AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie. Empty
MessageSujet: comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie.   comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie. EmptyVen 15 Aoû - 21:54

millie. ennui ? non. pas millie. elle est pas comme tout le monde, la belle fille endormie dans ses rêveries. elle est différente, mais elle est pas moins bien. elle est mieux.
chris, elle sait pas quoi faire. les cours, ça l'a jamais passionné. elle en a pas besoin : sans suivre, les réponses s'échappent de ses lèvres mutines. assassines.
mais la plupart du temps, elle refuse de répondre. on l'interroge, et elle hausse les épaules.
on la pousse à parler.
mais en dehors des conneries, en dehors des stylos balancés et des bouts de gommes envoyés sur les uns et sur les autres, elle dit rien.
préfère qu'on l'envoie en colle.
qu'on voit sur ses copies d'interro son potentiel. son intelligence. préfère être connue des profs pour être mieux admirée par les élèves.

millie, elle sait tout ça. elle sait tout de chris.
et c'est l'une de ces jours où la vie est fade. où le ciel est gris.
bien entendu, le ciel ne l'est pas : gris. il est ensoleillé, c'est une belle journée d'été.
mais dans son cœur écorché, il n'y a que la pluie. jeff. millie. comme une droguée en manque - ce qu'elle est parfois - elle se dirige vers la bibliothèque.
de la sueur dégouline de son front. ses prunelles sont éteintes. ses mains tremblent.

- millie ?

elle demande, brisant le silence. la quiétude. elle supporte pas le silence : c'est jeff, le silence.

- millie ?!

elle hurle presque maintenant. son coeur bat à tout rompre. ses yeux fouillent la pièce, aimeraient dépecer ces bouquins qui lui bouchent la vue. attraper les chaises et les balancer à tout va. au gré de ses envies.
mais enfin, la touffe brune s'élève. les yeux se rencontrent.
et tout de suite, la blonde s'apaise. elle tente de maîtriser son pas trop rapide, trop bruyant, pour venir se poser lourdement sur une chaise.
elle s'affale sur la table.
soupire.

- millie...

elle chuchote. c'est une plainte. une supplique.

- t'es moche. c'est quoi cette coiffure sérieux ? tu devrais aller chez le coifftif un d'ces quatre...

nouveau soupir. elle se mord la lèvre inférieure, se triture les doigts.

- désolée. c'est pas sympa. j'devrais pas te dire ça.

elle fait la moue, attrape la main de la petite souris. enroule ses doigts autour des siens.
parfois, chris, elle aime juste dire que millie c'est la femme de sa vie.
elle a besoin de personne d'autre.
mais si : de jeff.

- t'es encore plongée dans les bouquins... ? tu veux pas sécher, plutôt ? franchement...

encore une pique. elle peut pas s'en empêcher : elle sait pas comment on fait, la belle tatouée. pour être gentille. pour montrer son affection.
ses prunelles ne quittent pas ceux de la brune. caresse sa paume du bout du pouce. et finalement, elle pose simplement sa tignasse et sa tête trop lourde sur l'épaule de son tout, de son petit bout de chou.
elle a le coeur qui fait boum-boum. les larmes au bord des yeux. les remords qui lui nouent la gorge. jeff et anton. et chris, qui casse tout.


Dernière édition par Chris Carewall le Dim 24 Aoû - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie. Empty
MessageSujet: Re: comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie.   comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie. EmptySam 16 Aoû - 19:04

T’enchaînes les interros, et les devoirs ces temps-ci. T'as fini le lycée pour aujourd'hui. T'es assise sur les marches du couloir principal. T'es conne de rester ici. Tu regardes ton téléphone. T'as plus de batterie. Super. Qu'elle belle journée. Lol. T'as vu des moineaux sur la fenêtre. Pendant le cours de mathématiques. Qu'est-ce que c'est logique les maths. T'as perdu ton temps. On te propose de sécher. Non. Tu refuses. C'est un non catégorique. A chaque fois. Pourquoi ? Toi même tu ne sais pas. Après cinq/dix minutes de réflexion. Tu décides de bouger. Dehors. Tu déambules dans les rues, fantôme. Seule. Tu l'es. Tu penses encore à ce midi, t'étais en train de manger et t'as cette fille qui sort de nul part qui t'as bousculée. D'ailleurs. Cette fille. Tu l'aimes pas. C'est physique. Tu l'as en chimie. Elle a un rire. Insupportable. Rien que d'y penser, t'es énervée. T'arrives à destination. La bibliothèque. Tu viens souvent. Pour tes devoirs. Chez toi, c'est l'horreur. Ce beau-père, accros aux coups qu'il te donne. C'est que des cris. Au contraire de la bibliothèque. C'est calme. Trop calme. Mais t'es concentrée. Dès que tu t'y installe tu te dépêche de finir. Pour aller fumer. T'échapper du quotidien.  Tu t'installe toujours le plus loin possible, histoire d'utiliser ton téléphone. Non. Il est à plat. Putain. C'est mieux. T'es plus concentrée sur ton devoir à finir.
Le seul bruit dans cette foutue bibliothèque c'est le regard de la bibliothécaire. Ouais. Ca fait du bruit quand elle tourne les yeux de droites à gauche.  Non maintenant t'entends des cris. Ton prénom. Tu relèves la tête. Chris. Enchantée. «Chris. C'est pas la fête du quartier ici.» Dis tu sourire aux lèvres. En plus elle fait du bruit. Trop de bruit. Pour cet endroit. Tu finis ta ligne et poses ton crayon. C'est trop tard pour faire la suite. Malheureusement. Tu veux rigoler à sa phrase. Mais il ne faut pas. Aha. Elle est drôle Chris quand elle s'y met. Toujours. Adorable. Drôle. Mais. Blonde.  «C'est un dénigrement de cheveux ça. Les miens sont mieux que les tiens doonc.» Tu lui tire la langue. Telle la gamine que tu es. En silence. Tu continues de te laisser guider par les gestes de Chris. Tu l'observes. T'aimes bien. Tu fais les gros yeux à l'écoute du mot sécher. «Non.» tu roules des yeux. «Je dois finir un devoir. Je te rejoins ensuite. J'aime pas sêcher.» T'aimes pas ? Menteuse. Tu l'as fait une fois. T'as fini dehors quatre jours. Aha. Ouais. Dehors. Comme ça. En plus t'as pas aimer sêcher. Tu pouvais pas contempler le ciel.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie. Empty
MessageSujet: Re: comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie.   comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie. EmptyDim 17 Aoû - 17:35

ça bourdonne dans ses oreilles.
y'a comme des abeilles.
elle comprend pas, l'hirondelle, et ses joues prennent une teinte vermeille.
elle ne l'a pas écouté. ne l'a pas vue. sa détresse.
elle patauge dans du miel.
chris, elle en oublie la politesse.
tant pis pour le silence.
les émotions arrivent en abondance.
trahison.
haine.
incompréhension.
qui lui brûlent le creux des reins, et l'aine.

- mais qu'est-ce que tu me baragouines, millie ?! tu vois pas ?! t'es aveugle ?! une muette et une aveugle. super.

elle crache. ravale sa tristesse pour ne plus vivre que dans la colère.
elle sourit en plus, lorsqu'elle ose lui dire que c'est pas la fête du quartier, qu'elle doit finir un devoir et qu'elle aime pas sécher.
elle a besoin de prendre l'air...
elle se lève, avec cette envie de détaler. et de cogner.

- je sais que notre relation a toujours été bizarre.

elle soupire.
cherche ses mots, contient la nervosité d'un rire.
elle serre les poings, se mord la lèvre inférieure pour ne pas éclater.
exploser.
la briser.
tout déteriorer.
e x i s t e r.
même dans la vie de millie,
millie, la seule amie,
elle n'existe pas.
et ça la met en émoi.

- mais je pensais que tu serais là. quand ça irait pas.

dans ses prunelles ne brillent que la déception. et la douleur, vive douleur.
souffrance.
c'est comme si des flammes dansaient et léchaient sa chair. l'entouraient, balayant toute bienveillance.

- mais non. t'es qu'une intello accro à ses cahiers, qui s'amuse à jouer les grandes. les dames, avec son manteau de fourrure. avec son maquillage trop prononcé malgré ses airs de gamine.

elle ne réfléchit plus, la poupée brisée.
tout ce qu'elle fait, c'est frapper.
avec les mots, avec le venin qui lui vrille les entrailles.
elle la taillade.
bientôt, elle regrettera ses mots.
mais pour le moment, elle n'aurait souhaité dire rien d'autre. juste la blesser.

les murmures s'échauffent. plusieurs voix intiment à la belle blonde de se taire, de partir.
mais tout ce qu'elle leur répond, c'est un majeur fièrement dressé.
puis elle se baisse, soulève un peu sa jupe trop courte et montre ses fesses.

- j'vous emmerde !

elle gueule. beugle.
elle jette un dernier regard à millie, et laisse quelques larmes lui échapper.

- j'aurais dû savoir que j'pouvais pas compter sur toi.

elle balance, comme une lance. en plein dans son coeur, pour la contaminer,
de sa tristesse, de sa déception, de sa haine...
elle manque d'oxygène.
et finalement, elle s'échappe. commence à s'enfuir de ce lieu qu'elle n'a jamais aimé qu'en présence de millie,
sa petite souris.


Dernière édition par Chris Carewall le Dim 24 Aoû - 20:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie. Empty
MessageSujet: Re: comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie.   comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie. EmptyMar 19 Aoû - 13:06

T'écoutes attentivement ce que dis ton amie. Toi aveugle ? Non. Tu ne crois pas. Tu as eu dix sur dix à visite médicale concernant la vue. Tu n'es pas aveugle. Tu lache ton crayon, commences à prendre la chose plus sérieusement que précédemment. En fait tu écoutes ce que dis Chris sans bouger, rien dire, tu penses même plus à cet instant. Mal ? Chris va mal ? Ca irait pas. C'est con. Tu l'as pas compris plutôt. C'est la panique dans ta tête. Alors toi tu as dix sur dix pour lire les lettres mais pour lire sur les gens t'es a moins dix. Les mots de Chris retentissent dans ta tête plusieurs fois. Ca fait presque mal au crâne. Tu t'en prend pleins la gueule. Bravo. Millie. La super copine c'est toi ! En fait c'est quoi être une bonne copine ? Connaitre par cœur la personne, la lire, sans etre aveugle ? Bref. Tu sais plus où te mettre, donc t'écoutes, t'encaisses. Ca te fais de la peine. T'arrives même plus à la regarder en face. C'est bon maintenant t'es sure. Elle ne va pas bien et tu le ne vois pas. Le plus blessant c'est quand même le : intello. Lol. T'as presque envie de lui rire au nez. Mais non. Tu dis rien, mieux vaux pas. Tu lâches un soupir. Parce que tu n'es pas d'accord. Les cahiers et l'école c'est surement les choses qui vont te permettre des choses mieux que cette foutue vie. Ouais tu veux t'évader. Tu sais qu'avec des bons résultats. Tu pourras. Le plus dur arrive. Trop maquillée. Qu'est ce qu'elle chante. T'es une grande. Maquillée normalement. Plus tu écoutes. Plus c'est blessant. Tu voudrais bien devenir sourde. Ouais. Sourde pour ne plus entendre ses paroles qui deviennent blessantes. Oh. Tu restes a penser. Essayer de trouver une explication à tout ca. T'es perdu dans tes pensées. T'as honte même. Mais tu ne sais pas quoi dire. Le j'vous emmerde de Chris te remet à l'instant présent, cette situation que tu aimerais éviter. C'est bien Chris de faire ça. Provocatrice jusqu'au bout du majeur. Quoi ? Tu restes bouche-bée devant sa phrase. Ne pas compter sur toi ? Mais..non là c'est trop. Tu vois sa silhouette partir. Tu décides de prendre des affaires, le plus rapidement possible et le plus discrètement. Non t'arrives pas. Tu vas vers la sortie, t'essaies de courir. Mais t'as des chaussures à talons, c'est pas possible.  Ca va tu l'as voit qu'elle s'arrête. Tu te met devant elle et la regarde. «Attends ? T'oses dire que tu ne peux pas compter sur moi ? Qui te tiens les cheveux quand tu vomis aux toilettes pendants les fêtes ? Qui t'aides à te sentir exister ? Qui as essayer de t'aider avec ta sœur ? Robert le voisin ?»  Tu prends une pause. T'as presque les larmes aux yeux «Ne dit pas que notre relation est bizarre parce qu'avec toi je me sens invinsible. Tu sais quand tu on rigole super Millie. Non avec toi je suis super Millie, sans toi je suis comme les camés sans leur dose, un footballeur sans ballon, un chanteur sans voix. Tu vois je fais des comparaisons de merde mais t'es mon tout Chris. T'es la sœur que je rêverais d'avoir, mon pilier, tu pars, tout s'effondre comme les tours du 11 septembre.» Ouais c'était nul mais c'était toi, t'aimais pas avouer que tu aimais bien Chris et ce genre de choses. Mais. T'étais épuiser. Moralement et physiquement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie. Empty
MessageSujet: Re: comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie.   comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie. EmptyMar 19 Aoû - 21:21

elle le sait, qu'elle va la blesser. mais la vérité, c'est que sur le moment, elle n'en a rien à carrer.
à quoi bon s'en soucier ? la meilleure amie l'a jetée. pas pour du vrai, certes, mais a oublié de la regarder alors que la tatouée le demandait. alors qu'elle en avait un besoin viscéral, un besoin vital.
elle a les jambes lourdes lorsqu'elle tourne le dos, lorsque ses cheveux lui fouettent les épaules et que les larmes coulent comme des flots.
les regards s'attardent sur son corps frêle, sur ses seins qu'ils devinent plus qu'ils ne les voient. elle aimerait se protéger avec des ailes, tant les prunelles et les murmures qui s'attardent lui sont pénibles et lui font oublier à quel point elle est belle.

elle est regardée.
mais pas comme elle voudrait.
c'est comme si elle se prenait quelques milliers d'aiguilles, qui pénétreraient sa chair encore et encore sans jamais s'en lasser. bientôt, elle aura besoin de béquilles pour marcher.
mais il n'y a pas que les jambes qui sont lourdes : le cœur aussi. et elle sait que bientôt, les mots vont sortir ici : elle préférerait être sourde.
parce que millie la petite souris, elle n'est pas du genre à abandonner ainsi.
chris résiste difficilement à l'envie de se retourner, pour mieux plonger ses prunelles azurées dans celles, plus mordorées, de la belle petite poupée.
elle aimerait se retourner, lui crier qu'elle est désolée. qu'elle ne le pensait pas, qu'elle le regrettera. qu'elle le regrette déjà.
mais dans ses mots sont sortis un fond de vérité. lâcheté dissimulée par son cœur meurtri, atrophié.
trop de choses en même temps.
elle aimerait revenir aux simplicités d'antan.

quand elle arrive devant chris, ses semelles crissent. ses mâchoires se serrent, et ses poings suivent le même chemin.
elle veut faire la grande, la blonde, alors elle lève lentement les yeux. lui fait face : c'est comme si elles n'étaient plus que deux.
elle accuse les mots, comme s'ils n'étaient que des faux acérées aux dents trop aiguisées.
c'est comme les petits poings de millie qui viendraient la frapper, la heurter, encore.
encore.
ils la déchiquètent. l'exècrent. lui donner envie de crier. de pleurer.
ses prunelles s'emplissent de buée.
sa gorge se noue : millie ne dit que la vérité.

- je...

elle commence. ses sourcils se froncent. elle a la sensation d'être entourée par des ronces et bientôt, elle partira en ambulance.
chris, c'est pas le genre à s'excuser. c'est juste le genre à accuser.

- c'est vrai.

elle lâche, simplement. trop peu adroitement.

- j'ai...

elle essaie, encore. mais les mots ne peuvent pas sortir : ils ne seraient pas indolores. j'ai besoin de toi, elle aimerait hurler.

- tu sais... avec jeff... et tout ce qu'il s'est passé...

elle déglutit. les mots sont coincés. lui déchirent la gorge à chaque fois qu'elle tente de le faire éclore. ça la brûle, comme des épées dans une forge. elle sent qu'elle s’affaiblit, de minutes en minutes, trop attristée ; écartelée.

- je ne sais plus où j'en suis. j'aurais pas dû te dire tout ça... je le sais... mais ça me hante, tu vois ?

elle essaie de garder leurs prunelles rivées. de ne pas se détourner, alors qu'elle ose se mettre à nue devant sa belle écorchée.

- mais... tu sais que je...

encore ces fichus mots qui restent coincés. empaquetés.

- je ne suis rien sans toi, millie.

elle se dépêche de déballer, de peur qu'ils ne s'enferment à nouveau aux tréfonds de son œsophage, et de son cœur trop glacé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie. Empty
MessageSujet: Re: comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie.   comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

comme un phare au milieu de la mer, tu éclaires une destination. ⁂ millie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le soleil au milieu de la nuit
» enigme N°3 "Beau comme un camion"
» Chassiron, au pied du phare...
» que mettre comme fleurs???
» Neige : pour "Que Choisir" les clients doivent être remboursés, comme pour le volcan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PALO ALTO :: HORS JEU :: RP-