ? Tu donnes des noms, à ta merde ? Tu fais des putains de projets, pour une merde ? » Les doigts sont serrés forts, et ça fait mal. Joe frappe son poing contre le casier, tourne ses yeux vers elle.
Il y a des larmes, là. aussi.
Une rencontre de larmes. « J'en ai rien à foutre que tu penses que ce soit une merde. J'en ai rien à foutre que t'ais pas répondu à mes appels, ou à mes messages. J'ÉTAIS SON PÈRE. MON EN-ENFANT. » La voix se casse.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Jeu 11 Sep - 22:42

C'est le gros bordel.
On fait beaucoup trop de bruit, tous les deux.
On va se retrouver dans le bureau du directeur et on va avoir l'air bête.
Le foyer va venir me chercher et me remplir le crâne de conneries que je sais déjà.
Ouais, Joe est pas bon pour moi.
Joe va me détruire.
Joe m'a déjà détruite.
Joe, c'est pas quelqu'un pour moi.
Mais sans Joe, je suis comme défigurée. Je perds mes sens et mon sourire.
Là, je le retrouve mais c'est encore pire. J'en viens à me dire qu'il aurait jamais du revenir ici. Qu'en maison de redressement, c'est aussi bien pour lui que pour moi.
J'étais peut-être pas heureuse mais au moins, je pouvais respirer. Parce que là, je chiale tellement que ça en devient inadmissible. Il me coupe le peu de plumes qu'il me reste, dans le dos.
« Tu voulais l'garder autant que moi, c'putain de môme. Tu - notre enfant, non ? C'tait quoi, tout ça alors ? Tu joues avec la merde, toi ? Tu donnes des noms, à ta merde ? Tu fais des putains de projets, pour une merde ? » Je chiale encore plus parce qu'il capte pas ce que je suis en train de lui dire. Le message que je lui fais passer.
Il comprend rien.
Il a jamais rien compris.
Et moi je me trouve encore plus minable. Je pourrais ramper au sol tellement que je me sens lourde. J'ai plus le coeur à ça.
« J'en ai rien à foutre que tu penses que ce soit une merde. J'en ai rien à foutre que t'ais pas répondu à mes appels, ou à mes messages. J'ÉTAIS SON PÈRE. MON EN-ENFANT. »
Je fronce les sourcils parce que les messages et les appels, je les ai eu dans mes rêves. J'ai pu m'asseoir dessus. Aujourd'hui encore, je lui en veux pour ça.
Mes mains tremblent mais je me recule un peu plus, de l'autre côté du couloir. Je prends appuie contre le mur blanc-sale et tente de me calmer.
« Tu dis n'importe quoi. C'était pas le bébé la merde. Le bébé, je l'aimais déjà. Et je l'aime toujours. C'était le mien. Je l'ai porté, il bougeait en moi. Aujourd'hui encore je rêve que je suis enceinte. Je me réveille, la nuit, mais y a plus rien qui bouge. » Et pendant que je me rends encore plus pathétique, je caresse mon ventre.
« c'est toi la merde. Que tu me laisses tomber c'est une chose, j'aurais pu survivre à ça mais le bébé ... il avait rien demandé. Mais oui, tu devais être trop occupé à draguer les jolies filles pour penser à nous. Arrête de me mener en bateau, un message ça coûte rien. »
J'ai la gorge nouée et je le regarde s'exciter comme un idiot sur mon casier.
« Si tu veux me reprocher d'avoir voulu le bonheur de notre enfant alors, vazy. Je suis qu'une sale ordure. Je le sais. Tu m'apprends rien. »
Un nouveau sanglot me prend mais lui, je le retiens. Je fais assez pitié comme ça.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Jeu 11 Sep - 23:02

C'est la fin. De lui. D'elle. D'eux.
Du bébé.
Joe, il a ça en tête. Le bébé, encore. Le bébé, il le voit là, contre le ventre de Songe. Joe, il se dit que le bébé, il est redevenu tout petit, là-dedans, et qu'il fait son timide. Qu'elle fait sa timide.
Qu'elle est là, encore, et non dans les bras d'une pauvre conne.
Que les gens, ils ont mentis. Que le bébé, il est pas loin, il est pas parti. Ils ont pas fait ça.
Elle est là, quelque part, sa petite fille.
Peut-être bien cacher dans les larmes de Songe qui sait.
Dans les larmes de Songe et dans les siennes, à la fois.
Elle est là. Elle est pas, non, partie. Ils la sentent trop, l'un comme l'autre, pour dire qu'elle est plus là.
Joe, il tremble. Il tremble, et il ne bouge pas, les doigts posés là. Tout son corps, tout son poids, il est posé contre le casier. Il ne bouge plus, respire un peu trop fort.
Joe, là, il ne fait pas bien fort. On dit souvent que le garçon, il fait adulte.
Le garçon, à l'instant, il fait garçon.
Un enfant dans un centre commercial, ayant perdu sa maman.
Sauf que là, c'est son enfant.
Il renifle sans grâce, Joe, et essaie de retenir ses larmes un peu bêtes, à suivre Songe des yeux. Il essuie son visage avec le revers de sa manche, et rend ses yeux rouges. Il s'en fiche, Joe, de pleurer comme un con. Elle en vaut la peine, la petite, et même Songe, qu'il pleure comme un con. « Tu dis n'importe quoi. C'était pas le bébé la merde. Le bébé, je l'aimais déjà. Et je l'aime toujours. C'était le mien. Je l'ai porté, il bougeait en moi. Aujourd'hui encore je rêve que je suis enceinte. Je me réveille, la nuit, mais y a plus rien qui bouge. » Ils font mal, les mots. Ils font mal, les mots.
Joe, il baisse les yeux, observe le ventre. Il le trouve laid, comme ça. C'est ce qu'il se dit, depuis la rentrée des classes. Il est trop petit, son ventre. Elle devrait avoir quelque chose, contre lui.
Quelque chose comme, un enfant dans ses bras.
Mais à la place, elle a un gros vide, dans ses bras.
Un gros vide, partout sur elle, sur lui, entre eux.
Il vide qui ne pleure pas, au milieu de la nuit.
« c'est toi la merde. Que tu me laisses tomber c'est une chose, j'aurais pu survivre à ça mais le bébé ... il avait rien demandé. Mais oui, tu devais être trop occupé à draguer les jolies filles pour penser à nous. Arrête de me mener en bateau, un message ça coûte rien. » Il fronce des sourcils, Joe. Il l'observe, ne crois pas ses mots. Il l'observe, rage à l'intérieur, perdu dans la confusion. « Tu racontes quoi, là ? » Ça le fout dans un sale état, qu'elle ose croire ça. Il tremble, Joe. Il tremble, de ses larmes, de ses émotions. « Si tu veux me reprocher d'avoir voulu le bonheur de notre enfant alors, vazy. Je suis qu'une sale ordure. Je le sais. Tu m'apprends rien. » Il essaie de se contenir, Joe. Il serre des dents, des poings, mais du coeur surtout.
Joe, il lève les yeux au ciel, s'approche brusquement, encore.
De son pied, il bouscule la chaudière qui tombe au sol, n'y porte pas attention.
Ça fait un lac de rouge, tout autour d'eux. Joe, il n'en a rien à faire. « Le bonheur de notre enfant, il était avec nous, t'entends ? Il était avec nous. » On pourrait croire qu'il crie, il aimerait le croire, lui aussi. La voix est dure, forte, mais elle tremble plus qu'autre chose. En son coeur, elle porte un peu trop de sanglots, de chagrins.
Joe, il ne peut pas les garder pour demain. Ça fait trop longtemps, maintenant, qu'il les garde pour demain. « J'aimais Hush, okay.  Et toi aussi. Et j'ai appelé, merde. J'ai appelé chaque jour, après chaque putain de repas. J'ai laissé des putains de messages à cette conne de vieille réceptionniste, à ton foyer à la con. Tu sais ce qu'elle disait ? "Oh Joseph, mon chou. J'ai transmis le message, elle devrait bientôt appeler." Et le putain de téléphone, il a jamais sonné une seule fois, venant de toi. Pas une fois. » Les mots sont murmures. Les larmes coulent, contre sa joue. « Alors viens pas de me parler du bonheur d'Hush, okay ? Parce que, ma belle, qu'importe c'que tu crois avoir fait de bien, à pas me répondre, à pas venir me voir ou me rappeler, t'as privé un enfant d'son père et d'sa mère, pour une connerie que j'comprends même pas. » Il serre des dents, l'observe dans les yeux, un instant. « Tu nous as privé d'elle. Tu nous as privé de notre putain de bonheur, Songe. » Il renifle, Joe, brusquement, et essuie son visage encore, avec le haut de son t-shirt, après d'être reculer d'un pas. « J'sais pas c'que j'ai fait comme merde mais bordel, t'aurais pu au moins la garder, même si tu m'faisais la gueule pour j'sais pas quoi. Et t'aurais du la retenir ta promesse de merde, et ton baiser aussi, au tribunal, si t'étais pour m'ignorer, ensuite. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Jeu 11 Sep - 23:21

Les voilà, tous les foutus reproches.
Ils me sautent au visage et me désintègrent.
J'ai l'impression de me recevoir des bouts de lame un peu partout dans le corps. Même mourir ce doit être moins désagréable.
J'aimerais me coucher et ne plus jamais me réveiller.
Parce que là, j'ai l'impression d'être sur la chaise électrique.
Celui qui va enclencher ma mort, c'est ce foutu Joe.
Je le laisse me cracher sans essayer de me débattre, cette fois. Je sais qu'il a raison, que je mérite même pas de vivre après tout ce que j'ai fait.
J'ai envie de lui demander d'y aller plus vite, de me tuer plus brusquement mais je sais qu'il prend plaisir à me faire souffrir.
Je me recule d'un pas mais le mur me retient. J'ai envie de disparaître, là, tout de suite. De devenir de la couleur du mur et ramper jusqu'à la sortie.
Une fois là-bas, je pourrais fuir et ne plus revenir.
Bam, chassée de sa propre maison.
« Tu nous as privé d'elle. Tu nous as privé de notre putain de bonheur, Songe. »
J'ouvre légèrement la bouche mais cette fois, aucun son ne parvient à en sortir. Je suis mise sous silencieux. Adieu la parole.
Adieu la défense.
Comme si Dieu me disait "t'es coupable Songe, alors, tu te la fermes".
« J'sais pas c'que j'ai fait comme merde mais bordel, t'aurais pu au moins la garder, même si tu m'faisais la gueule pour j'sais pas quoi. Et t'aurais du la retenir ta promesse de merde, et ton baiser aussi, au tribunal, si t'étais pour m'ignorer, ensuite. »
J'en ai marre qu'il me mette toutes les erreurs du monde sur les épaules. J'en ai marre et ça me rend malade. J'ai même envie de vomir. Il était pas à ma place, il peut pas comprendre.
« ARRÊTE DE PARLER COMME SI TU SAVAIS CE QUE JE RESSENS. ARRÊTE PARCE QUE PUTAIN, TU SAIS RIEN. RIEN DU TOUT. » J'ai la voix qui part dans les aiguë et puis qui se brise, comme du cristal. J'en mets partout. Il sait pas ce que j'ai pu faire pendant ces huit mois.
Joe peut pas comprendre.
Il serait horrifié à savoir ce que je suis devenue.
« J'avais quinze ans et tous mes plans, ils étaient avec toi. Sans toi, j'étais quoi ? J'étais rien. Tu croyais que j'allais me barrer et vivre à la rue sans faire bouffer notre enfant ? C'EST CA QUE TU VOULAIS ? VIENS PAS ME PARLER DE BONHEUR APRES CA. » J'ai la gorge nouée et puis je commence à m'éloigner, de quelques pas.  « Pense ce que tu veux de moi, de toute façon. Ton avis ne compte plus. Tu n'es plus rien pour moi. »  
Et j'accentue sur ma dernière phrase, déjà prête à aller me tuer aux toilettes.
Je disparais, les cheveux emmêlés et les yeux gonflés.
Seule, dans ma petite culpabilité inépuisable.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Ven 12 Sep - 0:20

Joe se tait, observe. Joe prend ses mots, ne dit rien.
Il prend ses mots, pense, encore et encore, en boucle dans sa tête.
Non, Songe.
Non, Songe.
Je sais pas.
Tu sais pas.
On sait pas.
On ne se parlait pas.
Dis moi pourquoi, Songe ?
Joe, il observe, le regard qui crie, hurle, meurt.
Tout s'est éteint, à l'intérieur. Tout s'est éteint, après les cris fureurs.
Il reste Joe, devant Songe, devant les larmes.
Joe + Songe = les larmes.
Avant, il donnait pas ça, le calcul.
Avant, c'était mieux. Ils étaient pas que deux.
« J'avais quinze ans et tous mes plans, ils étaient avec toi. Sans toi, j'étais quoi ? J'étais rien. Tu croyais que j'allais me barrer et vivre à la rue sans faire bouffer notre enfant ? C'EST CA QUE TU VOULAIS ? VIENS PAS ME PARLER DE BONHEUR APRES CA. » Joe, il serre des poings, baisse les yeux. Il a envie d'hurler aussi, de répondre dans un murmure aussi, pourquoi pas.
Y'a mes parents. Songe. T'y as pensé, à mes parents ? J'étais enfermé mais eux, ils auraient été là, pour toi.
Joe, il se tait, pourtant. La voix est serrée, il a trop crié. Joe, il a envie de soupirer, de s'asseoir, de se vider. « Pense ce que tu veux de moi, de toute façon. Ton avis ne compte plus. Tu n'es plus rien pour moi. » Joe, il lève les yeux, la fixe un instant.
Une seconde, pas assez pour croiser son regard. Une seconde, assez pour la voir filer, avec ses cheveux décolorés.
Joe, il ne bouge pas. Reste là un instant, une éternité, avant de bouger. Ses yeux, ils se posent encore contre les écrits, sur le casier.
Les mots rouges.
Les mots qui ne s'effaceront pas.
Il bouge, Joe, enfin. Il fait un pas, ouvre son sac, prend un crayon, là. Rouge, lui aussi.
Ou noir. Qu'importe.
Joe, il prend le crayon et pose le revers de sa main contre le casier, les sourcils froncés, pour dessiner.
Joe, il couvre TOUT.
Et puis derrière, il laisse de dégâts, le déluge. Il laisse tomber le crayon au sol, dans la flaque d'eau rouge. Il laisse le sol se tâcher.
Va vers les toilettes, où elle est, toujours, souvent. « Songe ? » La porte grince, comme sa voix. Joe pince ses lèvres, un instant. « J'sais que t'as menti. » Il fronce un peu des sourcils, s'approche des cabines. Il voit des pieds, mais n'ouvre pas la porte. « Parce que tu mens super mal, déjà, et puis qu'avoir dit la même chose, j'aurais menti, donc... » Il racle sa gorge, Joe, et se pose contre les robinets, contre le comptoir. « J'voudrais gueuler assez fort contre toi pour la récupérer, mais ça fonctionne pas comme ça, cette merde. Et j'vais pas non plus t'récupérer comme ça, hm? » Il baisse les yeux, Joe, un instant. Observe ses chaussures, toutes tâchées de rouge.
Silence, quelques instants. « Elle me manque, merde. C'est con à dire, mais elle me manque, bon sang. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Ven 12 Sep - 12:37

Je sais qu'il va revenir parce qu'il m'en veut beaucoup trop pour me foutre la paix.
C'est de Joe que l'on parle et lui,
il hésitera pas, non, à me détruite.
A me faire bouffer la poussière jusqu'à ce que je crache mon coeur enrobé de remords.
Je le sais et ça m'effraie, je pense déjà à changer de lycée et même d'identité.
Adieu Songe.
Adieu Joe.
Je peux pas le laisser faire. C'est pas possible. J'en ai assez bavé pour l'avoir sur le dos, maintenant. Alors, je me pose sur la cuvette, une clope au bec et je respire plus. J'entends ses pas et je tremble déjà. J'ai l'impression d'être traquée par une bête féroce. J'ai horriblement mal. Tous mes gestes ne sont que douleur.
« Songe ? »
Je retiens mes larmes et ma respiration. Je deviens ce que j'ai toujours été depuis des mois : un fantôme.
Je bouge pas, je réagis pas. J'existe plus.
Je lui réponds pas, pour pas lui donner l'espoir qu'il a le dessus sur moi (même si c'est le cas).
« J'voudrais gueuler assez fort contre toi pour la récupérer, mais ça fonctionne pas comme ça, cette merde. Et j'vais pas non plus t'récupérer comme ça, hm? »
Mes yeux tombent sur mes chaussures et la cendre de ma clope s'échoue dessus. Elles sont pas jolies et trop usées, de toute façon, alors c'est pas grave. Je m'en fous. De tout. De lui et surtout de moi. Je me déteste bien plus que je le déteste.
« Elle me manque, merde. C'est con à dire, mais elle me manque, bon sang. »
J'hésite avant d'ouvrir le verrou et lever mes yeux cernés vers lui. Mes cheveux sont gras et mal coiffés, ils tombent sur mon visage creusé. Même la clope semble trop lourde pour mes doigts. « C'est pas con. J'le sais et c'est normal. » Parce que je ressens la même chose depuis qu'on me l'a enlevé, à la maternité. Je dis pas ça pour compatir à ses sentiments, seulement parce que j'ai les mêmes.
Que je souffre et que j'en peux plus.
« Mais c'est pas à moi qu'il faut que tu dises ça. »
Parce que moi, je peux pas l'aider. Je suis rien qu'une poussière. Un coup de vent et je disparais.
« Va plutôt t'adresser à l'assistante sociale. J'suis pas magicienne. » Le ton est froid, ses mots sont encore gravés dans ma tête. Je suis incapable d'être agréable avec lui. Je lui en veux beaucoup trop.
« Je pensais ce que j'ai dit toute à l'heure. Je ne veux plus que tu m'approches, même si c'est pour me parler de notre fille. Je suis lessivée. S'il te plaît, Joe, pars. Si t'en as encore quelque chose à faire de nous, laisse-moi. »
Ma gorge se noue et la fumée me pique les poumons. Je tousse légèrement et continue de le fixer, épuisée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Ven 12 Sep - 15:30

Il attend une seconde, Joe.
Il attend deux secondes, Joe.
Il attend trois secondes, Joe.
Et la porte s'ouvre. Il fronce un peu des sourcils parce que, trois secondes, ça devrait donner trois personnes, mais ils sont que deux.
Ils sont que deux et même ça, ça fait pas deux.
Ça fait +/- un. Ou quelque chose comme ça.
Ça fait un symbole super compliqué que Joe, il comprend pas du tout dans les exercices de mathématique.
Joe, il a la même tête que devant cette équation mathématique. Il a les sourcils froncés, une lueur perdue dans les yeux, mais un peu plus de désespoir au coeur. Parce que ça, eux, nous, c'est plus important. « C'est pas con. J'le sais et c'est normal. » Joe, il pince ses lèvres et hoche de la tête. C'est pas con.
Il a l'impression de devenir fou, avec tout ça. Un pote lui a dit qu'il était débarassé, que son enfermement l'avait privé de ses emmerdes.
Joe, il l'a frappé. Le mec, il a eu des points de sutures.
Depuis, ils se parlent plus.
« Mais c'est pas à moi qu'il faut que tu dises ça. » Il fronce des sourcils, Joe. Il l'observe en silence, Joe. Songe, elle fait terne. On dirait qu'elle a passé trop de temps dans les chiottes et que le concierge, il l'a passé aussi au détergent. Elle a décoloré, Songe.
C'est peut-être le bébé qui a pris toute sa couleur, en sortant.
Joe, il sait pas. Il était pas là. On l'a privé de tout ça. « Va plutôt t'adresser à l'assistante sociale. J'suis pas magicienne. » Il gronde, Joe. Il gronde et gratte sa barbe(absente) et lui lance un regard noir.
L'assistance sociale, elle a peur de puis depuis qu'il a voulu le feu à sa poubelle, en première année. Alors, mauvaise idée. Joe, de toute manière, n'en a rien à faire d'elle.
Joe, il a quelqu'un d'autre, en tête ( et au coeur ).
« Je pensais ce que j'ai dit toute à l'heure. Je ne veux plus que tu m'approches, même si c'est pour me parler de notre fille. Je suis lessivée. S'il te plaît, Joe, pars. Si t'en as encore quelque chose à faire de nous, laisse-moi. » Joe, il bouge pas.
Joe, il est resté trop longtemps enfermé, alors il observe et ne bouge pas. Il la dévisage, silencieux, incapable de dire quoique ce soit.
Joe, parfois, il a encore cette impression d'avoir les mains liés.
Trois secondes, - 1. « Non. » Il croise ses bras, secoue sa tête. « J'ai hurlé des horreurs toute à l'heure, j'suis désolé, hm ? » Il l'observe, le regard dur. Joe, il a les traits un peu fatigués. On le voit maintenant qu'il a pleuré. Joe, il est un peu abîme. « On l'a perdu elle, j'veux pas te perdre toi. » Il grogne un peu, la gorge serrée. « Et puis même elle, j'veux pas la perdre. On la retrouvera. J'en ai rien à foutre si j'dois la kidnapper, pour ça. Elle est à nous. » Il serre sa mâchoire, un instant, avant de soupirer. Le croisement de ses bras se brise, il lève les yeux au plafond, passe ses doigts contre son crane. Soupire, à peine mais assez. « J'avais d'besoin d'te voir, Songe. J'ai d'besoin d'te voir. De toi. T'as beau dire n'importe quelles conneries, j'vois tes yeux et j'sais que tu m'aimes. Tu peux pas m'le cacher, j'le sais. » Et elle a encore cette bague, à son doigt.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Sam 13 Sep - 8:31

C'est bête mais j'ai pas l'impression qu'il s'est passé que huit mois entre le départ de Joe et maintenant.
Non, c'est impossible.
C'est pas plutôt huit ans ? La planète terre s'est pas gourée avec les calendriers ou quelque chose comme ça ?
On cherche à nous duper.
Le lycée, c'est juste une décoration pour nous faire croire que.
Mais en fait, on est des adultes maintenant.
Terminé le temps des gamineries et de l'insouciance.
Parce que si c'était le cas, on se serait sauté dans les bras avec tout l'amour du monde.
Je serais pas sur mes toilettes comme une conne, avec ma clope à la main.
On se mépriserait pas, on s'enverrait pas tout ça à la figure.
Fin, je sais pas, je m'y connais pas plus qu'un autre en adulte mais je suppose que les choses se déroulent comme ça.
« J'ai hurlé des horreurs toute à l'heure, j'suis désolé, hm ? »
C'est à ce moment là que je me redresse pour jeter ma clope au fond des toilettes.
Elle flotte et veut pas s'en aller. Je tire une fois la chasse mais elle est toujours là.
Tant pis.
« On l'a perdu elle, j'veux pas te perdre toi. »
Je fronce les sourcils parce que c'est exactement le genre de choses que je ne voulais pas entendre.
J'ai le corps tout entier qui tremble lorsque Joe parle de kidnapper notre enfant et ça me fout dans un drôle d'état. C'est là qu'on se rend compte qu'on est encore des gamins.
Un adulte, ça kidnappe pas un enfant, ça va au tribunal. Mais pas Joe.
Joe la terreur.
« J'avais d'besoin d'te voir, Songe. J'ai d'besoin d'te voir. De toi. T'as beau dire n'importe quelles conneries, j'vois tes yeux et j'sais que tu m'aimes. Tu peux pas m'le cacher, j'le sais. »
J'ai du mal à respirer à entendre ces mots tranchants de vérité. Bien sûr que je l'aime, bien sûr que je suis pas crédible mais les choses ne sont pas aussi faciles. Pourtant, je trouve le courage de m'approcher de lui d'un pas lent. Mon regard percute le sien.
« C'est vrai, Joe. Je t'aime encore et ça changera certainement jamais. Je regrette tout ce que je nous ai fait subir et je suis terriblement désolée mais ... je peux pas continuer quoi que ce soit avec toi. Je t'aime mais ça suffit pas. » Mes lèvres tremblent un peu alors que je passe une main dans mes cheveux pour les ramener en arrière.
C'est tout ce que j'avais à lui dire.
Alors, c'est d'un pas tout aussi lent que je quitte les toilettes. Emportant avec moi la lourdeur de l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Sam 13 Sep - 16:38

C'est lourd, contre les épaules. On dirait le poids du monde, de l'univers, de la galaxie.
Des conneries du genre, en somme.
Et pourtant, c'est que le poids de ses pensées. Des pensées de Joe, un peu confuses, surtout ailleurs et beaucoup trop lourds. Si lourds que, pour une fois, il ne peut pas user de ses poings, pour faire disparaître le tout.
Ils sont lourds, ses poings. Comme sa tête, comme ses yeux, comme ses jambes, comme son corps tout entier.
Joe, il est si lourd qu'il a du mal à bouger.
Joe, il se souvient d'une époque où
il avait des ailes
il avait une femme
il avait un bébé.
Maintenant, il a le poids du vide, et de la colère.
Joe, il a les yeux un peu fatigués, un début de moustache, de barbe, de cheveux aussi. Joe, il a des muscles un peu plus qu'avant, mais le corps abimé, l'âme un peu écorchée.
Joe, il est un peu épuisé, et ça le transforme en un semblant de monstre, pour les gens, sans pitié.
Joe, il a juste envie de les retrouver.
Il observe Songe, Joe. Il l'observe et il la voit décolorer, comme il l'est. C'est con un peu. Loin pourtant, et ils font la paire, encore.
Les amoureux décolorés.
Les amoureux épuisés.
Les amoureux désespérés.
On en ferait un roman qu'il se feraient plein de blé.
« C'est vrai, Joe. Je t'aime encore et ça changera certainement jamais. Je regrette tout ce que je nous ai fait subir et je suis terriblement désolée mais ... je peux pas continuer quoi que ce soit avec toi. Je t'aime mais ça suffit pas. »
Joe, il prend ses mots. Il choisit ceux qu'il veut, ceux qu'il ne veut pas.
Il prend le je t'aime, laisse le reste où il est.
Il prend le je t'aime, s'y accroche et hoche de la tête.
Joe, il l'observe s'éloigner, perd un peu de son poids, à cause du je t'aime - la peur était là - et se lève, pour la rattraper. Il avance aussi d'un pas lent, effleure ses doigts, marche à côté d'elle. « J'ai fait ma part aussi, pour les erreurs. » Il ne l'observe pas, se contente de marcher, simplement. « T'excuses pas, alors. On l'sait l'un comme l'autre que, ça change rien. » Elle ne revient pas.
Le pas s'arrête, dans le couloir. Là, au milieu du lac rosé. Là, devant le cahier dessiné. Joe, il l'observe lui, pas Songe.
Il observe le bébé dessiné.
On dirait que, mine de rien, ça dure une éternité. « J'veux juste t'avertir que pour moi, c'pas terminé. » Il tourne ses yeux vers elle, la fixe de ses yeux fatigués, mais déterminés. « 1+1=3 mais là, ça fait 2. j'ai pas envie que ça fasse 1. 1+1=2 et puis un jour p'être ça f'ra trois. J'reste là et tu m'diras quand tu voudras être mon 2. 'enfin, mon #1 »
Ils le disaient toujours, ça.
Ils le disaient toujours.
1+1=3.
Il lui sourit, un peu, doux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: effacer. (songe)   Dim 14 Sep - 18:37

Mes chaussures claquent sur le sol, c'est la seule façon de savoir que je suis encore là.
Parce qu'en temps normal, je suis rien de plus qu'un fantôme.
L'ombre de mon ombre, comme le disent certains ...
Joe me cherche encore. Je le sais mais j'ose pas faire demi tour ou même me retourner alors je me stagne, là, au milieu des couloirs.
Mes cheveux rouges-moche tombent sur mes épaules et mon énergie se fait la malle.
Merde.
J'aime pas.
Je déteste lorsqu'il fait ça.
Joe, arrête.
Mais non, rien ne sort et lui continue son petit discours sur ce que nous sommes.
Ma gorge est tellement nouée qu'elle en est douloureuse. Le silence, c'est la meilleure arme pour ne pas craquer.
Alors, je l'exécute, comme un bouclier. Une grande porte sans serrure.
Non, Joe.
C'est terminé.
Et c'est sur son dernier mot que je quitte le couloir, déterminée à ne plus retomber là-dedans.

-fin-
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: effacer. (songe)   

Revenir en haut Aller en bas
 

effacer. (songe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Temps D'un Songe nouvelle marque de décoration dintérieu
» un tag a effacer ! Therowan a la solution miracle !!!
» Attention, avant d'effacer vos images du serveur !
» Effacer le colorant alimentaire
» Question technique: quel produit utiliser pour effacer les griffes?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PALO ALTO :: HORS JEU :: RP-