AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 il est temps de rallumer les étoiles (w/ aenor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



il est temps de rallumer les étoiles (w/ aenor) Empty
MessageSujet: il est temps de rallumer les étoiles (w/ aenor)   il est temps de rallumer les étoiles (w/ aenor) EmptySam 16 Aoû - 23:57


J’m’assois.

Les pieds dans le vide, la tête dans les étoiles. On faisait ça avant. On quittait la fête, puis on montait sur le toit et on regardait les étoiles, sans rien dire. Maintenant y a juste moi. Moi et les étoiles. J’entends les rires étouffés de la soirée d’en bas. Trop de mains sur mes fesses, trop de verres offerts parce que t’es mignonne. Des fois j’ai envie de crier à l’humanité que je m’en fous. Que tous leurs problèmes me concernent pas. Que j’ai besoin de plus que ça. Plus que ce quotidien dénué d’espoir.

C’est toujours la même chose, ici. On se lève, l’esprit et le corps vidés de toutes les traces de la dernière soirée, puis on va au lycée et tout nous revient en tête. Les dernières frasques de x dans la chambre d’amis d’un tel. A ce qu’il paraît elle fait ça juste pour s’amuser. Pute. Moi j’pense qu’elle fait ça pour se sentir jolie. Aimée. Parce que je le fais, parce que tout le monde le fait, surtout les filles. Ce soir j’ai pas envie de me sentir jolie, je veux juste oublier le fait que j’ai effacé par inadvertance toutes nos conversations. Je veux que tu me fasses me sentir jolie à nouveau. Mais pas ce soir, parce que ce soir on oublie et on boit. J’ai piqué une bouteille et un paquet de clope qui traînaient sur une table en bas. Et là y a les flics. Ca se bouscule. Et moi je ris. On veut jouer au grand mais dès que les responsabilités arrivent, on quitte le navire. On veut du sérieux mais on peut pas s’empêcher de sauter un tel dans les toilettes. Y a pas de raisons à notre démesure. Ca aurait pu être l’ennui, le vice, la folie. Mais on est ce qu’on est, génération d’éclopée. Alors on s’assoit tous ensemble et on oublie. On oublie qu’on est sur le point de rater nos vies.
Y a la porte qui s’ouvre. Je le sais, y a ce grincement familier qui parle pour lui, cri déchirant dans la nuit. J’sais pas qui c’est alors mon cœur se serre, comme si ça pouvait être toi. Mais c’est pas toi. C’est Aenor. Aenor elle me plait un peu. De son nom à ses lèvres. De ses cheveux à ses reins. Aenor j’l’aimais bien. Mais moi les rumeurs ça m’agacent. Alors maintenant je la fuis. Elle m’en veut, un peu, j’crois bien. Et puis qu’est-ce que c’est un peu ? On peut pas aimer un peu, haïr un peu, manquer un peu. C’est un tout ça, l’amour, la haine, le manque. Mais un peu c’est notre façon de tout dire sans rien dire. La litote c’est le langage de notre génération. Va je ne te hais point. Je t’aime. Je t’aime. Je t’aime. Ca veut dire quoi dans tout ça ? Ca veut plus rien dire, c’est juste une raison de baiser gratuitement. Je t’aime. Et moi j’en rêvais la nuit. De l’amour du vrai du grand, celui qui unit encore nos grands-parents.

« T’as jamais voulu être une étoile ? »

Et mon mégot lancé en l’air s’écrase par terre. Y a des jours où j’aimerai bien ne plus être un mégot. Pourquoi tout le monde revient et pas toi ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



il est temps de rallumer les étoiles (w/ aenor) Empty
MessageSujet: Re: il est temps de rallumer les étoiles (w/ aenor)   il est temps de rallumer les étoiles (w/ aenor) EmptyDim 17 Aoû - 10:10

D'abord, elle a dû mentir. Pas dire qu'elle allait à une fête, vous voyez. Papa ne lui permet pas souvent de s'y rendre. Et les rares fois où elle a la permission, quand elle rentre au petit matin, croyez bien que sa nuit n'est pas terminée et que l'enfer vient à peine de commencer. Là, elle a dit qu'elle allait chez Millie. Un devoir maison en maths. Il a gobé. Ça fait plusieurs heures qu'elle est là, avec les autres, à se déhancher, à prendre des verres, à profiter d'une jeunesse dorée qui leur semble déjà terminée. Les plus belles années d'une vie sont celles avant quinze ans, Aenor en est persuadée. Enfin pour elle, c'était même avant douze ans. Elle discute, parle, rit avec tous ces gens. Elle connait presque tout le monde. Ceux qu'elle ne connait pas la connaissent quand même en retour. Parce qu'au lycée, elle fait partie de ces gens. Ceux dont tout le monde connait le nom. Ceux qu'on prend pour « les grands ». C'est pour ça qu'elle traine souvent avec des gens plus âgés qu'elle. Parce qu'au fond, ça fait longtemps qu'Aenor n'a plus seize ans. Elle déteste un peu ces filles là. Ceux qui couchent à droite, qui couchent à gauche. Mais elle ne dit rien, parce qu'Aenor est comme ça aussi. Enfin, pas tout à fait. Aenor, elle fait semblant d'être comme ça. C'est plus facile. Alors, les autres s'imaginent. C'est amusant. Parce qu'Aenor n'a jamais visité qu'un seul lit. Le sien.

La sirène des flics réveillent les alarmes dans les têtes des invités. Y a des troupeaux d'ados qui prennent la fuite, qui sautent les buissons, qui se cachent sous les lits, comme des enfants. Ici, la majorité n'a pas l'âge de boire. De boire autant. De faire tout ça. Mais on joue aux grands, les flics ne peuvent pas comprendre. Aenor, elle, elle s'est levée d'un seul coup quand elle les a vu. Ça réveille toujours une sorte de frayeur animale, ce genre de choses, chez elle. Comme s'ils venaient pour elle. Comme s'ils savaient, ce qu'il se passe à la maison. Au fond, ça serait sa délivrance; quelque part, ça lui semblerait atroce. Alors, elle prend les escaliers, va se cacher sur le toit. Mais quelqu'un y est déjà. Elle n'a aucun mal à savoir qui c'est. Elle ferme la petite porte derrière-elle puis s'avance en silence. Nas, c'est bizarre. Certains ont dû la traiter de lesbienne, parce qu'elle s'est éloignée, ces derniers temps. Mais Aenor sait qu'elle ne l'est pas. Elle non plus, d'ailleurs. En fait, elle ne s'explique pas vraiment ce qui se passe entre elles. Elle fait juste plus confiance aux caresses d'une fille qu'à celles d'un garçon. Alors, elle a décidé juste de profiter de la douceur de sa paume de main. Elle s'assoit à côté d'elle, sort une cigarette pour s'occuper. Une étoile, tu dis ? « on est tous des étoiles. » fait-elle en crachant la fumée devant elle. Elle ne pense pas vraiment ce qu'elle dit. Papa, lui, c'est un trou noir. Sûrement pas une étoile. Elle s'allonge sur le dos, regarde le ciel étoilé légèrement opaque à cause des lumières de la ville, trop proches. Timidement, elle glisse sa main jusqu'à celle de Nas', qu'elle caresse à peine, comme si elle avait peur d'être rejetée. Là, elles sont à l'abri des autres. Seules les étoiles peuvent être témoin de leur discussion, et elles rient d'un croissant de lune. « dis, j'ai fait quelque chose de mal ? »
Revenir en haut Aller en bas
 

il est temps de rallumer les étoiles (w/ aenor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le temps des boutures est arrivé
» statistiques mondiales en temps réel
» Le Temps D'un Songe nouvelle marque de décoration dintérieu
» logiciel sketchup... utile ou perte de temps?
» Déco de table sur le "temps"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PALO ALTO :: HORS JEU :: RP-